•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins d'intimidation, mais encore beaucoup de troubles mentaux chez les jeunes

Une femme atteinte de dépression.

Une femme atteinte de dépression.

Photo :  PHOTO : ISTOCK

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les jeunes bas-laurentiens vivent moins d'intimidation qu'ailleurs dans la province, mais souffrent encore beaucoup d'anxiété, de dépression et de pensées suicidaires. C'est ce que révèle le dernier rapport de la direction de la Santé publique sur l'état de santé de la population.

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel  

Selon ce rapport, les cas de violence et d'intimidation à l'école et sur le web seraient en baisse pour les jeunes qui fréquentent les écoles secondaires au Bas-Saint-Laurent. « L'intimidation, on y a travaillé, on y travaille et on commence à voir les résultats », affirme le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc.

Le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc.

Photo : Radio-Canada

Malgré ce bilan positif, les jeunes de moins de 17 ans souffrent encore beaucoup de troubles mentaux dans la région. En 2013-2014, près de 700 jeunes ont éprouvé des troubles anxio-dépressifs, soit 0,2 % de plus que la moyenne provinciale.

Selon le Dr Leduc, le contexte socio-économique de la région prédispose les gens plus vulnérables à développer des maladies mentales. Il affirme cependant que malgré tout, le bilan tend à s'améliorer :

« Il faut réussir à intervenir dès le plus bas âge chez nos familles à risque [...] et c'est ce qu'on fait. Honnêtement, on voit que les résultats sont favorables parce qu'auparavant, on était encore plus élevés par rapport à la moyenne québécoise. »

— Une citation de  Dr Sylvain Leduc, directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent
Enfant obèse obésitéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Enfant obèse obésité

Photo : iStockphoto

L'obésité gagne du terrain

À l'instar de l'ensemble du Québec, l'obésité est de plus en plus présente au Bas-Saint-Laurent, où 20 % de la population est obèse. La prévalence du diabète est toutefois moins importante dans la région qu'ailleurs dans la province.

Pour le Dr Leduc, le grand défi des prochaines années, c'est de rendre les gens moins sédentaires et d'aménager leur environnement en conséquence :

« [Il faut] améliorer les infrastructures. C'est difficile d'aller jouer dehors s'il y a juste la 132 ou la 232... »

— Une citation de  Dr Sylvain Leduc, directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent

En plus de continuer à sensibiliser la population à bouger, le directeur de la Santé publique travaille actuellement à un programme de conscientisation à l'importance d'une alimentation saine. Il souhaite aussi améliorer l'accès à de la nourriture fraîche en milieu rural.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !