L'image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada

Le bacon : qu’en dire sinon que son ajout à un plat est la façon la plus facile de rendre ce dernier savoureux? Cette pièce de viande de porc, salée, fumée, puis tranchée, a inspiré toute une sous-culture sur Internet, a été parfois sacrée meilleur ingrédient du monde et a fait l’objet d’un culte dans certains restaurants.

Il vient du flanc du porc, ce qui comprend toute la partie ventrale de l’animal. Le bacon « canadien » vient, quant à lui, du dos de l’animal et contient moins de matières grasses. Le bacon est facilement reconnaissable à ses longues lignes de gras blanches.

Comment fabrique-t-on un aliment aussi délicieux? On commence par la salaison de la viande. Cette opération peut se faire à sec ou en saumure, et on ajoute un élément sucrant au mélange, comme de la cassonade ou du sirop d’érable. On termine par le fumage. Durant la salaison du bacon industriel, on utilise du nitrite de sodium, un agent de conservation qui protège le produit et lui donne sa couleur rose. Le bacon artisanal en contient moins, ce qui lui confère une teinte plus blanche.

On peut préparer d’autres viandes à la manière du bacon, comme le bœuf et la dinde, même si les puristes répondront que le bacon ne peut provenir que du porc. Ne leur dites pas qu’on trouve aussi aujourd’hui du bacon à base de soya!

En bouche

On connaît le bacon comme accompagnement dans les déjeuners traditionnels anglo-saxons. Frit dans la poêle, il prend une texture croquante irrésistible qui fait souvent de lui la vedette de l’assiette. Le bacon, c’est un raccourci culinaire; il donne un goût fumé et salé à n’importe quel plat.

Se cuisine

La méthode la plus connue pour obtenir des tranches de bacon bien dorées et craquantes, c’est de les faire revenir dans la poêle. Il est crucial de déposer la viande dans la poêle encore froide et de cuire les tranches à feu moyen doux une dizaine de minutes : cela permet aux graisses de fondre et donne le temps à la viande de griller dans le gras fondu. Petit truc : sortez votre bacon de la poêle un peu avant d’obtenir la consistance désirée, puisqu’il continuera de cuire pendant un petit moment.

On peut aussi cuire les tranches de bacon au four à micro-ondes de 1 à 2 minutes, après les avoir couvertes de papier absorbant.

Finalement, la cuisson au four est souvent la méthode choisie par les personnes qui souhaitent réduire la quantité de vaisselle graisseuse à nettoyer après le brunch. C’est toutefois la méthode la plus longue : on préchauffe le four à 400 °F (200 °C), puis on fait cuire les tranches 20 minutes en les retournant à mi-cuisson, en s’assurant qu’elles ne se chevauchent pas.

Si on a passé l’étape du déjeuner et qu’on souhaite incorporer le bacon à d’autres recettes, on peut l’ajouter haché quand on fait suer des oignons, grillé en garniture pour les soupes, dans des sauces pour la viande ou les pâtes, et en tranches sur des rôtis. Pourquoi ne pas essayer de l’incorporer dans des scones au cheddar, sur des gaufres avec du sirop d’érable, sur des beignes, des dattes, dans les cocktails à la vodka ou, plus évidemment, dans des quiches? Vous n’avez rien à perdre, et un délicieux goût de bacon à gagner!

Se conserve

Au frigo

7 jours

Au congélateur

De 1 à 2 mois

Ses alliés

Son profil de goût sucré-salé le rend très polyvalent et l’ajout de gras de bacon fait ressortir les saveurs de presque tous les plats.

Photo : Radio-Canada