•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affrontements entre policiers et manifestants au Dakota du Nord

Affrontements entre policiers et manifestants au Dakota du Nord
Des affrontements entre manifestants et policiers à Cannon Ball au Dakota du Nord. Photo: La Presse canadienne / Bureau du shérif du Comté de Morton
Radio-Canada

La tension continue de monter à Standing Rock, au Dakota du Nord, où quelque 400 manifestants bloquent un pont sur une autoroute d'État. Les manifestants, qui s'opposent à la construction du pipeline Dakota Access, ont été repoussés par les forces de l'ordre qui ont utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes.

Vers 18 h, hier, les militants ont retiré la carcasse d’un camion calciné avant de s’engager sur le pont où les attendait une rangée de policiers. Les forces de l’ordre ont repoussé les manifestants qui tentaient de franchir le pont Backwater qu’ils bloquent depuis plusieurs semaines. L’affrontement a duré quelques heures emplissant le ciel de fumée et de gaz lacrymogènes.

Le bureau du shérif du comté de Morton a révélé dans un communiqué publié vers 1 h, la nuit dernière, que les policiers « se sont fait lancer des pierres, des bûches en plus d’essuyer des lancers de fronde ». Un policier a été atteint à la tête par une pierre.

Une seule personne a été arrêtée.

Une salle d’entraînement a ouvert ses portes aux manifestants détrempés pour qu’ils puissent se réchauffer et se remettre des effets des gaz lacrymogènes.

Une manifestante de 83 ans, Rema Loeb, a quitté la manifestation de peur d’être arrosée par les canons à eau par cette fraîche soirée d’automne où le mercure est descendu jusqu’à -5 °C. « C’était horrible », a déploré Mme Loeb, qui s’est déplacée depuis le Massachusetts, il y a deux semaines, pour protester contre la construction du pipeline.

Un projet controversé

L’oléoduc de près de 2000 kilomètres doit traverser quatre États pour acheminer le pétrole du Dakota du Nord à l’Illinois d’où le pétrole doit être expédié. La nation sioux de Standing Rock s’oppose depuis des mois à la construction du pipeline de 5,14 milliards de dollars. Les manifestants craignent que le pipeline, qui doit passer sous la rivière Missouri, pollue l'eau de cette rivière. Cette dernière fournit l'eau potable de la réserve Sioux Standing Rock, située au sud de Bismarck.

Les Premières Nations craignent également que l’oléoduc passe sur des sites sacrés.

La société Energy Transfer Partners soutient qu’aucun site n’a été perturbé et que l’oléoduc sera muni de systèmes de sécurité pour prévenir les fuites. Elle avance que le pipeline est plus sécuritaire que le camionnage pour le transport du pétrole. L’entreprise précise que l’oléoduc est très avancé et qu’il ne reste à construire que la partie passant sous le lac Oahe.

Les travaux ont toutefois été interrompus par ordre des agences fédérales.

Les manifestants, qui avaient établi un campement sur des terres appartenant à la société Energy Transfer Partners, en ont été expulsés par les forces de l’ordre le 27 octobre dernier.

Avec les informations de Associated Press

International