•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francophones hors Québec et horoscope : la même place dans les médias au Canada

journaux
Radio-Canada

Les francophones hors Québec occupent autant de place dans les médias au Canada que l'horoscope dans un journal.

Un texte de Frédéric ProjeanTwitterCourriel  

Ils ont beau représenter 3 % de la population canadienne, mais les nouvelles qui les concernent représentent seulement 0,5 % des informations diffusées dans les médias.

La situation est préoccupante selon le président d'Influence Communication, Jean-Francois Dumas.

Il a présenté son point de vue sur ces données de Statistique Canada au parlement à Ottawa, devant le Comité permanent du patrimoine canadien sur l'avenir des médias locaux.

Il y a de moins en moins de médias en région. On a mis en réseau l'ensemble des médias privés. Il y a de moins en moins de personnel. Et on a commencé à "Mcdonaliser" l'information. D'un océan à l'autre, c'est de plus en plus la même nouvelle.

Jean-François Dumas, président d'Influence Communication
Jean-François Dumas, d'Influence communication, au micro de Radio-CanadaJean-François Dumas, d'Influence communication Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Les Franco-Ontariens, qui représentent 54 % de tous les francophones hors Québec ne représentent que 4 % de ce 0,5 % de l'information dans les médias, ajoute Jean-François Dumas,.

Le problème, c'est que l'ensemble des communautés culturelles et l'ensemble des régions, pas juste des francophones hors Québec, sont en train de tomber dans une indifférence médiatique généralisée.

Jean-François Dumas
Le drapeau franco-ontarienLe drapeau franco-ontarien Photo : Radio-Canada

Sans en avoir fait une étude exhaustive, Jean-François Dumas constate que l'uniformisation des contenus est un phénomène mondial.

En entrevue à l'émission le Matin du Nord (Nouvelle fenêtre), il dit que la télévision est encore le média qui a le plus d'impact au pays.

Elle génère 13 % du contenu de l'ensemble des nouvelles. Mais seulement 5 % sont consacrés à l'information.

Télévision Photo : iStockphoto

On a découvert que la télévision est en train de devenir le plus mauvais média pour l'information locale. La radio est le média par excellence pour l'information locale. Ça fait 100 ans qu'on prédit sa disparition, mais la radio est encore la reine de l'information locale.

Jean-François Dumas
La radio dans les années 1920La radio dans les années 1920 Photo : Domaine public

La facilité de l'accès à l'information, les réductions de budget dans les médias, le désengagement des grands médias nationaux à l'endroit de l'information locale sont autant d'explications possibles à la diminution de la place des nouvelles régionales, selon Jean-François Dumas.

Le premier niveau quand on veut changer les choses, c'est de démontrer les faits et de prouver de façon irréfutable que ça existe, et qu'il faut faire quelque chose. C'était le but de mon intervention à Ottawa cette semaine.

Jean-François Dumas

Nord de l'Ontario

Médias