Vous naviguez sur le site Mordu

Manger asiatique le jour de Noël, une tradition de la communauté juive

signé par  Allison Van Rassel

L’image est en cours de chargement...

Les restaurants asiatiques des lieux devenus « cultes » pour la communauté juive le jour de Noël. | Photo : Gracieuseté : Restaurant Fay Wong

Pandémie ou pas, au Québec, tous les restaurants sont fermés le jour de Noël, des reliques de la religion catholique. Tous? Sauf les restaurants asiatiques des lieux devenus « cultes » pour la communauté juive le jour de Noël.

 Les restaurants sont fermés parce que les catholiques prennent congé le jour de Noël , relate Suzanne Saul au bout du fil. Originaire de New York, cette Québécoise d’adoption de confession juive s’offre de la nourriture asiatique le 25 décembre depuis toujours

« J’ai grandi avec. Ça a toujours été comme ça chez moi, comme chez les autres familles juives de mon entourage. Je suis une juive culturelle, je ne suis pas une juive religieuse. À New York, la tradition est si importante, que plusieurs restaurants asiatiques servent une cuisine casher à l’année. »

— Une citation de  Susan Saul

La toute première mention de Juifs américains mangeant dans un restaurant chinois, remonte en 1899 dans le American Hebrew Journal. Le journaliste critiquait alors les Juifs d’avoir mangé de la nourriture non casher. La cuisine chinoise ne comporte toutefois aucun produit laitier et beaucoup moins de mélanges de différentes viandes que la cuisine italienne, par exemple.

  J’ai grandi en mangeant casher chez moi, mais pas hors de chez moi , souligne Mme Saul.  S’il y a du porc, c’est caché à l’intérieur de quelque chose comme un wonton. J’enlève le porc et ça devient facile. Autrement, il suffit de faire abattre le bœuf et le poulet selon les pratiques casher. 

La journée la plus  intense  de l’année

Kevin Lee, propriétaire du restaurant Fay Wong situé dans la quartier Côte-des-Neiges à Montréal, témoigne avec engouement de cette tradition du 25 décembre. Pour ce petit restaurant de quartier, qui se spécialise dans les mets de la cuisine cantonaise et sichuanaise, c’est la plus grosse journée de l’année. C’est leur miracle de Noël.  

 C’est de loin la journée la plus occupée de l’année pour nous et depuis nos débuts , souligne fièrement M. Lee. Avec les nouvelles mesures mises en place, les commandes de nourriture pour emporter ne cessent d’augmenter.  

C’est tout un défi pour sa petite équipe qui travaille dans un environnement étroit où tout est fait maison et préparé à la commande. 

 Mon père a démarré l’entreprise en 1999. En 2010, lorsque j’ai repris le restaurant, il me disait que la période la plus chargée était autour de Noël, mais il ne m’a jamais vraiment dit exactement quand ni pourquoi. J’ai vite compris que le jour de Noël est le plus occupé de tous , ajoute celui qui fait une nourriture chinoise canadienne, conçue pour répondre aux goûts occidentaux.

« Je suis très touché de savoir que la communauté juive compte sur notre culture pour faire partie de leurs traditions. Je suis très reconnaissant de nourrir la communauté avec ma nourriture. »

— Une citation de  Kevin Lee, propriétaire du restaurant Fay Wong

Le menu de son restaurant n’est pas modifié pour s’adapter aux prescriptions des rituels judaïques. Kevin Lee souligne que les plats les plus populaires sont le poulet général Tao, les nouilles cantonaises, le poulet soo guy, les plats avec sauces au homard et aux crevettes, ainsi que les rouleaux de printemps et les nems.

L’image est en cours de chargement...

La cuisine asiatique est, par-dessus tout, propice au partage. | Photo : getty images/istockphoto / monkeybusinessimages

 Je me suis longtemps demandé pourquoi nous restons ouverts le jour de Noël , poursuit Kevin.  C’est un réel défi pour moi cette journée. Nous sommes un si petit restaurant. Ensuite, je me souviens de toutes les personnes qui recherchent de la bonne nourriture à manger le jour de Noël. C’est un sentiment très spécial de savoir que ta nourriture fait partie des célébrations des gens. 

COVID ou pas, cette façon laïque de célébrer Noël se perpétue cette année mais davantage en mode pour emporter ou livraison.

Les restaurants asiatiques des lieux devenus « cultes » pour la communauté juive le jour de Noël. | Photo : Gracieuseté : Restaurant Fay Wong