•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Piratage apparent du site de l'armée canadienne

Le site des Forces armées canadiennes mène vers celui du gouvernement chinois, le 17 novembre 2016

Le site des Forces armées canadiennes mène vers celui du gouvernement chinois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le site de recrutement des Forces armées canadiennes semble avoir été la cible de pirates, jeudi après-midi.

L’adresse Forces.ca redirigeait les internautes vers un site du Conseil d’État de la République populaire de Chine. Un peu plus tard, c’est un message d’erreur qui apparaissait, après une intervention des équipes de sécurité informatique.

Des sources gouvernementales ont indiqué à CBC que ce site de recrutement était hébergé sur un serveur externe d'un fournisseur privé.

L'un de ces responsables a précisé, sous le couvert de l'anonymat, que les serveurs du ministère de la Défense nationale n'avaient pas été touchés lors de cette cyberattaque, dont les responsables sont inconnus pour le moment.

À la sortie de la Chambre des communes, après la période des questions, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a qualifié le tout d’« affaire sérieuse ».

« Nous ne voulons pas en tirer des conclusions hâtives, a-t-il nuancé, mais lorsqu’un tel événement survient, nous le traitons avec sérieux, et nous ferons enquête. Ce processus est en cours. »

Le ministre Goodale ne pouvait préciser si des informations personnelles auraient pu être compromises par ce présumé piratage.

Plusieurs sites gouvernementaux avaient déjà été victimes de piratage, en juin 2015. Le groupe Anonymous avait revendiqué cette cyberattaque.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !