Nouvelle gamme de bières aux « bibittes sauvages » pour La Barberie

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

À peine un an après avoir célébré son 20e anniversaire et revu son image de marque, La Barberie innove. La coopérative brassicole de Saint-Roch vient de faire l'acquisition d'une nouvelle embouteilleuse à la fine pointe de la technologie, surnommée Gladys. L'acquisition permet de libérer de l'espace afin de lancer la production d'une nouvelle gamme de bières fabriquées à base de « bibittes sauvages ».

« On a enfin le moyen de nos ambitions, avance fièrement Guillaume Boulanger, brasseur en chef à La Barberie. Gladys nous a permis de libérer beaucoup d’espace afin d’embouteiller des bières avec des levures sauvages. »

L'acquisition représente un investissement de près de 250 000 $ pour l'entreprise de la rue Saint-Roch.

Avec l’arrivée de Gladys, non seulement l’embouteillage devient un jeu d’enfant, mais donne à La Barberie les moyens de ses ambitions.

Guillaume Boulanger, brasseur en chef et directeur de production à La Barberie

D'origine italienne, cette machine haut de gamme fera vraisemblablement une différence dans la qualité de l'embouteillage des produits, une étape critique dans la commercialisation de la bière.

L’image est en cours de chargement...

L'aide-brasseur Charles Saint-Pierre active la robotisation du nouveau procédé d'embouteillage de la Barberie.  | Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

« Ça nous permet de contrôler le plus possible la qualité de notre produit, ajoute Charles Saint-Pierre, aide-brasseur. C'est aussi beaucoup moins de stress. »

En fond de conversation, des bouteilles de bière s’entrechoquent délicatement le long d’un tapis automatisé où elles seront nettoyées, remplies et capsulées en quelques minutes seulement.

L'appel de la barrique

La réorganisation de l'espace occasionnée par l’arrivée de Gladys a par ailleurs permis la création d'un chai, un espace dédié au vieillissement des bières en barrique où des levures sauvages font le gros du travail, une façon très artisanale de faire de la bière.

Des bières de style belge comme les Saisons, Grisettes et Berliner Weiss sont pour la plupart élaborées de cette façon et ornent les tablettes d'épiceries spécialisées en bière de microbrasserie partout au Québec.

Vingt barriques en fût de chêne français, provenant de la vallée de Napa en Californie et ayant servi à l'affinage de Pinot, Chardonnay et Cabernet Sauvignon, prennent place dans le chai de La Barberie. Il y a aussi une stout qui s'affine lentement en fût de bourbon.

On a l’intention de faire vieillir nos bières entre trois mois et deux ans, donc on peut s’attendre à ce que notre mélange de levures maison, notre house strain qui va éventuellement signer nos produits, soit prêt seulement dans deux ans.

Guillaume Boulanger, brasseur en chef et directeur de production à La Barberie

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

« Plus les bières sont vieillies, plus les microorganismes font leur travail », précise Guillaume Boulanger qui a appris à travailler avec la levure sauvage auprès des brasseurs de Oxbow Beer dans le Maine.

Des membres de son équipe de production ont aussi fait des stages chez la Brasserie Auval et la Microbrasserie Pit Caribou en Gaspésie, reconnues auprès des consommateurs pour la qualité du travail effectué à l'aide des levures sauvages et fermentation spontanée.

« On débute, mais on veut contrôler assez de paramètres pour apprivoiser cette nouvelle façon d’affiner nos bières, ajoute-t-il. Dans le futur, si on peut prendre des barriques de brasseries d’un peu partout au Québec avec leurs « bibittes » pour créer notre signature, on va l’essayer. »

Après plus de 20 ans sur le marché, les brasseurs de La Barberie réapprennent à travailler leurs produits et laissent libre cours à leur imagination.

Un long chemin sinueux avec une mer de possibilités.

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel