Incursion dans l’imaginaire de Madame Chose, une femme excentrique... et invisible

L’image est en cours de chargement...

Des plantes tombantes typiques de l'Asie au printemps recouvrent le plafond du Jardin. Pas besoin d’antihistaminiques, ce ne sont pas des vrais! Mais quel effet wow! | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Est-ce possible qu’une femme de 85 ans soit branchée? C’est la question que s’est posée le PDG du groupe Restos Plaisirs, Pierre Moreau, et son équipe de concepteurs afin de mettre sur pied l'antre de Madame Chose. Ce lieu inédit regroupe la scénographie, la technologie et les produits locaux.

Ouvert à l’intérieur des Galeries gourmandes du centre commercial les Galeries de la Capitale, ce bistro singulier plonge la clientèle dans la demeure un peu surréaliste d’une femme distinguée et excentrique.

À l'image du nouveau consommateur avide d'expérience, Madame Chose revêt ses plus beaux atours afin d'en mettre plein la vue à ses invités.

L’image de la flamboyante Iris Apfel(Nouvelle fenêtre) me vient rapidement en tête. Cette designer de métier est devenue, à l’âge vénérable de 90 ans, une icône - accidentelle, soulignons-le - de la mode new-yorkaise.

 Tu peux avoir de l’âge, être branchée et attirer les jeunes. On parle aux millénariaux de cœur, aux gens qui aiment les choses nouvelles, différentes et qui cherchent à vivre une expérience dans l’assiette comme dans le décor.  

Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos Plaisirs

L’image est en cours de chargement...

Un rideau de brouillard sur lequel est projetée une pluie d’ustensiles créé une coupure avec l'espace marché des Galeries gourmandes.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Omniprésente Madame Chose

Cette femme du monde habite hypothétiquement au-dessus de l’espace Jardin situé à gauche de l’entrée, le lieu idéal pour un souper en tête à tête. On ne la voit jamais, mais on l'entend.

Le Jardin, c'est la cour intérieure et luxuriante de la demeure de Madame Chose et l’endroit le plus calme de ce vaste local de 2500 mètres carrés.

Omniprésente dans le restaurant, Madame Chose vit en images sonores grâce à un son « ambiophonique » qui la met en scène de toutes sortes de façons.

Les clients sont enveloppés par des clins d’œil auditifs tantôt surprenants, tantôt loufoques, réalisés par le scénographe et concepteur de l'imaginaire, Olivier Dufour.

Il humanise avec brio un espace autrefois consacré à la vente au détail de la mode masculine chez Simons.

L’image est en cours de chargement...

Le restaurant Madame Chose est installé à l'entrée des Galeries gourmandes du centre commercial les Galeries de la Capitale. | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

On remarque surtout les couleurs vives et les textures harmonieuses des objets qui s’agencent aux jeux d’éclairages qui évoluent en fonction de l’heure du jour.

 On ne voulait pas tomber dans le Walt Disney, on ne voulait pas tomber dans l’artefact juste pour l’artefact où ce qui a dans l’assiette est secondaire. Fallait que ce soit quelque chose de très balancé. 

Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos Plaisirs

Cuisine fraîcheur

Peu importe la mise en scène, c’est selon moi dans l’assiette que se joue le plus grand des spectacles.

L’image est en cours de chargement...

Le burger de bœuf Meyer AAA avec bacon et cheddar vieilli et ses frites pont-neuf.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Je prends place au comptoir, qui donne directement sur la cuisine, pour l'heure du lunch.

Le chef Patrick Dubé dresse un tartare d'omble chevalier, inspiré de son passage au réputé restaurant gastronomique Le Saint-Amour. Les adeptes de sa cuisine reconnaîtront sa signature, notamment dans le croûton courbé.

Tout ce qui est servi en cuisine est transformé sur place dans une aire de production située à l'arrière-scène du restaurant et équipée à la fine pointe de la technologie.

L’image est en cours de chargement...

Le chef Patrick Dubé prépare une assiette de yakitori aux champignons accompagné de son sous-chef Samuel Fournier et la cheffe pâtissière du Madame Chose, Myriam Moreau.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

 Je n'aurais pas accepté le poste autrement. Pas question de travailler avec des produits transformés ailleurs que dans ma cuisine. Je veux de la qualité à tout prix. 

Patrick Dubé, chef Madame Chose

Le menu est à l’image du chef. Il s'inspire des tendances et des saisons tout en laissant une belle place aux légumes qu’il décline de façons franchement alléchantes : dumplings, yakitori, ravioli, pot-au-feu et frites pont-neuf - une frite typiquement parisienne coupée en épaisses tranches.

L’image est en cours de chargement...

Le pain n'est offert que sur demande et servi avec beurre et houmous maison. | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Chez Madame Chose, on a pensé aux familles : le menu pour enfants est fixé à 10 $ pour les 10 ans et moins. Oust la friture, les frites et le ketchup, bienvenue aux vol-au-vent, bœuf mijoté, filet de saumon et macaroni bolognais. Avec un latté ourson ou à la rose, les mini-foodies seront très certainement comblés.

Locavore au verre

Dans la zone Étang, une ambiance-bar plus feutrée propose des vrombissantes notes basses où la sommelière en chef et associé dans le Groupe Restos Plaisirs, Louise Bilodeau, propose des cocktails classiques revisités quasi exclusivement à partir d’alcools québécois.

L’image est en cours de chargement...

De grandes fenêtres laissent pénétrer une lumière naturelle qui complimente le décor, notamment dans la clairière, une zone adaptée aux familles et aux groupes.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Une fierté pour la sommelière qui témoigne d'un engouement sans pareil pour les produits d'ici dans le verre comme dans l'assiette.

« Le gros défi est de choisir des artisans québécois qui peuvent répondre à la grande demande des clients », explique Louise Bilodeau.« Avec le temps, j’ai su développer des relations avec les artisans qui aident à mettre la main sur des produits d’exceptions. »

Des produits singuliers comme ceux de Naline Dupuis Desrochers et Géraud Bonnet de l’entreprise Desrochers située à Ferme-Neuve dans les Hautes-Laurentides. Leur vermouth de miel est un de mes préférés et agréablement mis en valeur dans le Négroni revisité de Madame Chose.

La création signature mariant absinthe Balzac de la Distillerie Mariana de Louiseville et la crème de menthe de Isabelle de Les Subversifs avec une touche de noix de coco est la création fétiche de la sommelière. Quel mariage audacieux qui éveille les papilles!

La carte des vins met en valeur des produits d’importation privée, dont plusieurs de production biodynamique, ainsi que quelques bouteilles québécoises.

L’image est en cours de chargement...

L’Orée de Madame Chose, un bar circulaire sous le fameux dôme qui trône à l’entrée du marché alimentaire des Galeries gourmandes.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Le menu des bières quant à lui ne propose que deux produits microbrassés par des artisans d’ici : la chêne rouge d’Oshlag et la Kettle Sour Brunch, une bière sûre de la microbrasserie Vox Populi.

Pourtant, il aurait été intéressant de mettre de l'avant une carte saisonnière avec quelques produits exclusifs.

Mais dans l'ensemble, tout est en place pour faire de ce lieu de la gastronomie un incontournable à Québec. Ne reste qu’au temps à faire son œuvre afin de combler les plus grands désirs des invités de Madame Chose.

Des plantes tombantes typiques de l'Asie au printemps recouvrent le plafond du Jardin. Pas besoin d’antihistaminiques, ce ne sont pas des vrais! Mais quel effet wow! | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel