•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obedjiwan va expulser les vendeurs de drogue

Voiture de police dans une rue de la réserve autochtone
La commauntauté atikamekw d'Obedjiwan Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La grande majorité des membres de la communauté atikamekw d'Objediwan, en Haute-Mauricie, a voté en faveur de l'expulsion des vendeurs de drogue de son territoire. Lors du référendum qui s'est tenu mercredi, 81 % des gens ont appuyé l'idée.

Un texte de Marilyn MarceauTwitterCourriel  

Le conseil de bande va donc adopter très bientôt un règlement lui permettant d’expulser les vendeurs et revendeurs de stupéfiants reconnus coupables. Le chef d’Obedjiwan, Christian Awashish, affirme que les expulsions seront d’une durée minimale de cinq ans.

Le conseil, on était soulagé de l’appui populaire que la population nous a exprimé pour faire un tel projet de règlement.

Christian Awashish, chef d’Obedjiwan

M. Awashish estime que le règlement entrera en vigueur en janvier 2017. La Loi sur les Indiens reconnaît au conseil d'une bande autochtone le droit de déterminer qui peut résider sur la réserve.

Résultats du référendum
Pour : 378 personnes (81 %)
Contre : 71 personnes (15 %)

Vente de drogue à l’école primaire

Le chef atikamekw Christian Awashish affirme que les vendeurs de drogue sont présents même à l’école primaire d’Obedjiwan, fréquentée par près de 500 jeunes. Il explique que des élèves âgés de 8-10 ans achètent des drogues dures pour aussi peu que cinq dollars.

C’est vraiment catastrophique.

Christian Awashish, chef d’Obedjiwan

M. Awashish affirme que les classes sont perturbées en raison de la présence d’élèves sous l’effet de la drogue. Les professeurs trouvent très difficile d’enseigner dans ce contexte.

À consulter : Espaces autochtones

Un problème difficile à enrayer

« Obedjiwan, on ne se le cachera pas, c’est un milieu difficile, avec beaucoup de problèmes sociaux et souvent ce qu’il y a au centre de tout cela, c’est la consommation de boisson alcoolique, mais de drogue également », explique le chef.

Le conseil de bande espère que le règlement sur l’expulsion des vendeurs de drogue aura un effet dissuasif.

Est-ce que ça va marcher ? Je ne le sais pas, mais si ça peut avoir un effet dissuasif sur les vendeurs de drogue, je pense que ce sera déjà un grand pas.

Christian Awashish, chef d’Obedjiwan

Plusieurs actions ont été prises par le passé pour tenter d’enrayer le problème. Il y a eu, par exemple, des marches dans la communauté contre la drogue et des interventions policières, mais rien n’a encore permis d’éliminer ce fléau.

Avec les informations de Marie-Claude Julien

Loi sur les Indiens
81 (1) Le conseil d’une bande peut prendre des règlements administratifs, non incompatibles avec la présente loi ou avec un règlement pris par le gouverneur en conseil ou par le ministre, pour l’une ou l’ensemble des fins suivantes :
p.1) la résidence des membres de la bande ou des autres personnes sur la réserve.

Mauricie et Centre du Québec

Autochtones