•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection de Donald Trump : moins d’étudiants canadiens et étrangers aux États-Unis?

Logo du Bureau des étudiants étrangers de l'Université Wayne State

Le nombre d’étudiants étrangers aux États-Unis a dépassé le million pour la première fois en 2016

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les propos tenus tout au long de la campagne par le président désigné Donald Trump pourraient amener les étudiants canadiens et étrangers à reconsidérer leurs projets d'études aux États-Unis.

Un texte de Nicolas PhamTwitterCourriel  

Les étudiants canadiens présents lors d’une séance de recrutement pour l’Université Wayne State tenue au Collège St. Clair à Windsor concèdent que les propos tenus par Donald Trump au cours de sa campagne présidentielle ont de quoi refroidir leurs ardeurs.

« En tant que musulmane, je ne me sens plus à l’aise d’étudier aux États-Unis. C’est une décision difficile parce que ce n’est plus sécuritaire pour moi là-bas. Ici je suis traitée comme les autres, personne ne me harcèle. »

— Une citation de  Maryam Farag, étudiante

« C’est assurément un facteur à considérer, mais je ne pense pas que je changerai ma décision parce que je demeure une citoyenne canadienne. »

— Une citation de  Heather Anderson, étudiante

Toutefois, la plupart de ceux qui ne font pas partie des groupes culturels ciblés lors des sorties du président désigné ne semblent pas inquiétés outre mesure par l’instabilité et la division qui règnent de l’autre côté de la frontière.

La plupart des étudiants présents au Collège St. Clair ont d’ailleurs affirmé que leur carrière était plus importante que la politique.

Garder espoir

Ahmad Ezzeddine est vice-président associé pour les programmes internationaux à l’Université Wayne State.

Lui-même musulman, il dit constater une montée de la tension au Michigan et aux États-Unis depuis la semaine dernière, mais ajoute qu’il a « confiance en le système américain ».

« Plusieurs étudiants nous ont fait part de leurs inquiétudes. Ce qu’on espère, c’est que la rhétorique de la campagne présidentielle ne sera pas maintenue une fois que Donald Trump sera au pouvoir. »

— Une citation de  Ahmad Ezzeddine, vice-président associé pour les programmes internationaux à l’Université Wayne State.

Ahmad Ezzeddine souligne qu’on peut déjà constater un certain assouplissement dans les positions du président désigné. Selon lui, il ne reste plus qu’à espérer que tout ira bien.

Étudiants étrangers aux États-Unis

Le nombre d’étudiants étrangers aux États-Unis a dépassé le million pour la première fois en 2016 selon l’Institut américain de l’éducation internationale et le département d’État américain.

1 043 839 étudiants étrangers ont étudié aux États-Unis en 205-2016. Retombées économiques : 48,4 milliards de dollars. Étudiants canadiens aux États-Unis en 2015-2016 : 26 973. Impact économique des étudiants canadiens dans l’économie américaine : 1,45 milliards de dollars.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Étudiants étrangers et canadiens aux États Unis - Source : Département américain du commerce

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

L’Institut de l’éducation internationale refuse pour l’instant de commenter l’effet potentiel de l’élection de Donald Trump sur le nombre d’inscriptions d’étudiants étrangers dans les universités américaines.

On affirme par ailleurs qu’il est trop tôt pour tirer une conclusion basée sur des faits, puisque les échéances pour le dépôt des demandes d’admission pour l’année scolaire 2016-2017 sont prévues pour l’hiver.

Les étudiants américains se tournent... vers le Canada

L’Université de Toronto rapporte qu’au lendemain de l’élection de Donald Trump, sa page Web s’adressant aux futurs étudiants internationaux a connu une hausse marquée du nombre de visiteurs en provenance des États-Unis.

Ainsi, près de 10 000 Américains ont consulté la page, qui fournit des renseignements sur les programmes offerts à l’université ontarienne et sur le processus d’admission.

Selon Ted Sargent, vice-président du département international de l’établissement, cela représente dix fois plus d’internautes que lors d’une journée normale.

« Je crois que les étudiants étrangers qui cherchent à étudier dans un environnement qui favorise la diversité culturelle pourraient se tourner vers l’Université de Toronto plutôt que vers les États-Unis. »

— Une citation de  Ted Sargent, vice-président du département international de l’Université de Toronto
 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !