Vous naviguez sur le site Mordu

Inébranlable tradition des beignes d'antan à Noël

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Depuis aussi longtemps qu'elles puissent se souvenir, les cousines Claudine Alain et Louise Denis fabriquent ensemble des beignes pour le repas de Noël. Une fois par année, elles mélangent, roulent et glacent plus de 300 beignes à la main. Pas question de manquer à la tradition, car les membres de leur famille attendent avec impatience chaque année leurs fameux beignes d'antan.

Un mois jour pour jour avant Noël, la friteuse de Louise Denis fonctionne à plein régime. Elle abaisse un panier rempli de six pâtes à beignes dans une friteuse remplie d’huile végétale et examine patiemment la couleur du beigne passer à l'ambré croustillant.

« Je cherche un doré égal, précise Mme Denis tandis qu’elle retourne deux beignes durant la cuisson à l’aide d’une fourchette à rôti. Quand l’huile est neuve, ça prend toujours un peu plus de temps à colorer la pâte. La première batch est toujours plus longue. »

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Une fois la couleur désirée atteinte, elle retire le panier de la friteuse, renverse les anneaux dans une assiette en aluminium recouverte de papier absorbant, puis plonge chaque beigne dans un mélange d’eau et de sucre à glacer.

« Des beignes achetés, tu peux en avoir à l’année. Ceux-là, non. On aime ces beignes-là, car on ne les fait pas souvent. Ce n’est pas tout le monde qui en fait, puis ce n’est pas tout le monde qui les réussit. »

— Une citation de  Louise Denis

Derrière elle, sa cousine Claudine dépose de la pâte à beignes faite la veille sur une planche en bois franc, un accessoire de cuisine fabriqué voilà quelques décennies par Jean-Pierre, le frère de Louise.

« Toutes les femmes dans la famille ont leur planche, précise Claudine avec fierté. Elle sort juste pour faire de la pâte à tarte et les beignes de Noël. » Nettoyée à la guenille et huilée, mais jamais lavée à l’eau courante, c’est une planche prisée par les deux cuisinières d’expérience.

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Même chose pour l’emporte-pièce fabriqué sur mesure à partir d’une boîte de conserve.

« Ça fait longtemps qu’on a ça, une trentaine d’années certain, évoque Claudine. Il était dans la maison de nos grands-parents et maintenant, il est chez Louise. Celui-là, il sort juste une fois par année, que pour les beignes des fêtes. »

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

De la cuisine, on perçoit une musique de Noël provenant de la télévision, dans le salon. C'est un rituel, selon les deux cousines, afin de se « mettre dans l’ambiance » tandis qu’elles consacreront toute la journée à la confection de beignes destinés à la fête de Noël.

Une recette mise à l’épreuve

La recette exécutée chaque année est celle de Lucie Barrette, la mère de Claudine. L’origine exacte de sa création est imprécise, mais Claudine croit qu'elle provient d'une recette offerte à l’achat, par exemple, d’un sac de farine. Ceci remonterait aux années 50, croit-elle.

Les cousines ont toutefois tenté à quelques reprises de modifier la liste des ingrédients et osé différentes variations, dont une avec des patates et une autre avec de la levure instantanée, « mais les enfants n'ont pas aimé ça, raconte Louise. Après tout, c'est surtout pour eux qu'on fait ça ».

Louise Denis et Claudine Alain cuisinent ensemble des beignes d'antan pour le repas de Noël depuis plusieurs décennies. Cousines, elle font la recette de Lucie Barrette, la mère de Claudine Alain.
Louise Denis et Claudine Alain cuisinent ensemble des beignes d'antan pour le repas de Noël depuis plusieurs décennies. Cousines, elle font la recette de Lucie Barrette, la mère de Claudine Alain.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Elles ont même déjà râpé des noix de muscade pour parfumer les beignes, mais elles se sont rendues à l’évidence : la muscade moulue donne un meilleur résultat au goût et économise beaucoup de temps et d'argent.

Toutefois, pas question de cuisiner avec des ingrédients sans nom! « Tant qu’à travailler autant, aussi bien avoir les meilleurs ingrédients disponibles », lancent-elles en même temps.

« Tout est rendu tellement facile, tout s’achète en magasin. Ce n’est pas parce que les gens n’ont pas de temps, c’est qu’ils ne le prennent pas. »

— Une citation de  Claudine Alain

C’est pour ces raisons et bien d’autres que la recette des « beignes à Lucie » est sans contredit l’incontournable au repas de Noël et attendue impatiemment de tous.

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Elles n'ont manqué qu'une seule année, pour une raison dont elles ne se souviennent même plus et espèrent que la tradition perdurera et que leurs enfants prendront la relève.

« Mais, on est encore bonnes pour un bout, hein Claudine? » lance Louise. « Oh oui! » de répondre Claudine en riant de bon cœur.

Au total cette année, les deux cousines auront fait 333 beignes en un peu plus de 6 heures.

Recette :
« Beignes à Lucie »

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel