Vous naviguez sur le site Mordu

Les snunchs, la tendance des minirepas

par  Émilie Lavallée

Plusieurs minis-repas tirés du livre Snunch! | Photo : Hubert Cormier

Qui n’a pas déjà manqué de temps pour se préparer un lunch et a dû se rabattre sur un sandwich acheté rapidement et des collations commerciales souvent trop salées, trop sucrées ou trop grasses? C’est exactement pour ce genre de situation que les snunchs existent. Les quoi? Les snunchs! Il s’agit d’un mot-valise composé de « snack » et de « lunch » pour parler d’un minirepas dont la portion est à mi-chemin entre celles de la collation et du repas classique. Très populaires sur les réseaux sociaux, ces snunchs pourraient rendre la planification de vos repas beaucoup plus facile.

La popularité du télétravail a connu son essor en même temps que le grignotage. Les gens ont accès beaucoup plus facilement à leur réfrigérateur et à leur garde-manger. J’ai l’impression que le fameux trois repas traditionnel, qui était un modèle auquel jusque-là tout le monde adhérait, est en train de s’effriter pour laisser place au grignotage , explique Hubert Cormier, docteur en nutrition et créateur du populaire site de recettes Bon pour toi.

C’est avec cela en tête qu’il a écrit son onzième livre, intitulé Snunch! 100 combos rapidos pour le boulot, sur le go et en solo. On peut y lire que les collations représentent environ 23 % des calories consommées quotidiennement.

La couverture du livre Snunch!
La couverture du livre Snunch! | Photo : Guy Saint-Jean Éditeur / Dorian Danielsen

Pour lui, le danger des collations est qu’elles sont souvent déséquilibrées. Nous pourrions bien vivre sans en prendre. La collation est prise en extra des trois repas, tandis qu’un snunch peut être pris en substitution à un repas. C’est ça, la différence, précise-t-il.

Le snunch idéal

Un snunch tiré du livre d'Hubert Cormier présenté dans une boîte Bento.
Un snunch tiré du livre d'Hubert Cormier présenté dans une boîte Bento. | Photo : Hubert Cormier

Pour concocter un minirepas parfait, diversifié et équilibré, il y a des règles à respecter. Le docteur en nutrition conseille de commencer en choisissant une protéine, végétale ou animale, et de compléter avec une céréale à grain entier et trois fruits ou légumes différents.

Il suggère aussi d’y ajouter une sauce ou une trempette. Dans son livre, il donne l’option d’ajouter une petite douceur, une gâterie, facultative, mais qui apporte un complément de saveurs et de couleurs.

Après avoir pratiqué de nombreuses années dans un cabinet privé, Hubert Cormier a constaté que presque tout le monde aime terminer le repas avec une petite douceur, parfois salée, mais beaucoup plus souvent sucrée.

Pour tout le monde!

Le mot-clic #snunch est suivi par près de 3 millions d’internautes sur TikTok, ce qui n’est pas surprenant, puisque ce concept s’adresse à un public très large. Pensons d’abord aux enfants. Le snunch contient entre 300 et 350 calories, parfois jusqu’à 450 s’il comprend une petite douceur. Il s’agit donc du nombre de calories qu’un enfant peut consommer pour son lunch, selon Hubert Cormier.

Lors de la rédaction de son livre, il a aussi pensé aux jeunes adultes qui travaillent devant un ordinateur et qui auraient envie de sortir pour faire une activité physique à l’heure du lunch. Les sportifs peuvent séparer le repas en deux et faire deux snunchs. L’un plus fruité, plus riche en glucides avant de pratiquer le sport, et un autre plus tard dans l’après-midi, explique-t-il. En effet, comme le snunch est deux fois plus petit qu’un repas ordinaire, il faut donc en prendre deux si vous voulez remplacer un dîner, par exemple.

Les personnes âgées peuvent aussi y trouver leur compte, puisqu’en vieillissant, leur appétit a tendance à diminuer, et l’envie de cuisiner n’est plus toujours au rendez-vous. Ça fait en sorte qu’elles mangent presque deux fois moins aux repas. Donc dans ma tête, je me suis dit : deux fois moins, ça équivaut à un snunch, souligne-t-il.

Boîtes Bento, oui ou non?

Assez parlé du contenu des snunchs, passons maintenant au contenant. Dans quoi mettre sa nourriture? Bien entendu, les traditionnelles boîtes Bento sont ce que nous avons l’habitude de voir, et elles sont désormais nombreuses sur le marché. Il s’agit d’un contenant rectangulaire qui comporte plusieurs compartiments pour garder vos aliments séparés. Il est possible d’en trouver facilement dans n’importe quel magasin à grande surface.

Hubert Cormier mentionne toutefois qu’il n’est pas nécessaire de dépenser pour se procurer des contenants instagrammables. On peut aussi y aller avec plein de petits plats séparés plutôt qu’avec une boîte avec des séparateurs. Nous avons tous un tiroir rempli de plats de plastique qui déborde. En optant pour une boîte, on est dépendant du nombre de séparations et de l’espace du plat. C’est pour ça que des fois, c’est mieux d’avoir plein de petits plats et de s’amuser!

Snunch! 100 combos rapidos pour le boulot, sur le go et en solo, Guy Saint-Jean Éditeur, 26,95 $, en librairie depuis le 31 août.

Plusieurs minis-repas tirés du livre Snunch! | Photo : Hubert Cormier