•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Randy Boissonnault nommé conseiller spécial aux affaires LGBTQ2

Photo du député Randy Boissonnault

Randy Boissonnault, député fédéral d'Edmonton-Centre

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député libéral d'Edmonton-Centre Randy Boissonnault est nommé conseiller spécial aux affaires LGBTQ2 auprès du premier ministre Justin Trudeau.

Avec ce nouveau rôle, monsieur Boissonnault veut entamer un processus de « vérité et réconciliation » pour les membres de cette communauté qui ont été persécutés au Canada par le passé. Avant 1969, l'homosexualité était illégale au pays, mais la discrimination à l'égard des personnes LGBTQ persiste encore aujourd'hui.

Il y a des choses horribles qui ont été faites à des gens qui voulaient simplement vivre leur vie.

Randy Boissonnault, député d'Edmonton-Centre

Il passera les trois prochaines années à écouter des homosexuels qui ont été condamnés et emprisonnés avant 1969, ainsi que certains des quelques 9000 Canadiens qui ont perdu leur emploi dans la fonction publique ou dans l'armée jusqu'à la fin des années 1980 parce qu'ils étaient homosexuels.

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, il s'est dit touché par la solidarité des Canadiens. « Je veux agir. C’est très encourageant parce que 24 heures après ma nomination j’ai déjà des centaines de personnes qui m’ont contacté pour m’aider dans ma mission. »

 

Un parcours vers l’acceptation

Randy Boissonnault, qui est lui-même gai, a grandi dans un village de l'Alberta à l'époque où l'homosexualité n'était pas acceptée. Il a été le premier député homosexuel de l’Alberta élu au parlement fédéral.

J’ai su à 21 ans que j’étais gai, mais ça m’a pris sept années avant de sortir du placard. J’ai perdu sept années de ma vie. Il est important maintenant en 2016 que le gouvernement du Canada envoie un signal très clair que tous les Canadiens sont acceptés.

Randy Boissonnault, député d'Edmonton-Centre

Il compte étudier et mettre en place des recommandations du rapport d’Égale Canada, qui a recensé toutes les discriminations systémiques auxquelles la communauté homosexuelle a fait face au Canada. Sa nomination coïncide avec le dépôt du projet de loi C-32, qui vise à abolir la loi qui interdit le sexe anal avant 18 ans, une des demandes du groupe Égale.

Son mandat comprend également l'examen de réformes possibles de la prostitution et des lois sur les maisons de débauche, des programmes d’éducation pour les policiers et les juges. Il veillera aussi à la mise en place de financement pour des programmes communautaires, y compris du soutien aux membres autochtones des minorités sexuelles vivant dans des réserves isolées.

Toronto

Société