Faire soi-même ses pâtes fraîches n’est pas l’option la plus simple, mais c’est certainement la plus satisfaisante!

Introduction

Préparer ses pâtes fraîches est le projet parfait des fins de semaine où l’on a une envie folle de popoter. Le genre d’activité pour laquelle on met de la musique et l’on se sert un bon verre de vin. Faire ses propres pâtes fraîches demande un peu plus d’efforts que d’aller à l’épicerie, mais il s’agit d’une délicieuse expérience qui permet de s’enfariner des pieds à la tête et de se salir les mains. Génial, non? D’autant plus que le résultat final nous donne l’impression d’être quelque part en Italie (ou au moins dans le meilleur resto de notre quartier).

Conseils de pro

Utiliser la bonne farine

Plusieurs recettes proposent des mélanges de farines différentes. Dans celle-ci, il vous est suggéré d’utiliser un mélange de farine de blé dur et de farine tout usage. Pourquoi? Parce que la farine de blé dur contient plus de gluten que les farines traditionnelles, ce qui facilite la liaison des ingrédients. La pâte devient alors plus souple et se tient bien à la cuisson. La farine de blé dur a aussi une meilleure capacité d’absorption des liquides que les autres. La sauce adhère donc aux pâtes plutôt que de glisser sur elles. Ce type de farine est moins facile à trouver que celles dites « tout usage », mais il n’est pas rare d’en trouver dans les épiceries fines, dans les épiceries d’aliments naturels ou dans les boutiques de vrac alimentaire.

Ce que pâte veut

Il n’y a pas de recettes de pâtes fraîches parfaites. Même si les ingrédients utilisés pour la confection sont peu nombreux et assez simples, il existe des variables qu’il est impossible de prévoir, comme le taux d’humidité de la farine et la grosseur des œufs. Il faut donc vous fier à votre instinct pour juger des besoins de votre pâte. Par exemple, si vous voyez que les ingrédients sont mélangés de façon homogène, que la pâte se travaille bien, mais qu’il vous reste trop de farine, ne vous acharnez pas à vouloir tout incorporer. Cela veut dire que votre pâte a trouvé le rapport farine/liquide qu’il lui fallait! Même chose si vous observez que votre pâte a tendance à craquer et qu’elle a l’air sèche. Peut-être vos œufs n’étaient-ils pas assez gros et qu’il vous faudra ajouter de l’eau pour mouiller un peu plus le mélange. Mettez-y toute l’attention qu’il faut et faites-vous confiance!

Préparation

    1. Tamisez les farines dans un bol.

    2. Dans un grand bol ou sur un plan de travail, déposez les farines tamisées et creusez-y un puits. Dans le creux que vous venez de former, ajoutez tous les autres ingrédients.

    3. Crevez les œufs avec une fourchette et dispersez-les dans la farine. Ensuite, mélangez les ingrédients avec vos mains.

    4. Pétrissez la pâte pendant 10 minutes. La pâte doit être ferme et homogène. Si elle est trop sèche, ajoutez un peu d’eau. Si elle est trop collante, ajoutez-y un soupçon de farine.

    5. Enveloppez votre pâte d'une pellicule plastique et laissez-la reposer 30 minutes avant de la travailler.

    6. Abaissez la pâte (au rouleau ou à l’aide d’un laminoir à pâte) jusqu’à l’obtention de l’épaisseur désirée. Taillez-la selon le style de pâtes voulu (lasagnes, spaghettis, raviolis, etc.).

    7. Faites-les cuire de 2 à 3 minutes maximum.

Nos outils

Photo : Radio-Canada

Accompagnements suggérés