•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vie de parent : mythes et réalité de l'autisme

Massimo, son petit frère et ses parents dans la salle à manger familiale
Massimo et sa famille Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les premiers symptômes de Massimo sont apparus à l'âge de 18 mois. Ses parents, Maud et Patrick, se souviennent qu'avant ça, leur fils était en avance par rapport aux autres enfants de son âge, notamment pour apprendre à marcher. Mais par la suite, quand ils comparaient avec d'autres enfants, ils ont remarqué que Massimo accusait un certain retard.

« Massimo faisait souvent des choses de façon répétitive, il apprenait beaucoup de choses par cœur. À deux ans, il commençait déjà à nommer les marques de voiture. Encore aujourd'hui, les voitures sont très importantes pour lui », explique le père de Massimo.

Patrick raconte aussi qu'il a noté que son fils avait tendance à se replier sur lui-même dans des contextes sociaux.

Il jouait souvent seul dans son coin et c'est comme ça qu'on a commencé à voir les premiers signes.

Patrick, père de Massimo

S'ils s'estiment chanceux de ne pas avoir ressenti de préjugés à l'égard de leurs enfants, Maud et Patrick soulignent que certains commentaires et regards posés sur Massimo ont pu les déranger.

Voici quatre mythes que le couple a déjà entendus au sujet de l'autisme.

Massimo et ses parentsMassimo et ses parents Photo : Radio-Canada

1) Vous êtes donc bons!

Selon Maud, la perception à l'égard de l'autisme a beaucoup évolué au cours des dernières années.

Je crois que l'autisme a reçu une bonne presse ces dernières années; beaucoup de reportages, de témoignages, de personnages dans les séries télé et au cinéma.

Maud, mère de Massimo

Le père souligne par contre qu'il entend souvent des commentaires du genre « vous êtes bons » ou « je ne serais pas capable ».

« En tant que parent, tu acceptes tes enfants », rétorque-t-il. Il n'a pas le sentiment d'être meilleur que les autres parents ou d'avoir une situation qui devrait inciter à la condescendance.

2) "Les gens nous regardent croche parce qu'on a certains privilèges..."

Le diagnostic ne fut pas facile à accepter pour la famille, mais ils ont appris à voir le bon côté des choses.

« C'était difficile d'accepter que mon enfant reçoive une étiquette », explique Patrick. « Rapidement, on a compris que cette étiquette-là nous allait nous apporter beaucoup de services et de l'aide, donc c'était important d'avoir l'étiquette. »

Il y a aussi certains avantages, comme le fait de ne pas avoir à faire la file pour certaines activités. Toutefois, cela peut être mal accepté par certaines personnes.

« Souvent, les gens qui n'ont pas ce privilège-là nous disent : "Ben tsé, comment ça que lui passe devant tout le monde?". J'ai déjà dit à quelqu'un : "Et bien écoute, je vais te laisser passer devant avec mon fils, garde le pendant la journée, puis moi, je vais garder tes enfants.". »

Massimo, 11 ans, s’apprête à prendre son petit déjeunerMassimo, 11 ans Photo : Radio-Canada

3) Le regard accusateur des autres lorsque vous êtes au restaurant et que Massimo est un peu plus bruyant

Massimo a des tics et parfois il fait des crises.

Ces dernières peuvent arriver lorsqu'ils sont dans des lieux publics. Si, quand il était petit, les personnes autour pouvaient se montrer patientes, en grandissant elles sont beaucoup moins tolérantes, constate le père de Massimo.

Souvent il est arrivé qu'on se fasse regarder comme si on n'était pas de bons parents.

Patrick, père de Massimo

Patrick explique que cela lui donne l'impression qu'ils n'ont pas le droit de profiter des plaisirs de la vie.

4) Quel est son don?

Maud raconte qu'on leur demande souvent quel est le don de leur fils, parce que plusieurs autistes « de haut niveau » ont des habiletés extraordinaires.

« Notre Massimo a une mémoire phénoménale qui est fort utile ...mais souvent seulement pour des choses qui l'intéressent vraiment », explique-t-elle.

Ottawa-Gatineau

Art de vivre