L’unique vodka de patates moches de Portneuf

Chargement du lecteur vidéo en cours...

Ubald distillerie valorise des patates moches. | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Faire de l'alcool neutre à partir de matières premières récoltées dans une seule et même région, c’est ce à quoi aspirent bien des distilleries au Québec. Ubald Distillerie, de Saint-Ubald, dans Portneuf, réussit avec brio ce pari tout en valorisant des patates moches.

On ne pouvait pas penser acheter de l’alcool neutre d’ailleurs pour redistiller au Québec avec des patates, ça ne fait pas partie de nos valeurs , souligne la distillatrice Pascale Vaillancourt, copropriétaire d'Ubald Distillerie, de la route 363. L’idée maîtresse a toujours été de partir de zéro pour élaborer notre alcool, un défi que peu osent au Québec. C'est la rencontre avec les propriétaires de Patates Dolbec, le plus gros producteur de patates du Québec, qui a permis de le réaliser.

L’image est en cours de chargement...

Pascal Vaillancourt et son conjoint Hugo D'Astous élaborent une vodka qui valorise des patates moches.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Valoriser la patate moche

Implanté depuis plus de 50 ans dans le village de Saint-Ubald, Patates Dolbec produit annuellement près de 40 000 tonnes de patates, avec plus d’une vingtaine de variétés, réparties sur 10 000 acres de terre partout dans le grand Portneuf. L'entreprise familiale approvisionne les grands épiciers du Québec, Costco, mais aussi plusieurs restaurants et casse-croûtes de la Capitale-Nationale.

L’image est en cours de chargement...

Les patates qui ne répondront pas aux standards de beauté Canada No 1 du Conseil canadien des normes deviendront vodka.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

L’entreprise familiale cherchait désespérément une façon de valoriser leurs récoltes qui ne répondent pas aux standards de beauté Canada No 1 du Conseil canadien des normes. Avec les rebuts du distillat, qui retournent à la terre afin d’engraisser les sols, c'est aussi l'un des rares produits issus d'une économie circulaire en agriculture qui est valorisé dans une seule et même région.

On ressent vraiment la fierté des gens de la région, partage Josée Peticlerc, elle aussi propriétaire d’Ubald Distillerie avec son conjoint et président de Patates Dolbec, Stéphane Dolbec. Le grand défi est que les consommateurs partout en province entrent dans une Société des alcools du Québec et aient envie de choisir un nouveau produit, un produit qui n’est pas connu du Québec.

La panoplie de produits est énorme et les consommateurs de vodka sont des gens fidèles, contrairement aux consommateurs de gin qui, eux, aiment découvrir de nouveaux produits. Notre plus grand défi est de se faire connaître auprès de ces gens.

Josée Petitclerc, copropriétaire Ubald Distillerie

L’image est en cours de chargement...

Josée Petitclerc dit ressentir la fierté de la population locale pour leur produit qui favorise une économie circulaire.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Une texture unique

Chose certaine, une dégustation permet de comprendre rapidement la différence avec une vodka de grain. En bouche, la vodka aux patates est plus douce avec une texture plus ronde et moins agressive sur le palais. On est loin des produits similaires importés de la Russie ou de la Pologne, deux pays reconnus mondialement pour leurs vodkas de patates. Portneuf a de quoi être fière!

Avec un produit d’une aussi belle qualité et une capacité de production automatisée de près de 500 000 litres d’alcool par année, Ubald Distillerie s’avère une solution fort stimulante pour l’économie du Québec.

Mon petit doigt me dit que de plus petites distilleries québécoises qui, en ce moment, optent pour de l’alcool neutre de grains de l’Ontario, faute d’option au Québec, cogneront à la porte d’Ubald pour utiliser leur alcool neutre.

Soudainement, la patate moche de Portneuf est pas mal plus intéressante qu’on le pense!


Ubald Distillerie
220, route 363, Saint-Ubalde
Ubald.ca(Nouvelle fenêtre)

Ubald distillerie valorise des patates moches. | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel