Une salade en orbite, ou le défi de cultiver des légumes dans l'espace

par  Catherine Lefebvre et Bernard Lavallée

L'image est en cours de chargement...

Les astronautes ont mangé de la laitue ayant poussé dans l’espace pour la première fois en 2015. | Photo : Radio-Canada / Ariane Pelletier

Les films de science-fiction à propos de missions spatiales en tout genre partent souvent de la prémisse que la Terre est devenue invivable et qu’il n’est plus possible d’y pratiquer l’agriculture. La solution : cultiver des aliments frais dans l’espace. Mais est-ce réaliste? L'Agence spatiale canadienne (ASC), en collaboration avec la NASA, a récemment lancé le Défi de l’alimentation dans l’espace lointain afin de trouver de nouvelles technologies pour nourrir les astronautes en mission.

Le duo de nutritionnistes Catherine Lefebvre et Bernard Lavallée anime le balado On s’appelle et on déjeune(Nouvelle fenêtre), où l’on fait part de découvertes liées à l’univers de l’alimentation et discute de sujets qui font réfléchir. À écouter sur OHdio!

Bien plus que des patates sur Mars

Dans le film Seul sur Mars, mettant en vedette Matt Damon, le personnage est abandonné sur la planète rouge par son équipe. Il évalue aussitôt combien il lui reste de denrées et il constate rapidement qu’il aura besoin de produire de la nourriture pour survivre.

Il décide de faire pousser des pommes de terre dans une serre de fortune et enrichit le sol martien avec des sachets d’excréments et d’urine mélangés à de l’eau. On n’en veut pas à Hollywood de tourner un peu les coins ronds, mais en réalité, l’agriculture dans l’espace est un peu plus complexe que ça.

En effet, les obstacles à la production agricole en orbite ou sur d’autres planètes sont nombreux. En ce moment, le plus grand défi est surtout de cultiver des plantes dans un contexte de microgravité, explique Clélia Cothier, gestionnaire du Défi de l'alimentation dans l'espace lointain à l’ASC, en entrevue dans notre émission(Nouvelle fenêtre).

Ne serait-ce que pour arroser une plante, les fluides ne se comportent pas de la même façon dans l’espace que sur Terre, dit-elle. L’exploit de la culture dans l’espace a tout de même été réussi il y a 60 ans.

La première laitue spatiale

L’agriculture dans l’espace ne date pas d’hier. Au début, dans les années 1960, les premières expériences se sont déroulées dans des vols non habités [sans astronautes à bord du vaisseau spatial], mais les premiers tests en présence d’astronautes ont été faits en 1971 par les cosmonautes russes, dont le système s’appelait Oasis 1, raconte Clélia Cothier.

Les premières plantes extraterrestres étaient du lin, du poireau, de l’oignon et du chou chinois. Il faudra toutefois attendre août 2015 pour que les astronautes mangent pour la première fois de la laitue ayant poussé dans l’espace.

L'image est en cours de chargement...

La croissance des plantes est affectée par la quasi absence de gravité dans l'espace. | Photo : NASA

Au début des collaborations entre les États-Unis et la Russie, les systèmes envoyés en orbite étaient dotés de capteurs permettant de récolter des données sur les expériences agricoles. Des technologies similaires sont aussi utilisées dans bon nombre de serres sur Terre actuellement, de manière à suivre de très près le taux d’humidité et d’ensoleillement ainsi que la progression de la croissance des plantes notamment.

C’est donc ce type de technologie et d’innovation que l’ASC recherche dans le contexte du Défi de l’alimentation dans l’espace lointain. On a besoin de solutions qui sont inspirées de ce qui se fait ici, sur Terre, précise la gestionnaire. Et l’idée est qu’il y ait vraiment un échange entre l’inspiration qu’amène l’espace pour créer de nouvelles technologies et, en même temps, que ce que l’on crée puisse avoir des retombées positives sur Terre.

Les répercussions sur Terre

L’ASC collabore également à la production alimentaire en régions éloignées. À travers l’initiative de production alimentaire, l’ASC a lancé Naurvik, une unité de production alimentaire opérée et maintenue par la communauté de Gjoa Haven dans le Grand Nord canadien, explique Clélia Cothier.

L'image est en cours de chargement...

Ces deux conteneurs servent de station de recherche pour la culture de fruits et légumes sous serre à Gjoa Haven, dans le Nunavut. | Photo : soumis par Thomas Surian

Cette initiative a pour but de tester des technologies permettant de faire pousser des légumes dans un milieu aussi isolé et peu propice à la culture maraîchère que le Grand Nord canadien (ou un vaisseau spatial!). Les apprentissages faits dans ce contexte seront ensuite utilisés dans les tests de production alimentaire dans l’espace.

Le Défi de l’alimentation dans l’espace lointain est ouvert à tous les Canadiens et Canadiennes. Les candidatures pour soumettre un projet(Nouvelle fenêtre) sont acceptées jusqu’au 31 juillet 2021.

Les astronautes ont mangé de la laitue ayant poussé dans l’espace pour la première fois en 2015. | Photo : Radio-Canada / Ariane Pelletier