•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa change les dispositions du Code criminel sur les relations sexuelles anales

La ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould

La ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould

Photo : CP/Fred Chartrand

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Toutes les formes de relations sexuelles doivent être vues de manière égale devant la loi. C'est l'intention formulée par le gouvernement Trudeau, qui a annoncé ce matin l'abrogation d'un article du Code criminel pénalisant les relations sexuelles anales. Jusqu'à maintenant, elles étaient considérées comme criminelles pour les Canadiens de moins de 18 ans.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair Twitter Courriel  

Avec le changement proposé par les libéraux fédéraux, les jeunes de 16 et 17 qui ne sont pas mariés ne seront plus pénalisés s’ils pratiquent des relations sexuelles anales de manière consensuelle.

La diversité et l'inclusion font partie depuis longtemps des valeurs que les Canadiens ont adoptées. Les Canadiens tiennent à ce que leur gouvernement et leurs lois incarnent ces valeurs.

Une citation de : Jody Wilson-Raybould, ministre de la Justice

Il s’agit du dernier d’une liste de changements qui ont été apportés au Code criminel dans ce domaine.

Changements à l’article 159 du Code criminel :

  • 1892 : les relations anales, qualifiées de « sodomie », sont interdites dans le premier Code criminel
  • 1969 : les relations anales consensuelles entre époux et personnes âgées d’au moins 21 ans sont décriminalisées
  • 1988 : Le mot « sodomie » est changé pour « relations sexuelles anales ». L’âge de consentement passe de 21 à 18 ans.
  • 2016 : Le gouvernement propose de faire passer l’âge de consentement de 18 à 16 ans.

Un nouveau conseiller pour les causes LGBTQ2

Randy BoissonnaultAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député d'Edmonton-centre Randy Boissonnault

Photo : Radio-Canada

En plus de cette modification au Code criminel, le gouvernement a annoncé la nomination d’un conseiller spécial auprès du premier ministre pour les causes LGBTQ2. Le député d’Edmonton-Centre, Randy Boissonault, lui-même homosexuel, a été désigné pour accomplir cette tâche.

Nous avons tous le devoir d'agir contre la discrimination et de rectifier les injustices commises par le passé. Nous devons avoir le courage de faire des pas toujours plus grands pour assurer la liberté et l'égalité de tout un chacun.

Une citation de : Randy Boissonault, député d’Edmonton-Centre

Les dossiers qui vont l’occuper au cours des prochains mois sont nombreux.

Le gouvernement a par exemple annoncé plus tôt cette année que les hommes devront attendre un an au lieu de cinq ans après leur dernier rapport sexuel avant de donner du sang. Certains groupes exigent que cette exigence soit abolie.

Puis il y a la question des excuses publiques que réclament de nombreux membres de la communauté LGBTQ2. Dans le passé, certains ont perdu leur emploi, que ce soit dans les Forces canadiennes ou dans la fonction publique, à cause de leur orientation sexuelle.

C’est le cas de Martine Roy, de Fierté au travail Canada, qui a été renvoyée de l’armée dans les années 1980.

Ce n’est pas mes compétences qu’on mettait en cause. C’était mon orientation sexuelle, qui n’a rien à voir avec mon travail ou avec mes compétences. Alors, tu fais quoi lorsque tu sors de quelque chose comme ça?

Une citation de : Martine Roy, de Fierté au travail Canada

À écouter : Martine Roy parle de l'importance d'excuses publiques

 

Le nouveau conseiller spécial du premier ministre veut prendre le temps de bien consulter avant de présenter des excuses en bonne et due forme. Le gouvernement promet aussi d’évaluer la possibilité d’offrir des dédommagements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !