•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

30 millions de plus pour les CPE cette année

Photo: Radio-Canada

Québec ajoute un peu d'argent frais au budget des garderies. Le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, a annoncé lundi qu'il ajoutera 30 millions de dollars à la somme qui leur est allouée en 2016-2017.

De ce montant, 28 millions de dollars seront destinés aux CPE et aux garderies subventionnées pour l’achat de matériel éducatif ou récréatif et l’organisation de sorties ou d’activités culturelles, soit un montant de 100 $ par enfant. Par ailleurs, 40 $ par enfant iront à la formation du personnel.

L’argent servira également à bonifier l’allocation allant aux installations recevant des enfants issus d’un milieu défavorisé.

Les 2 millions restants sont réservés aux garderies en milieu familial. Ils permettront de lancer un appel de projets à l’intention des bureaux coordonnateurs, pour qu’ils présentent des projets visant l’amélioration de la qualité des services éducatifs donnés par ces garderies.

« Une goutte d’eau dans l’océan des surplus »

L’annonce a été bien accueillie par l’Association québécoise des centres de la petite enfance, qui considère toutefois que la somme allouée est insuffisante.

Le budget sera vraiment le rendez-vous, parce que, avec les surplus que le gouvernement a annoncés, qui sont immenses, c’est une infime partie. On va certainement demander beaucoup plus que ça. Si les tout-petits sont une priorité au Québec, il faudra que le gouvernement fasse la démonstration de son sérieux.

Louis Senécal, président de l’Association québécoise des centres de la petite enfance

Quant à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ-CSQ), elles considèrent que le réinvestissement « est trop modeste pour combler les besoins criants du milieu ».

« Quand les intervenantes sur le terrain éprouvent des difficultés à faire leur travail parce qu'elles manquent de ressources, c'est inacceptable », selon Valérie Grenon, vice-présidente de la FIPEQ-CSQ.

Politique provinciale

Politique