Donner au suivant, une noix torréfiée à la fois

L'image est en cours de chargement...

Noix, noisettes, arachides | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Nancy Lachance opère une ressource de type familial (RTF) qui accueille chez elle, à temps plein, des gens avec une déficience intellectuelle. « C’est une clientèle qui m’apporte tellement et à laquelle je veux redonner », souligne la femme d'affaires. « La chance que j’ai d’être avec eux m’a poussé à fonder Les Noix de la Chance », une entreprise qui donne au suivant une noix torréfiée à la fois.

« Il faut leur donner des responsabilités pour qu’ils se sentent valorisés », croit Nancy Lachance, à la suite de cette décision d'affaires. En collaboration avec sa conjointe Danielle Guérin, originaire de l’Allemagne, celle qui veille à temps plein depuis 23 ans aux besoins essentiels et au bien-être de personnes vivant avec une déficience intellectuelle, a fondé une entreprise qui leur offre une opportunité de travail.

 C’est une clientèle vulnérable pour laquelle le gouvernement a de moins en moins d’argent. Je vois les activités qui diminuent avec le temps et encore plus en ce moment avec la COVID. Je crois que c’est encore plus judicieux d’offrir ce service, car tous les usagers sont à la maison. Il n’y a plus rien qui se passe pour eux. 

Nancy Lachance, copropriétaire Les Noix de la Chance

En ce moment, seulement Sylvie profite du service. Elle aide à l’étiquetage des produits et à l’emballage des paquets cadeaux. Des tâches qu’elle adore et qui apportent beaucoup de bonheur, souligne Nancy. Il n’y a aucune manipulation de noix faites par les usagers de la ressource, une tâche relayée à la torréfactrice et copropriétaire de l'entreprise, Danielle Guérin.

L'image est en cours de chargement...

Nancy Lachance a fondé Les Noix de la Chance afin de donner une chance à ceux qui ont grand besoin de valorisation. | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Du café aux noix

La torréfaction des noix se fait dans le sous-sol de la résidence principale des deux entrepreneures à L’Ancienne-Lorette. Née en Allemagne, Danielle a grandi avec un amour pour les noix torréfiées, un délice qui lui rappelle les marchés de Noël de son enfance.

« C’est ma grand-mère qui m'a transmis sa passion pour les noix, ainsi que la tradition de visiter les marchés de Noël », raconte Danielle. « Quand j’ai fait goûter à Nancy mes noix, elle a ressenti un vrai coup de foudre », ajoute-t-elle en riant.

 Je me sentais privilégié dans ma vie. Je voulais redonner à ceux qui en avaient besoin et c’est là que j’ai rencontré Nancy. On avait ce désir-là en commun et c’est là que le projet est né. 

Danielle Guérin, copropriétaire Les Noix de la Chance

L'image est en cours de chargement...

Les mélanges de noix sont élaborés à partir de noix fraîches et en petite quantité, selon des traditions allemandes.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Danielle torréfie les noix à la commande. Celle qui a appris le métier avec le café au Coffre Lab au Vermont, voilà plus d’une dizaine d’années, applique en partie les notions apprises aux noix. Selon l’artisane, c’est la couleur et l’odorat qui déterminent si le produit a atteint son plein potentiel aromatique.

« Ce n’est pas tout à fait la même chose que torréfier le café », précise-t-elle. « Avec les noix, le processus se fait avec de l’eau, du sucre et du sirop d’érable, ce que l’on n’a pas dans le café. Tu peux torréfier une noix sans eau ou sucre, mais à ce moment-là, c'est rôtir, comme nos noix au barbecue. »

 La noix, c’est un fruit, c’est exactement comme le café. Tu n’es pas censé acheter ça en grande quantité. Il faut privilégier des petites quantités le plus frais possible. 

Danielle Guérin, copropriétaire Les Noix de la Chance.

Le travail se fait dans deux machines Mandel Profil importé de l’Allemagne, la seule compagnie qui fabrique des appareils pour torréfier noix, arachides et noisettes. Les noisettes proviennent de la Turquie, les arachides des États-Unis et les cajous du Vietnam.

« Je fais partie du Club des producteurs de noix comestibles du Québec », souligne fièrement la torréfactrice. « En ce moment, il n’y a personne qui veut me vendre de noix ou noisettes, car il n’y en a pas assez. Éventuellement, je l’espère. »

L'image est en cours de chargement...

Les noix de Nancy et Danielle mettent en valeur du sirop d'érable biologique de la région de Bellechasse.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Faire plus avec moins

Ensemble, elles élaborent aussi une tartinade à partir de beurre de noisettes et sirop d’érable biologique de l'acériculteur Marcel Viens, de Sainte-Claire dans Bellechasse. Elles visent le moins d’ingrédients possible et de plus grande qualité disponible.

Ce choix se goûte, mais se distingue d'abord à l'œil nu. Pour les noisettes et arachides au sirop d'érable, on reconnaît tout de suite une couche croustillante de sirop d'érable qui enrobe généreusement les noix. Il n'y a autre aucune poudre d'origine laitière ou gluten utilisé afin de faciliter l'adhérence du sirop naturel aux fruits. En bouche, les arômes distinctifs de la noisette et de l'arachide sont amplifiés et facilement perceptibles, malgré l'ajout de sucre ou d'un mélange de saveurs d'inspiration barbecue.

L'expérience permet de déguster le savoir-faire associé à la torréfaction des noix, un plaisir qui se distingue grandement de l'offre plus industrialisée que l'on retrouve abondamment dans les commerces de grande surface.

« On fait le petit chemin qu’on a à faire, mais une chose est certaine, je ne veux pas me battre contre Goliath », ajoute Danielle. « C’est complètement un autre produit et ma mission d’entreprise n’est pas du tout la même. »

« On bâtit nos choses tranquillement », poursuit à son tour Nancy. « On y va à notre rythme et on respecte la fraîcheur du produit. On ne peut pas non plus investir dans tout ça et laisser nos usagers tomber par la suite. Plus on va innover, plus on va offrir l’opportunité aux gens avec une déficience intellectuelle d’avoir un travail. Je ne veux pas dire qu’ils ont moins de chance, mais je constate que si, alors je vais faire ma part pour que ça change. »


Les Noix de la Chance
lesnoixdelachance.com(Nouvelle fenêtre)
Facebook.com/noixdelachance(Nouvelle fenêtre)

Noix, noisettes, arachides | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel