Vous naviguez sur le site Mordu

Envie de cueillir des champignons sauvages?

L’image est en cours de chargement...

De la fin août à la mi-octobre, la saison des récoltes de champignons sauvages bat son plein.  | Photo : La Mycoboutique de Montréal

Vous rêvez de cueillir des chanterelles pour votre recette de pâtes préférée? C’est possible! De la fin août à la mi-octobre, la saison des champignons sauvages bat son plein. À cette période, de nombreuses activités sont offertes afin de vous permettre de découvrir cet univers fascinant en toute sécurité, et ce, aux quatre coins de la province.

par Kim Fontaine

La première règle à suivre pour s’initier à la cueillette des champignons : ne pas improviser! Avec plus de 3200 espèces de champignons au Québec, il faut être prudent avant de s’aventurer en forêt et de manger ce que l’on cueille. Judith Noël, biologiste et directrice de la Mycoboutique à Montréal(Nouvelle fenêtre), nous rassure : L’idée, c’est de manger le champignon seulement si on est sûr à 100% qu’il est comestible. Une fois qu’on suit cette règle-là, ça va bien. Dans le doute, on s'abstient! Elle nous rappelle également qu’il est impossible de s’intoxiquer simplement au toucher.

Des excursions guidées pour développer ses connaissances

Vous êtes curieux d’essayer? Partez en excursion avec une personne qualifiée comme Judith, qui dirige des activités de cueillette de champignons depuis 2013. C’est l’aspect gastronomique qui l’a poussée à créer son offre. Les gens ne voulaient pas nécessairement connaître tous les champignons, mais plutôt ceux qui se mangent. C’était à ce besoin qu’on répondait au départ, explique cette passionnée.

Le Québec regorge de forêts et il y a de plus en plus d’entreprises qui offrent diverses façons d’explorer des endroits de prédilection pour trouver des champignons. Le livre Sur le chemin des champignons(Nouvelle fenêtre) de Pascale G. Malenfant classe par région les endroits permettant de découvrir ces merveilles partout dans la province. Évidemment, pour ne pas manquer sa chance, il est préférable de s’inscrire aux excursions à l’avance. Du côté de la Mycoboutique de Montréal, la période d'inscription débute en novembre pour le printemps et l'automne suivants.

L’image est en cours de chargement...

Le livre Sur le chemin des champignons de Pascale G. Malenfant aux Éditions de l’Homme. | Photo : Les Éditions de l’Homme

Quoi apporter en forêt?

Cela va de soi, mais pour passer un bon moment dans la nature, il faut être correctement habillé! On recommande un pantalon long, des bottes ou des souliers de marche confortables, un chapeau et un coupe-vent imperméable ou un chandail chaud, au besoin. Niveau matériel, on se munit d’un panier ouvert, de sacs en papier pour ne pas mélanger les espèces, d’un couteau, d’une brosse pour nettoyer les champignons et d’un sifflet pour faire connaître sa position. Certaines entreprises fournissent l’équipement. Pour vous gâter, offrez-vous un vrai couteau de mycologie(Nouvelle fenêtre), qui combine la lame et la brosse en un seul objet durable.

L’image est en cours de chargement...

Si vous développez une passion pour la cueillette des champignons, procurez-vous un vrai couteau de mycologie qui combine la lame et la brosse en un seul objet durable. | Photo : Nathalie Dodon

Cueillir, identifier, préparer et déguster

Une fois les règles de conduite expliquées, on part à la chasse aux trésors! Toutefois, il semblerait que c’est le champignon qui nous trouve et non l’inverse, affirme Judith en rigolant. Lorsqu’on a identifié notre spécimen, on coupe le pied du champignon et on le brosse sur place pour éviter de revenir avec une omelette au sable!, ajoute-elle en riant.

Par la suite, on dépose tous les spécimens sur une grande table pour faire le tri et on détermine les particularités de cuisson et de conservation de chaque espèce. Par exemple, certains champignons gagnent à être séchés, car leur saveur sera bonifiée. C’est le cas des morilles et des bolets des épinettes. Le moment est aussi propice aux échanges de recettes avec des champignons forestiers : pizza blanche, gratin dauphinois, alouette!

Pour aller plus loin

Si vous développez une passion pour la cueillette des champignons, Judith vous recommande de vous procurer un bon livre d’identification adapté à votre secteur. Elle propose deux ouvrages qui se complètent bien, soit : Le Grand livre des champignons du Québec et de l’Est du Canada(Nouvelle fenêtre) de Raymond McNeil et Les champignons comestibles du Québec : les connaître, les déguster(Nouvelle fenêtre) de Jean Desprès. Le club de mycologie de votre région(Nouvelle fenêtre) est une autre bonne ressource.

Aux petits mycologues curieux, offrez l’album Le fan club des champignons(Nouvelle fenêtre) de la populaire auteure jeunesse Élise Gravel. Découvertes et fous rires garantis!

L’image est en cours de chargement...

Le livre Le fan club des champignons d’Élise Gravel aux Éditions les 400 coups. | Photo : Élise Gravel / Éditions les 400 coups

Alors, n’attendez plus pour (re)connecter avec la nature et pour cuisiner les champignons sauvages du Québec; ils sont aussi délicieux pour les papilles qu’amusants à récolter!

De la fin août à la mi-octobre, la saison des récoltes de champignons sauvages bat son plein.  | Photo : La Mycoboutique de Montréal