Un chardonnay du Niagara parmi les 50 meilleurs vins du monde

par  Elizabeth Ryan

L'image est en cours de chargement...

Le vignoble Hidden Bench est situé en pente, sur un terroir qu'on nomme le Bench.  | Photo : Gracieuseté : Hidden Bench

Un vin canadien parmi les meilleurs vins du monde? C’est aujourd’hui une réalité pour Harald Thiel, du vignoble Hidden Bench, en Ontario, dont le Felseck Chardonnay 2018 s’est classé parmi les 50 meilleurs du vins du monde et est reparti avec l’une des très convoitées médailles Best in Show du Decanter World Wine Awards 2021 (DWWA).

Qui l’eût cru? Je me pince, car je crois rêver. Cette reconnaissance est la preuve qu’il est grand temps de prendre le vignoble canadien au sérieux, affirme Harald Thiel, vigneron propriétaire du Hidden Bench, dans la péninsule du Niagara, en Ontario.

Avec plus de 18 000 bouteilles soumises venant de partout dans le monde, le DWWA est l’un des concours les plus prestigieux de la scène internationale du vin.

Quand j’ai reçu la nouvelle, j’ai lu le courriel au moins trois fois, dit Harald Thiel en riant. Je suis bouleversé, ému et fier de cette percée internationale. Comme vigneron, mon but était dès le départ de produire de très grands vins canadiens. C’est extrêmement satisfaisant d’en arriver à ce résultat. Retour sur le parcours d’un artisan qui a pris le temps de faire les choses en grand et qui est aujourd’hui récompensé pour sa patience.

L'image est en cours de chargement...

Harald Thiel repart du DWWA avec une grande reconnaissance. | Photo : Gracieuseté : Hidden Bench

Sauver la vie d’un ami : le coup d’envoi d’une nouvelle vie

Avant de fonder Hidden Bench, le Montréalais Harald Thiel se considérait déjà comme un grand amateur de vins de finesse. Cette passion dévorante l’a d'abord amené à voyager régulièrement pour le vin, mais pas au point de tout abandonner pour fonder un vignoble.

L’idée lui trottait dans la tête, mais puisque son entreprise spécialisée dans la location de matériel audiovisuel roulait à plein régime, le projet est resté au point mort. Jusqu’à ce jour où tout a déboulé.

En 2003, Harald Thiel et son ami Jean Simard faisaient du ski alpin. En pleine piste, le cœur de Jean s’est arrêté. Il a fait une crise cardiaque. Le futur vigneron s'est alors précipité sur le corps inerte de son ami de longue date pour lui prodiguer les premiers soins.

Pendant 17 longues minutes, j’ai tout essayé pour le sauver, raconte-t-il. Je me suis promis à ce moment-là que si Jean survivait à ce terrible accident, je vendrais mon entreprise pour me lancer dans ce bon vieux projet de vignoble que je repoussais toujours à plus tard.

Le cœur de Jean Simard a tenu bon, et son sauveur n’a pas oublié pas la promesse qu’il s’était faite à lui-même. Quelques mois plus tard, son entreprise était vendue à des intérêts américains, et il a fait l'acquisition d’une terre agricole à Beamsville, en Ontario.

La terre promise du Bench au Niagara

Le vignoble Hidden Bench a été fondé en 2003. Son nom est un hommage à son terroir méconnu, celui du Bench, qui désigne une bande de terre escarpée de la péninsule du Niagara. Ce terrain recèle, selon Harald Thiel, les parcelles parmi les plus favorables du Canada pour la culture de la vigne.

Quand on regarde les grandes régions viticoles du monde, on trouve toujours une pente. C’est sur les coteaux qu’on peut faire pousser les raisins de la plus haute qualité. C’est pour ça que je me suis installé sur le Bench. Et que dire de la qualité des sols, ce niveau de calcaire qui apporte une minéralité qui est si importante au vin et qu’on ne trouve pas à Niagara-on-the-Lake? Je trouve que les chardonnays, rieslings et pinots noirs du Bench sont nettement supérieurs à ceux qui poussent sur le plat.

Harald Thiel, vigneron propriétaire du Hidden Bench

Les secrets d’un grand vin

Lorsque Harald Thiel a constaté que ses tout premiers vins, ceux du millésime 2004, n'étaient pas à la hauteur de ses attentes, il a carrément décidé de passer son tour cette année-là en vendant tout le jus en cuve à d’autres producteurs.

Si l'on veut être reconnu comme producteur de grands vins, il faut se donner les moyens d’y arriver, dit M. Thiel. On s’est aligné sur ce qui se fait dans les grandes maisons viticoles internationales, qui assurent un contrôle de la qualité extrêmement exigeant du champ au chai. Rien n’est laissé au hasard.

En 2005, le pari de Harald Thiel a commencé à porter ses fruits. Sa cuvée Nuit Blanche, un assemblage de sauvignon blanc et de sémillon, s'est vu encensé par la critique. On a gagné le prix du meilleur vin au Canada; la preuve que, quand on fait attention aux détails, ça rapporte, avance le vigneron. La qualité des bouchons, la propreté dans la cave, le triage des raisins, la certification biologique... toutes ces choses sont importantes. Si tu prends soin des détails, le vin va bien prendre soin de toi.

Pour un vigneron qui n’a fait aucun compromis sur sa vision depuis près de 20 ans, c’est d’autant plus satisfaisant de voir un de ses vins, le Felseck Vineyard Chardonnay 2018, recevoir la plus haute distinction aux DWWA.

Les raisins de chardonnay proviennent exclusivement de la parcelle Felseck, dont les vignes sont vieilles de 30 ans. Ils sont cueillis à la main, triés et pressés doucement en grappes entières, avant de fermenter sur levures indigènes. Le vin est élevé en fûts de chêne français pendant 14 mois avant d’être embouteillé, expose M. Thiel. On a mis le paquet pour ce vin-là, qui a toujours été bien reçu par nos pairs, mais là, c’est la consécration.

Production totale de ce grand vin primé : à peine 3500 bouteilles, qui seront mises en marché en septembre 2021. Parions que ça partira très vite... L’occasion est unique de découvrir un vin canadien désormais reconnu parmi les grands de ce monde.

Quand on demande à Harald Thiel de nous révéler les secrets d’un grand vin, il répond, sans aucune hésitation : une bonne attaque, une présence au mi-palais et une longue finale. « That’s it! »

De la créativité et de l’audace à revendre

Que souhaiter de plus à un vigneron qui a atteint la plus haute marche du podium? Loin de s'asseoir sur ses lauriers, Harald Thiel continue de repousser les limites de son métier.

Je n’arrête jamais d’apprendre et d’étudier mon terroir, affirme-t-il. On est une jeune région au Niagara. Je commence à peine, après 15 ans, à comprendre mes parcelles. Je viens de planter du gamay, un cépage qui m’intéresse beaucoup. 

Chez les gens de l’industrie vinicole, le vignoble Hidden Bench est associé à des vins de signature classique qui peuvent rappeler les grands crus européens. Pour le vigneron ontarien, qui avoue avoir une admiration sans borne pour le travail de ses collègues de la France, de l’Allemagne, de l’Autriche et du nord de l’Italie, c’est là un grand compliment.

On pourrait croire que Harald Thiel n’a plus rien à prouver, mais ce serait mal le connaître. Pour le simple plaisir de tester de nouvelles façons de faire, il a lancé récemment une toute nouvelle gamme de vins nature, commercialisée sous le nom de Rachis & Derma.

Même si nos vins Hidden Bench sont, par essence, des vins qui se définissent comme naturels et qu’ils sont certifiés biologiques, on a décidé, avec Rachis & Derma, de créer un univers distinct de la gamme originale, fait-il savoir.

Qu’on déguste un Hidden Bench ou un Rachis & Derma, ce qu’on trouvera dans le verre, c’est de l’énergie vitale, un côté vibrant et beaucoup de profondeur, indique Harald Thiel. Des vins parfaitement à l’image de leur vigneron.

Le vignoble Hidden Bench est situé en pente, sur un terroir qu'on nomme le Bench.  | Photo : Gracieuseté : Hidden Bench