Les cinq outils indispensables pour cuisiner

L’image est en cours de chargement...

CVLD, Lucie Cote, Lucie Cote Cuisine, Raymond Dewaele, couteau japonais, kanehiro | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

La réputation de la quincaillerie culinaire Lucie Côté n’est plus à faire; elle dépasse largement les frontières du quartier Saint-Roch. Pour son 10e anniversaire, le commerce emménage ses casseroles et accessoires à quelques pas de son lieu actuel dans ce que fut le tout premier atelier de confection de fourrure de Jean-Baptiste Laliberté, une fierté pour celle qui célèbre d’abord la qualité du travail bien fait. J’en profite pour la visiter et pour lui demander conseil sur les cinq outils indispensables pour cuisiner avec plaisir.

L’image est en cours de chargement...

Les couteaux japonais sont la spécialité de Lucie Côté, qui se passionne pour ceux-ci depuis bientôt 30 ans.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

1. Un bon couteau de cuisine bien affûté

Connue et reconnue pour son savoir-faire dans l’affûtage des couteaux, Lucie a développé au fil des années une expertise pour les couteaux de cuisine japonais. Ce sont littéralement des œuvres d’art dont la qualité de l’acier et l’angle de coupe font l’envie des plus grands chefs partout sur la planète, croit-elle, car les couteaux japonais ont un angle précis qui tranche les aliments de façon à éviter l’oxydation.

« Ce n’est pas pour rien que les cuisiniers dans les restaurants asiatiques qui font des sushis, entre autres, ont des couteaux japonais pour couper le poisson », souligne-t-elle. « La chair change de couleur au contact de l’air et si elle est mal coupée, elle s’oxyde et dure moins longtemps. » C’est le genre de couteau, fabriqué à la main par un forgeron, qu’on garde toute une vie et qu’on lègue sur un testament.

 Mes parents ne voulaient pas gaspiller, alors je n’ai jamais eu envie d’acheter ou vendre des produits qui ne soient pas durables. Faut que ce soit pérenne. 

Lucie Côté, copropriétaire Lucie Côté Cuisine

L’image est en cours de chargement...

Du cerisier, de la corne de buffle et de l’acier White Number One, le plus beau cachemire des plus beaux lainages. « C’est la meilleure fabrication sur le marché mondial », précise la passionnée de couteaux.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

2. Une planche à couper

Une « bonne » planche à couper, me précise-t-on, et préférablement une planche qui va « parler avec le couteau ». Toutefois, une règle fort importante s’applique : si l’on choisit un couteau de grande qualité, il faut éviter d’utiliser une planche en plastique et prioriser le bois dur.

« Le plastique va faire des creux dans lesquels vont se développer des bactéries », précise Lucie. « Si une planche qui va au lave-vaisselle est une priorité, une matière cuite résiste amplement à de nombreux lavages ». Le polyuréthane thermoplastique (TPU) est selon elle le matériau à prioriser. Le granite, le marbre et le verre abîment le fil du couteau, c’est-à-dire la partie tranchante du couteau.

L’image est en cours de chargement...

Le conjoint de Lucie et copropriétaire de l'entreprise, Raymond Dewaele, prend le temps nécessaire afin de bien conseiller chaque client. Ici, le service à la clientèle est roi et maître.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

3. Une poêle à frire

« On est d’avis qu’il faut demander aux gens ce qu’ils vont faire cuire dans la poêle avant de leur faire une proposition », croit la femme d’affaires. « Plusieurs clients souhaitent des poêles antiadhésives, mais qui ne sont pas obligatoires. Sauf peut-être si vous mangez beaucoup de poisson fragile ou du tofu frit ». Ça, vous l'avez sûrement constaté comme moi, ça colle dans tout!

Selon Lucie, une bonne poêle à frire ne doit pas obligatoirement avoir un antiadhésif. « On recherche plutôt des composantes qui n’ont pas besoin de chauffer beaucoup pour cuire un aliment. La grosseur en fonction de la quantité de nourriture espérée », souligne-t-elle. Elle est d’avis que le problème est souvent l’intensité de la chaleur soumise à l’accessoire et non la qualité ou l’absence d’antiadhésif d’un poêlon.

Il existe aussi des poêlons anti-adhérents, un outil en acier pareil comme celui d’une plaque à cuisson que l’on retrouve dans les dîners. C’est très efficace à vive chaleur, car le matériau développe une « patine naturellement anti-adhérente ». C’est fonctionnel, mais beaucoup plus lourd à manipuler.

 Le meilleur rapport qualité-prix, ça veut dire : "Oublie ça! Ça ne va pas durer!" Attends d’avoir le moyen de te l’acheter, pis achètes-en juste un. 

Lucie Côté, copropriétaire de Lucie Côté Cuisine

4. La plaque à cuisson

Si votre désir est d’avoir le moins d’outils possible dans votre cuisine, la plaque à cuisson est indispensable et idéale pour faire griller de la viande, des légumes ou des biscuits. Encore une fois, le matériau est tout aussi important, car Lucie souligne que beaucoup de matériaux ne conduisent tout simplement pas la chaleur.

« Chercher préférablement une plaque commerciale en aluminium recouvert d’un antiadhésif à base de silicone couramment utilisé dans les grandes boulangeries », recommande-t-elle. « Tu fais des frites avec des patates douces, tu n’as pas besoin des retourner à mi-cuisson, elles vont être croquantes des deux côtés avec un minimum d’huile ».

L’image est en cours de chargement...

La qualité des matériaux fait souvent toute la différence en cuisine, mais ils ne font pas le cuisinier.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

5. Un cul de poule

« Ça prend un bon plat pour mélanger », exprime-t-elle en soulignant l’engouement récent pour la fabrication du pain maison. « Un cul de poule en acier inoxydable alimentaire est à privilégier, car il n’existe pas moins de 400 sortes d’acier inoxydable. »

L’avantage de l’acier inoxydable pour l’alimentaire est qu’il ne rouillera jamais, peu importe le degré d’acidité de votre cuisine. Plus le cul de poule est grand, plus vous aurez de la place pour manipuler les aliments. Le défi sera le rangement!


Lucie Côté Cuisine
640, rue Saint-Joseph Est
luciecotecuisine.com(Nouvelle fenêtre)


Qu'est-ce qui passionne tant Lucie Côté dans la cuisine? Écoutez mon entrevue avec elle.

Chargement du lecteur vidéo en cours...

Entrevue d'Allison Van Rassel avec Lucie Côté | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel
CVLD, Lucie Cote, Lucie Cote Cuisine, Raymond Dewaele, couteau japonais, kanehiro | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel