•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente à l'amiable de 25 millions pour d'ex-étudiants de l'Université Trump

Donald Trump lors d'une entrevue à New York en avril 2016, alors qu'il était en campagne électorale.

Donald Trump lors d'une entrevue à New York en avril 2016, alors qu'il était en campagne électorale.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Reuters

Donald Trump a accepté un accord amiable d'un montant de 25 millions de dollars avec un groupe d'anciens étudiants inscrits dans une université créée par l'homme d'affaires et aujourd'hui fermée, qui estiment avoir été victimes d'une escroquerie.

Ces anciens élèves disent avoir été dupés en déboursant jusqu'à 35 000 $ US (32 970 euros) chacun pour apprendre des « secrets » d'investissements dans le secteur immobilier auprès de formateurs « triés sur le volet » par Donald Trump.

Deux procès collectifs avaient été engagés en Californie et une troisième action judiciaire avait été intentée devant le procureur général de New York, Eric Schneiderman.

Ce dernier a fait savoir vendredi dans un communiqué que « l'accord portant sur 25 millions de dollars conclu aujourd'hui représente un sérieux revers pour Donald Trump et une grande victoire pour les 6000 victimes de sa frauduleuse université ».

L'action engagée à New York devrait représenter environ 4 millions de dollars sur le montant global de l'accord.

Cette affaire était devenue un embarras pour Donald Trump lors de la campagne présidentielle. Il s'en était pris au juge instruisant les plaintes en Californie, Gonzalo Curiel, et dit qu'il ne pouvait pas être impartial puisque d'origine mexicaine.

Donald Trump était propriétaire à 92 % de la Trump University et les élèves affirment que l'homme d'affaires lui-même prenait toutes les décisions importantes, ce qu'il réfute.

Le milliardaire contestait avoir « trié sur le volet » les vacataires intervenant dans son université, mais a reconnu que les arguments promotionnels de l'établissement n'auraient pas dû être pris au pied de la lettre.

International