•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Multiplication des incidents à caractère haineux en une semaine à Ottawa

Les croix gammées ont été dessinées sur les portes principales de l'église Parkdale United Church.

Les croix gammées ont été dessinées sur les portes principales de l'église Parkdale United Church.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des graffitis à caractère haineux ont été peints, dans la nuit de jeudi à vendredi, sur deux bâtiments religieux d'Ottawa. Il s'agit des quatrième et cinquième incidents de ce genre à se produire dans la capitale nationale en moins d'une semaine.

Tout d’abord, des résidents d’Ottawa ont signalé à la police des actes de vandalisme visant une église de l’ouest de la ville.

Des graffitis ont été dessinés sur la porte principale de l’église Parkdale United Church, située à l’intersection des avenues Gladstone et Parkdale.

Ils sont composés de deux croix gammées, du mot « niggers » (nègres), ainsi que des nombres 14 et 88. Ces derniers sont des références suprémacistes et nazies.

Une vague de crimes haineux

Des graffitis haineux ont été peints sur la porte de la mosquée d'Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des graffitis haineux ont été peints sur la porte de la mosquée d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Andrew Foote

L’église en question est fréquentée par la communauté afro-canadienne. Elle avait déjà été la cible de graffitis du même genre en janvier dernier.

« C’est une vague haineuse qui semble se développer. Les gens se sentent encouragés à faire cela », déplore le révérend Anthony Bailey, responsable du lieu de culte.

Des croix gammées ont également été peintes à l'entrée de la mosquée d’Ottawa, située sur l’avenue Northwestern, toujours dans l’ouest de la ville. Le bâtiment accueille aussi l’Association musulmane d’Ottawa.

« C’est de la haine, juste de la haine. Ottawa est une ville magnifique, pleine d’amour pour tout le monde et qui est accueillante pour tout le monde », estime le porte-parole de l’organisme, Ahmed Ibrahim.

 

De son côté, le Service de police d’Ottawa (SPO) a ouvert une enquête, afin de trouver le ou les auteurs de ces méfaits. Les autorités n'excluent pas que les différents incidents puissent être liés.

En parler ou pas?

Plus tôt cette semaine, des incidents similaires se sont produits à trois reprises dans la région.

Chaque fois, le mode opératoire était le même et il s'agissait de graffitis peints en rouge, avec des mots à caractère raciste ou haineux, le tout dans des emplacements bien en vue.

Dans un message publié sur Twitter, le maire d’Ottawa, Jim Watson, a tenu à condamner la recrudescence de ce genre d’actes.

« Encore plus de graffitis racistes sur une église et une mosquée pendant la nuit. Ces actions sont dégoûtantes et ne sont pas le reflet de notre communauté [trad. libre] », a-t-il déclaré.

M. Watson en a profité pour lancer un message d’encouragement aux résidents, afin qu’ils collaborent avec la police s'ils ont des informations pertinentes.

C’est devenu une priorité pour la police d’Ottawa. Nous prenons ces événements très au sérieux. On travaille avec la communauté en espérant trouver les coupables de ces méfaits.

Une citation de : Mike Laviolette, inspecteur au Service de police d’Ottawa

L’inspecteur Mike Laviolette, du SPO, souligne pour sa part qu’il est important de ne pas accorder trop d’attention aux auteurs de ces messages.

« Mais en même temps, on a besoin de l’aide du public. Alors, c’est important que ce soit […] dans les médias, pour générer de l’information, pour nous aider à trouver les coupables », estime-t-il.

Des incidents ont aussi été signalés ailleurs en Ontario au cours des derniers jours. Le SPO dit surveiller la situation, en collaboration avec d’autres services policiers au Canada et aux États-Unis.

Avec des informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.