Préparation

    1. Pour la pâte de cari rouge

    2. Au robot culinaire, broyez finement la citronnelle, le galanga, le krachaï et les racines de coriandre jusqu’à la formation d’une pâte. Ajoutez ensuite les échalotes, l’ail, la pâte de crevettes ou le sel, puis les piments. Versez en filet les trois quarts de la quantité d’huile en pulsant et poursuivez jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Salez le tout.

    3. Dans une poêle à feu doux, faites cuire la pâte de cari dans le reste de l’huile de 10 à 15 minutes. Ajoutez la cassonade et les feuilles de lime kaffir. Mélangez bien le tout. Réservez 250 ml (1 tasse) de pâte pour le poulet. Congelez le reste de la pâte de cari pour d’autres usages. Elle se conservera ainsi jusqu’à 3 mois.

    1. Pour le poulet

    2. Dans une grande poêle à feu moyen-vif, saisissez le poulet avec la pâte de cari préalablement réservée. Ajoutez le lait de coco et laissez mijoter le tout à feu moyen jusqu’à ce que le poulet soit presque cuit. Incorporez les pousses de bambou et mélangez bien le tout. Ajoutez la sauce soya. Garnissez le cari de poulet d’oignons verts, de coriandre et de basilic thaï. Servez-le avec le riz à l’ail et au curcuma.

Notes de fin

Pour le krachaï : le krachaï est un rhizome de la même famille que le galanga. Il possède certaines ressemblances avec la racine de gingembre frais. On le remarque par sa forme allongée, possédant de fines racines et ayant une chair plutôt jaune. À défaut d’en avoir sous la main, il est possible d’utiliser 30 ml (2 c. à soupe) de gingembre frais haché.

Le rendement pour cette recette est de 750 ml (3 tasses) pour la pâte de cari et 2 portions pour le poulet.

La recette de poulet au cari rouge et aux pousses de bambou est tirée de cette émission de 5 chefs dans ma cuisine.(Nouvelle fenêtre)

Nos outils

Photo : Zone 3 / Rosalie-Anne Lavoie Bolduc

Vous aimerez aussi