•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet du Phare demeure « inacceptable », selon l’opposition

La configuration des édifices à été complètement revue dans le nouveau concept.
La configuration des édifices à été complètement revue dans le nouveau concept. Photo: Radio-Canada / Groupe Dallaire
Radio-Canada

Le projet de complexe immobilier Le Phare demeure « inacceptable » aux yeux de Démocratie Québec, et ce, malgré les nombreux changements apportés par son promoteur, le Groupe Dallaire.

Un texte de Louis GagnéTwitterCourriel 

La conseillère Anne Guérette soutient que la nouvelle mouture du projet ne change rien au fait que celui-ci n’a pas été, selon elle, présenté adéquatement aux élus et à la population.

« On modifie l'architecture, mais il reste que ce projet-là n'a pas du tout été discuté au conseil municipal. On n'a jamais eu l'occasion de se prononcer sur la modification majeure [au programme particulier d’urbanisme]. On ne parle pas d'une dérogation mineure, on parle de passer de 27 étages à 65 étages, donc pour nous, c'est inacceptable », a déclaré l’élue municipale.

Mme Guérette croit que plusieurs questions demeurent sans réponse, notamment l’impact qu’aura le complexe immobilier sur la circulation dans le secteur de Sainte-Foy.

Le projet de complexe immobilier Le Phare demeure « inacceptable » aux yeux de la conseillère Anne Guérette, de Démocratie Québec.La conseillère municipale Anne Guérette Photo : Radio-Canada

Nuire au développement

La porte-parole de l’opposition en matière d’architecture craint en outre que la concentration de plusieurs activités au même endroit nuise au développement futur du boulevard Laurier.

« Toute la question urbaine du développement de ce secteur-là n'a pas été discutée de façon démocratique, a-t-elle déploré. On continue à faire avancer le projet sans écouter les experts et les citoyens. On n'en discute pas entre élus non plus. On est peut-être en train de faire une erreur avec laquelle on va vivre pendant plusieurs dizaines d'années. »

Ce n'est pas parce que le projet est plus beau architecturalement qu'il est plus pertinent, qu'il est plus adéquat pour l'avenir de notre ville.

Anne Guérette, conseillère municipale du district du Cap-aux-Diamants

« Un projet qui ne fait pas de bon sens »

Les propos d’Anne Guérette rejoignent ceux exprimés par le directeur du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon. Ce dernier croit que la réalisation du projet, dans sa forme actuelle, nuira à la revitalisation des autres secteurs de la ville de Québec, y compris celui de Sainte-Foy.

« Urbanistiquement, c'est un projet qui ne fait pas de bon sens, a lancé M. Turgeon. Si on permet à toute la croissance urbaine d'aller là, il n'y aura juste plus de croissance urbaine pour permettre à d'autres projets de se réaliser sur le boulevard Laurier ou ailleurs sur le territoire, dans d'autres pôles qu'on veut voir émerger. »

Le maire impressionné

Ces réactions tranchent avec celles du maire de Québec, Régis Labeaume, qui s’est montré grandement impressionné par la nouvelle version du Phare.

« Je trouve ça magnifique […] C'est moins massif, c'est plus élégant, c'est plus fin et moi, la mosaïque vitrée, ça me rend complètement dingo, j'adore », a-t-il commenté.

Selon le maire, le projet du Phare, s’il se réalise, deviendra « une image de marque pour la ville de Québec ».

Québec

Politique municipale