•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des multinationales implorent Trump de respecter l’accord sur le climat

Le secrétaire d'État américain John Kerry prononce un discours à la Conférence de l'ONU à Marrakech, le 16 novembre 2016.

Le secrétaire d'État américain John Kerry prononce un discours à la Conférence de l'ONU à Marrakech, le 16 novembre 2016.

Photo : La Presse canadienne / Mosa'ab Elshamy

Radio-Canada

En marge de la Conférence de l'ONU sur le climat à Marrakech (COP22) , plus de 360 entreprises ont signé et rendu publique une lettre demandant au président désigné, Donald Trump, de respecter l'accord sur le climat.

Gap, Levi Strauss, Kellogg's, Mars, Schneider Electric et Nike figurent parmi les entreprises signataires. La majorité d'entre elles sont américaines.

La missive n’est pas seulement adressée au futur président. Les géants interpellent également Barack Obama, le Congrès américain et les leaders actuellement rassemblés au Maroc pour la COP22.

Pendant sa campagne électorale, Donald Trump avait promis de tourner le dos à l'accord de Paris, dont l'objectif est de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il ne s'est toutefois pas prononcé sur cet engagement depuis qu’il a été élu.

Nous, membres de la communauté des affaires et investisseurs aux États-Unis, réaffirmons notre engagement profond à répondre aux changements climatiques à travers la mise en œuvre de l'accord historique de Paris

Lettre des multinationales rendue publique en marge de la COP22

Les entreprises alertent les autorités sur le danger pour la « prospérité américaine » de renoncer à « mettre en place une économie à faibles émissions de carbone ».

« Nous voulons que l'économie américaine soit efficiente sur le plan énergétique et basée sur une énergie à faibles émissions de carbone. Des solutions innovantes et abordables peuvent nous le permettre [...] Agir maintenant créera des emplois et renforcera la compétitivité américaine », ont-elles écrit.

Les multinationales s’engagent quant à elles à faire leur part sur le plan énergétique afin d’atteindre ou même de dépasser les cibles de Paris, tel l’objectif de limiter le réchauffement bien en deçà de 2 °C.

« C'est très important pour notre activité », a affirmé en conférence de presse Kevin Rabinovich, directeur du développement durable pour Mars. « La science est très claire, et cela a des conséquences économiques. En outre, nous sommes dans l'industrie alimentaire, à la base de toute entreprise alimentaire, il y a une ferme » a-t-il déclaré.

Son homologue chez Schneider Electric, Gilles Vermot Desroche, a soutenu que « les entreprises n'aiment pas l'incertitude ». La lutte contre les changements climatiques « est une très bonne opportunité pour l'innovation, et ce qui se passe dans le secteur de l'énergie est la clé dans le monde d'aujourd'hui », a-t-il ajouté.

General Mills, L'Oréal USA, Unilever, DuPont, Hilton et Hewlett Packart ont aussi signé la lettre rendue publique aujourd’hui, en marge de la COP22.

 
Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement