Un premier feta de chèvre bio produit dans Bellechasse

L’image est en cours de chargement...

Le fromage de type feta de la fromagerie fermière Cassis et Mélisse est emballé sous vide dans un soupçon d'huile d'olive, parsemé d'herbes séchées et décoré de trois grains de poivre noir.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Dans le contrefort des Appalaches, sur les collines longeant le rang de la Pointe-Lévis, à Saint-Damien-de-Buckland, près d'une cinquantaine de chèvres broutent l'herbe fraîche des pâturages de la fromagerie fermière Cassis et Mélisse. Depuis le mois de mai, le chevrier Gary Cooper et la fromagère Aagje Denys fabriquent, à partir du lait de leurs chevrettes, le tout premier fromage biologique de type feta de Chaudière-Appalaches.

Ce nouveau fromage bellechassois est façonné à partir du lait de la traite matinale et selon les traditions millénaires originant de la Méditerranée.

Il est beaucoup moins salé que les fetas d’importation conservés en saumure vendus en grande surface.

Sa texture est aussi moins crémeuse, mais beaucoup plus douce en bouche, où l'on y décèle des arômes prédominants d'herbes et de fleurs.

« Si tu n’as pas un bon lait, tu ne feras jamais un bon fromage, exprime la fromagère d’origine belge qui façonne à la louche tous ses fromages fermiers. L’industrie n’achète pas de lait bio de chèvre », poursuit celle qui embouteille aussi le lait de ses chevrettes.

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Si mon feta est bon, c’est parce que j’ai un bon chevrier, que les chèvres vont dehors et qu’elles sont heureuses.

Aagje Denys, fromagère et copropriétaire de la fromagerie fermière Cassis et Mélisse

En toute discrétion depuis le mois de mai, la fromagère vend son nouveau fromage à sa boutique de la ferme, une façon de faire, dit-elle, qui lui permet de tester le produit avant de l’offrir à sa clientèle étendue de Bellechasse.

« Je voulais surtout un fromage estival pour accompagner les légumes frais des fermes maraîchères de Bellechasse, ajoute-t-elle. On n’est pas une région très connue. C’est un petit extra pour les gens qui se déplacent et encouragent la consommation à circuit court. »

L’image est en cours de chargement...

Les chèvres de la fromagerie fermière Cassis et Mélisse sont curieuses et s'approchent des visiteurs afin de récolter des caresses.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

Cassis et Mélisse a récemment fait le choix de ne plus distribuer ses fromages au-delà des régions de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale. L'objectif premier de Cassis et Mélisse est d’attirer le consommateur jusqu’à la ferme « comme on fait en France » afin qu’il puisse comprendre ce qu’il mange.

D’ailleurs, Cassis et Mélisse se joindra dès le printemps prochain au réseau des Économusées, une décision onéreuse puisque l'entreprise devra se plier à certaines exigences. Le couple croit toutefois que le réseau permettra de mettre davantage en valeur leur savoir-faire.

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

« On veut rester un petit secret dans Bellechasse, espère la fromagère. On ne veut surtout pas avoir des autobus avec des files de gens avec qui tu ne peux pas parler, l’échange est important pour nous. C’est de cette façon que les gens reconnaissent la qualité d’un produit. »

Cassis et Mélisse lancera prochainement un appel à tous sur les réseaux sociaux afin de trouver un nom à ce fromage québécois de type feta, le deuxième du genre en province fabriqué à partir de lait de chèvre biologique.

Le fromage de type feta de la fromagerie fermière Cassis et Mélisse est emballé sous vide dans un soupçon d'huile d'olive, parsemé d'herbes séchées et décoré de trois grains de poivre noir.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel