Vous naviguez sur le site Mordu

Cresson

Plante potagère et sauvage aux origines floues, le cresson fait partie de la famille des brassicacées. Il est grandement apprécié en Angleterre et en Allemagne, et la culture en cressonnière est très répandue en France.

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada

Cresson

Plante potagère et sauvage aux origines floues, le cresson fait partie de la famille des brassicacées. Il est grandement apprécié en Angleterre et en Allemagne, et la culture en cressonnière est très répandue en France.

Le cresson le plus connu est celui qu’on trouve sous forme de pousses au supermarché, dans le rayon des légumes prêts à consommer. Issues de la culture hydroponique, celles-ci sont une garniture tout indiquée pour enjoliver vos plats; leur texture et leur goût sont délicats, et elles constituent une parfaite mise en bouche pour le cresson plus mature. Nul besoin de l’aide d’un ou d’une proche adepte de la cueillette pour dénicher du cresson : plusieurs semenciers tiennent des variétés telles que l’alénois, ce qui vous permet de le faire pousser à la maison.

Si vous n’avez pas le pouce vert, une visite au marché suffira à vous permettre de vous en procurer une botte aux tiges robustes et aux feuilles colorées.

En bouche

À des degrés d’intensité variables, des notes poivrées et terreuses caractérisent toutes les variétés de cresson, ce qui n’est pas sans rappeler la saveur de la roquette et celle de la pomme verte.

Se cuisine

Le cresson se lave comme une laitue, avec un essorage tout en douceur afin de ne pas abîmer ses feuilles.

Cru

Il se mange cru en salade, dans des sandwichs ou sur des tartines. Ses tiges plus coriaces peuvent être émincées pour créer une salsa hors de l’ordinaire. Tout comme les fines herbes, il accompagne très bien – sous forme de beurre aromatisé ou de sauce – un morceau de viande, de volaille ou de poisson.

En purée

Passé au mélangeur, il agrémente un potage velouté, une sauce onctueuse ou un smoothie rafraîchissant.

Se conserve

Au frigo

Comme ses feuilles fanent rapidement, il est conseillé de cuisiner le cresson la journée même de l’achat. Il a besoin d’humidité et se conserve deux jours au maximum, ses tiges trempées dans un bol d’eau.

Ses alliés

Les notes poivrées du cresson se marient tout autant avec la viande rouge (bœuf, canard, veau) qu’avec la volaille ou les poissons à chair blanche. Du côté des végétaux, les accords avec la betterave, le concombre, le fenouil, les oignons et la pomme de terre sont particulièrement recommandés.

Photo : Radio-Canada