Vous naviguez sur le site Mordu

Mémoires culinaires de Martha Bate Price

L’image est en cours de chargement...

L'odeur qui émane de la bûche PFK a lancé la conversation avec Martha Bate Price.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Les arômes et parfums des aliments ont le pouvoir de nous transporter ailleurs de façon instantanée. C’est le pouvoir infini de la mémoire gustative.

J’ai pris place près d’un foyer avec Martha Bate Price, la copropriétaire de l’Auberge Saint-Antoine, au lendemain de son 90e anniversaire. Aux côtés de son griffon bruxellois nommé Buzz, nous avons échangé sur les odeurs qui évoquent des souvenirs indélébiles pour la femme d’affaires.

De façon à amener une touche un peu plus légère à notre rencontre, j’ai glissé dans mon sac une bûche de bois à l’odeur de friture de Poulet Frit Kentucky. À ma grande surprise, l’objet inusité a rappelé le Maroc et le Sénégal à Martha Bate Price, où elle a vécu en famille pendant plusieurs années.

L’image est en cours de chargement...

Martha et moi avons immortalisé notre rencontre, comme des foodies! Un #selfieduterroir dont je suis particulièrement fière.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Faites-moi plaisir et écoutez jusqu’à la fin! Car sans même le savoir, la bûche imbibée de l’odeur du Poulet Frit Kentucky qui a lancé notre conversation provient de l'endroit où se retrouve l'odeur préférée de Martha Bate Price : le Canadian Tire. Un hasard qui nous a bien fait rire.

Chargement du lecteur vidéo en cours...

Photo : KFC Canada
L'odeur qui émane de la bûche PFK a lancé la conversation avec Martha Bate Price.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel