Une nouvelle certification carboneutre pour le sirop d’érable du Québec

L'image est en cours de chargement...

L'acéricultrice Geneviève Proulx examine la couleur de son sirop fraîchement transformé, selon la nouvelle certification Sirop d'Érable Carboneutre du Québec d'Ecocert Canada.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Une nouvelle catégorie de sirop d'érable fait son apparition sur le marché acéricole québécois : le Sirop d'Érable Carboneutre du Québec. Mise sur pied par l'organisme Ecocert Canada, cette certification, qui souligne l’effort des acériculteurs et acéricultrices dans la réduction des gaz à effet de serre, va au-delà des normes biologiques au Québec afin de lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique.

Je ne savais pas qu’il est possible au Canada de posséder une certification biologique et de transformer de la sève d'érable en sirop dans un évaporateur chauffé au mazout. C'est possible, car la certification biologique ne prend pas en considération la méthode de transformation de l'aliment, mais bien l’environnement dans lequel celui-ci prend vie. Elle régit le produit et non la méthode.

C'est un vrai non-sens, selon le biologiste et auteur Stéphane Guay. Le sirop d’érable transformé au mazout, qu’il soit biologique ou non, est un des plus polluants sur la planète.

Si tu as un sucre bio dont le système de chauffage est l’huile, tu as le sucre qui génère le plus de gaz à effet de serre au monde entre les mains. Si ce même sirop est produit au bois, aux granules ou électrique, il ne génère aucun CO2. Ça devient alors le sucre le moins polluant de la planète. On est tout l'un ou tout l’autre.

Stéphane Guay, biologiste spécialisé en acériculture

En ce moment au Québec, 49% de la production acéricole de taille moyenne (10 612 entailles) utilisent du mazout pour transformer le sirop d’érable. Impossible de savoir combien de ce nombre est certifié biologique, car ni le CARTV, l'Ecocert Canada ou le Québec Vrai ne comptabilise ces données.

L'image est en cours de chargement...

Les biologistes Edith Bonneau et Stéphane Guay, passionnés d'acériculture.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Un sirop plus vert

La certification Sirop d’Érable Carboneutre du Québec élaborée par Ecocert Canada vient combler ce manque et répond, par le fait même, à de nouvelles exigences des consommateurs conscients de leurs choix alimentaires, selon Fabien Jouve, chef de service des relations client chez Ecocert Canada.

On prend en considération l’ensemble du matériel utilisé dans la transformation du sirop d’érable, y compris l’utilisation de véhicules motorisés à essence, précise-t-il. Les producteurs compensent alors en achetant des crédits carbone. Les Québécois sont de plus en plus nombreux à chercher un sirop d’érable plus vert.

L'image est en cours de chargement...

La traçabilité est un des enjeux majeurs dans la production du sirop d'érable au Québec.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec mettent aussi la main à la pâte afin d'encourager leurs membres à verdir leurs méthodes. Le regroupement a adopté un plan de transfert technologique visant à réduire de 26 % d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la production de sirop d’érable.

Ce plan consiste notamment à motiver leurs membres, par l'entremise de subventions, à faire la transition vers de nouveaux équipements à haute efficacité énergétique, qui ne génèrent aucun GES en raison de l’utilisation de l’hydroélectricité, une source renouvelable d’énergie. Elle nécessite toutefois l'accès à un bon réseau électrique.

 Notre rôle est d’expliquer aux producteurs les divers programmes de financement qui existent pour les encourager à changer leur évaporateur ou pour des appareils plus efficaces , souligne Simon Trépanier, directeur général des Producteurs et productrices acéricoles du Québec.

Ça semble bien fonctionner, car l’empreinte carbone du sirop d’érable québécois s’est améliorée au fil des années grâce à une plus grande utilisation de sources d’énergie moins émettrices de GES.

L'image est en cours de chargement...

Le sirop d'érable produit à l'électricité est de nature plus pâle que ses homologues au mazout ou au bois.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Simon Trépanier remet tout de même en question cette nouvelle certification puisque 85 % du sirop d’érable au Québec est destiné à l’exportation.

On tient des assemblées deux fois par année, il n’y a aucun de nos membres qui, à l’heure actuelle, nous disent que les consommateurs demandent de la carboneutralité. Ce que le consommateur veut, c’est de savoir d’où vient sa nourriture et rencontrer le producteur, dit-il.

À l'entendre parler, on pourrait croire que les deux ne vont pas de pair, alors que la certification Sirop d'Érable Carboneutre du Québec vient dire que oui.

On entend que le consommateur veut un produit plus vert, moins polluant, mais le consommateur n’est pas toujours cohérent. Les ventes de voitures électriques augmentent beaucoup, mais en même temps, la voiture la plus vendue au Canada c’est un pick-up F150.

Simon Trépanier, directeur général des Producteurs et productrices acéricoles du Québec

La présente pandémie mondiale a eu comme effet de braquer la lumière sur bien des enjeux dans le monde de l’agroalimentaire permettant ainsi aux consommateurs une plus grande transparence quant à la production, mais aussi la transformation de leurs aliments. Cette certification est à l'image d'un mouvement qui réjouit grandement le biologiste Stéphane Guay.

Cette certification va permettre de bien orienter les consommateurs vers les produits les plus respectueux de l’environnement, croit-il.

Une chose est certaine, la certification Sirop d’Érable Carboneutre du Québec répond à la demande d’une nouvelle génération de consommateurs encore plus consciente de l’impact de ses choix alimentaires. Ceux qui savent que manger, c’est voter !


À LIRE : Éphémère Nuage à l'érable(Nouvelle fenêtre)

L'acéricultrice Geneviève Proulx examine la couleur de son sirop fraîchement transformé, selon la nouvelle certification Sirop d'Érable Carboneutre du Québec d'Ecocert Canada.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel