Pâte de cari thaï

L'image est en cours de chargement...

Photo : O’Gleman Média / Maude Chauvin

Pâte de cari thaï

Une certaine confusion règne autour du terme « cari », qui peut désigner autant un mélange d’épices qu’un type de plat. Pour ajouter à la confusion, on nomme aussi « cari » certains mets... qui ne contiennent pas de cari (le mélange d’épices). En Thaïlande, on trouve ce mélange d’aromates en trois couleurs : jaune, rouge et vert. La pâte de cari jaune est la variété la plus douce : on y trouve des notes d’épices torréfiées, de curcuma et de cumin. La pâte de cari verte est quant à elle la plus forte; elle comprend une grande quantité de piments, des oignons verts et de la citronnelle. L’intensité de la pâte de cari rouge se situe entre celles des deux autres : on y trouve du piment œil d'oiseau et un bel équilibre entre le côté herbacé, celui des épices torréfiées et le piquant. L’acidité et le sucré sont également au menu.

On l’aime

Parce qu’une petite quantité de cette pâte d’épices thaï suffit pour parfumer un plat à l’asiatique. Elle contient du piment, du gingembre, de la citronnelle et un mélange d’épices.

On la trouve

À l’épicerie, dans l’allée des produits asiatiques.

On la conserve

Plusieurs mois au réfrigérateur.

On la cuisine

Dans un sauté, un mijoté, une soupe thaïe ou en marinade pour les viandes. Avec du lait de coco, elle est une base parfaite pour préparer un cari.

Recettes

Photo : O’Gleman Média / Maude Chauvin