•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restructuration majeure à l’Agence du revenu du Canada : 549 emplois touchés à Ottawa

L'édifice du quartier général de l'Agence du revenu du Canada, à Ottawa

Le quartier général de l'Agence du revenu du Canada

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Afin de moderniser « ses services », l'Agence du revenu du Canada (ARC) a annoncé, jeudi après-midi, une importante restructuration de ses services. L'ARC déménagera 549 postes d'Ottawa vers d'autres centres fiscaux ailleurs au pays.

Ce sont les deux centres spécialisés en traitement de données fiscales de la capitale nationale qui seront touchés. Ils sont respectivement situés au centre-ville d'Ottawa et sur le chemin Heron.

L'ARC entend ainsi réduire de neuf à sept le nombre de ses centres de traitement au pays. À l'échelle nationale, près de 2400 personnes seraient touchées, selon le Syndicat des employé-e-s de l’impôt.

Mystère pour 1500 emplois dans la région

Actuellement, plus de 12 000 employés travaillent pour l'Agence du revenu dans la grande région de la capitale nationale. À terme, il devrait en rester 10 000.

Si 549 de ces postes seront transférés ailleurs au pays, il est impossible de savoir ce qu'il adviendra des près de 1500 autres emplois visés par cette restructuration.

Par communiqué, l’ARC assure qu’elle travaillera « étroitement avec les syndicats et les intervenants locaux afin d’appuyer les employés touchés et leurs familles pendant cette transition ».

Par ailleurs, les centres de l’ARC de Surrey, Shawinigan et Saint-Jean changeront de désignation et deviendront des centres nationaux de vérification et de recouvrement, soutient le gouvernement.

Les centres situés dans les villes de Winnipeg, Sudbury, Jonquière et Summerside verront, quant à eux, une spécialisation de leurs ressources pour les « activités de traitement ».

Ces sept centres devraient connaître une croissance de leurs effectifs au cours des prochaines années, assure l’Agence.

Une restructuration pour améliorer les services aux citoyens, affirme la ministre

De son côté, la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, voit l’expansion des sept centres d’un bon œil.

« C’était vraiment important de bien servir les gens et de donner le service le plus rapide possible », dit-elle.

« Pour la majorité des Canadiens, le seul contact qu’ils vont avoir avec le gouvernement du Canada, c’est lorsqu’ils vont remplir leur déclaration de revenus. »

— Une citation de  Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national

Questionnée quant aux conséquences possibles d’une telle restructuration, la ministre a esquivé à plusieurs reprises les questions des journalistes, rappelant que l’ARC conservera des « emplois de qualité ».

Il n’a fallu que peu de temps au syndicat représentant les employés de l'Agence pour dénoncer la réorganisation.

« Ce manque de respect envers nos membres et leurs représentants démontre l’état d’esprit des membres de la direction de l’ARC », s'insurge le Syndicat des employé-e-s de l’impôt.

« Plusieurs personnes sont sous le choc. C’est une nouvelle qui était inattendue pour des milliers de personnes. »

— Une citation de  Marc Brière, porte-parole du Syndicat des employé-e-s de l'impôt

Le centre d'appel de Toronto sera, quant à lui, démantelé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !