À La Sucrerie Blouin, le secret est dans la boulette

Chargement du lecteur vidéo en cours...

Comment pratiquer de bonnes techniques de distanciation sociale?

Pour se démarquer des nombreuses cabanes à sucre commerciales, l'érablière La Sucrerie Blouin de l'Île d'Orléans mise depuis 1975 sur son ragoût de boulettes.

Chaque printemps, la famille Blouin s'adonne à la traditionnelle corvée de boulettes. L'équipe roule quelque 25 000 boulettes de viande. Réunis bout à bout, les 1 050 000 boulettes cuisinées depuis 42 ans pourraient s'aligner sur une distance de 20 kilomètres, soit le trajet entre le Château Frontenac et la ville de Saint-Augustin.

Le secret de la recette? « Je fais mon propre roux pour épaissir le ragoût », explique Carole Blouin, copropriétaire de la Sucrerie Blouin avec sa fille Julie et son mari Richard. « C’est surtout ça qui fait qu’on se démarque des autres. Je ne fais pas le tour des cabanes à sucre pour comparer. C'est les clients qui nous disent : "Mme Blouin, ça goûte vrai". »

Le menu de La Sucrerie Blouin contient tous les mets traditionnels des cabanes à sucre : soupe aux pois, fèves dans le sirop, pâté à la viande, jambon, saucisses, œufs dans le sirop, oreilles de crisse, crêpes, tartes au sucre, tire sur neige. Toutefois, c'est tout le temps investi en cuisine qui fait toute la différence.

 On mise sur la tradition, car c’est ce que nos clients veulent. On cuisine à partir des recettes de ma grand-mère et mon arrière-grand-mère. 

Julie Blouin, copropriétaire de la Sucrerie Blouin.

Récolte à l’ancienne

Les érables à sucre situés sur la terre de la famille Blouin sont tous entaillés à la manière de nos ancêtres. Exit les tubulures bleues. L’eau d’érable jaillit d’un chalumeau et coule dans une chaudière en aluminium. L’eau est ensuite déposée à l’intérieur d’une grande cuve chauffée au bois. Ainsi débute la transformation de l’eau en sirop, tire et/ou sucre d’érable.

L’image est en cours de chargement...

Photo : Radio-Canada / Allison Van Rassel

« Un arbre peut donner jusqu’à 40 litres d’eau, explique Richard Blouin, copropriétaire de la Sucrerie Blouin. Après ébullition, ça donne environ un litre de sirop. »

Si peu de sirop pour combien de plaisir en bouche.

Comment pratiquer de bonnes techniques de distanciation sociale?