Alimenter la première ligne à Québec

Chargement du lecteur vidéo en cours...

Trois des quatre instigatrices de Alimenter la première ligne Québec : Julie Montreuil, Amélie Vaillancourt et Pauline Brayet. | Photo : Radio-Canada / Allison Vanrassel

La taverne japonaise Honō Izakaya du quartier Saint-Roch bourdonne d’activité, une rare scène à Québec en ce moment. Les cuisiniers préparent une commande bien spéciale de 70 repas destinés aux travailleurs de la santé œuvrant directement auprès des personnes atteintes de la COVID-19 afin de leur offrir un peu de réconfort, une initiative de l’organisme bénévole Alimenter la première ligne.

En cuisine, le chef Louis-Philippe Moisan porte sa traditionnelle casquette arborant l’image du restaurant où il fait office. Des gants et un masque s’ajoutent à son nouvel uniforme afin d’assurer un repas sécuritaire aux travailleurs de la santé. À ses côtés, deux cuisiniers vêtus de la même façon font la mise en place.

L’image est en cours de chargement...

Le chef et une cuisinière déposent des yakitoris sur des bols de riz.  | Photo : Radio-Canada / Allison Vanrassel

Dans les contenants pour emporter il y a un cari japonais végétarien avec du tofu pané, une version avec du poulet frit karaage, ainsi que des bols de riz avec yakitori — des petites brochettes — de flanc de porc, champignons King et poivrons Shishito.

 On espère que ces repas apporteront des sourires, un peu de réconfort et de l’énergie aux gens qui travaillent fort en ce moment, qui font de gros quarts de travail. 

Julien Vézina, copropriétaire du restaurant Honō Izakaya.

Cette commande de prêt-à-manger est celle de quatre étudiantes en médecine de l’Université Laval et est destinée aux travailleurs des résidences Manoir et cours de l'Atrium, de la rue Franis Byrne, dans Lebourgneuf.

Initiative bénévole

Ce repas est offert gracieusement grâce à l’initiative bénévole « Alimenter la première ligne Québec » créée par quatre étudiantes au doctorat en médecine à l’Université Laval, Nadine Ezzeddine, Julie Montreuil, Amélie Vaillancourt et Pauline Brayet, et dont la campagne de sociofinancement est en cours sur la plateforme Gofundme.

Cette initiative s’inspire de celles qui existent dans plusieurs régions des États-Unis et du Canada, ainsi qu’à Montréal et à Gatineau, qui visent à la fois soutenir l'économie locale et les gens qui se dévouent pour la santé des ceux atteints du virus COVID-19. Un bel exemple de solidarité et coopération en ces temps difficiles.

 Après l’arrêt de nos stages ont étaient très déçues de devoir se retrouver à la maison. On avait vraiment envie de donner de notre temps, faire notre part aussi et soutenir nos collègues. 

Pauline Brayet, cofondatrice de l’initiative bénévole Alimenter la première ligne Québec

Depuis le mois dernier, elles ont distribué plus de 500 repas et collations dans plusieurs CHSLD, à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus et à l’Hôpital Jeffery Hale.

« On veut remercier tous les travailleurs qui sont si généreux de leur temps et leur santé pour le bien-être de notre population », poursuit Pauline Brayet. « On veut travailler qu'avec des restaurateurs locaux. On contacte les gens un par un et on leur demande s’ils souhaitent travailler avec nous. »

L’image est en cours de chargement...

Le gardien à l'accueil du Manoir et Cours de l'Atrium intercepte les repas pour les distribuer aux travailleurs de première ligne à l'intérieur.  | Photo : Radio-Canada / Allison Vanrassel

Tous les restaurateurs contactés ont répondu positivement à l’appel. À ce jour, des repas, collations et cafés provenant des restaurants Bol & Poké, La Maison Smith, Colibri et le Café Pekoe ont été distribués.

Pour ce qui est de la populaire taverne japonaise de Saint-Roch, Honō Izakaya, ce sont les valeurs de partage et de proximité avec la communauté qui a motivé les étudiantes à contacter les propriétaires.

Trois des quatre instigatrices de Alimenter la première ligne Québec : Julie Montreuil, Amélie Vaillancourt et Pauline Brayet. | Photo : Radio-Canada / Allison Vanrassel