Les presse-ails au banc d’essai

L'image est en cours de chargement...

Le presse-ail est un outil de cuisine fort pratique | Photo : getty images/istockphoto / Joe Gough

Dans une salade de tomates juteuses, dans une marinade pour relever le goût d’une viande, sur du pain... l’ail est un aromate polyvalent que l’on aime mettre un peu partout. Bien qu’il s’utilise séché, en poudre et en flocons, on l’apprécie surtout frais et piquant. L’épicerie et Richard Desjardins, professeur à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, ont testé 16 presse-ails manuels.

L'image est en cours de chargement...

Richard Desjardins, professeur à l'ITHQ | Photo : Radio-Canada

À balance, avec pression ou en se vissant, les divers modèles offrent une panoplie de manières de presser l’ail. Mais pour Richard Desjardins, l’ergonomie reste le secret d’un presse-ail utilisé régulièrement.

À pression

Des 16 presse-ails testés dans ce banc d’essai, 13 sont des modèles à pression. C’est le format classique. Si la prise en main est importante, l’effort physique nécessaire pour faire fonctionner votre outil est aussi à considérer. Par exemple, le Zyliss Susi 3 (28 $) est confortable en main, mais vous devez user de force pour arriver à vos fins! Et oubliez les poignées arrondies : pour le modèle Koncis (8 $) du IKEA, ça nuit à la manipulation.

L'image est en cours de chargement...

Les modèles à pression sont le format le plus classique que l'on retrouve sur le marché | Photo : Radio-Canada

Autre chose à ne pas négliger : la solidité. Pour le professeur de l’ITHQ, le Trudeau (22 $) est l’exemple parfait de la bonne qualité grâce notamment à sa conception en zinc, tout comme l’OXO Good Grips (22 $), qui possède une poignée en silicone ergonomique et qui est très confortable.

L'image est en cours de chargement...

Le modèle Oxo Good Grip est très ergonomique  | Photo : Radio-Canada

Selon Richard Desjardins, un bon presse-ail rime avec un panier de bonne taille. Après tout, il faut réussir à y entrer ladite gousse. Encore une fois, le Trudeau (22 $) se démarque bien, tout comme le Ricardo, contrairement au Distribution Trileaf (10 $), dont le récipient est trop petit.

«  Il y a deux ou trois modèles pour lesquels on indique d’éplucher l’ail. Et puis, il y en a plusieurs qui n’en parlent pas. Donc, je les ai tous essayés avec et sans la peau. Et celui-là encore, le Ricardo, a bien performé. Il est très efficace. »

Le Zyliss performe aussi très bien, que l’ail soit pelé ou non, tout comme les modèles les plus chers, c’est-à-dire le Rösle à 75 $ et le Kuhn Rikon Epicurean à 60 $.

Sans plaire, le presse-ail du Dollarama, le Rama Design (4 $), nous a cependant étonné. 

Le Rama est quand même surprenant, surtout avec ce qu’il peut faire comme travail. Je peux y mettre une gousse. Le panier n’est pas très grand, mais tout de même, ce n’est pas dans les plus petits. Par contre, ça demande un peu de force et il n’est pas très ergonomique non plus, mais il fait le travail.

Richard Desjardins

Le Trudeau-Duo (30 $) a fait bonne impression sur le professeur : c’est qu’en plus de presser l’ail, il peut aussi le trancher en lamelles.

Rotatif et à bascule : une déception

Les autres modèles de presse-ail n’ont malheureusement pas séduit Richard Desjardins. Son conseil : ne perdez pas votre temps! 

« C’est dommage parce que le modèle rotatif (Joseph Joseph Helix à 23 $) ne va pas bien : le piston ne va pas au fond du panier, donc il reste beaucoup d’ail. Mais l’idée est vraiment brillante! Il faudrait peut-être retourner sur les planches à dessin. »

L'image est en cours de chargement...

Le modèle Joseph Joseph Helix nécessite peu d'effort physique, mais ne donne pas le résultat escompté | Photo : Radio-Canada

Les deux modèles à bascule, quant à eux, ont donné du fil à retordre à l’expert. Ils demandent trop de force, blessent les poignets et offrent une performance correcte tout au plus.

Finalement, le Ricardo, le Zyliss Susi 3 et l’OXO Good Grips sont les favoris du professeur.

L'image est en cours de chargement...

Le Zyliss arrive en deuxième place au banc d'essai de l'épicerie | Photo : Radio-Canada

« Le panier du Ricardo est grand et est facile à nettoyer. Ce modèle possède une poignée antidérapante. Ensuite, le Zyliss est léger, ergonomique et en aluminium, mais mon préféré est l’OXO, pour sa facilité de travail, son ergonomie stable et son nettoyage facile.  »

Visionnez le reportage vidéo sur le site de L'épicerie(Nouvelle fenêtre), dès mercredi soir. Consultez tous les bancs d'essai de l'émission.

Le presse-ail est un outil de cuisine fort pratique | Photo : getty images/istockphoto / Joe Gough