5 trucs pour économiser pendant la crise de la COVID-19

signé par  L'Équipe Savourer

de Savourer

L'image est en cours de chargement...

La pandémie a beaucoup de répercussions sur le panier d'épicerie des ménages canadiens.  | Photo : O’Gleman Média / Maude Chauvin

La pandémie n’a épargné personne, mentalement, physiquement et financièrement. De nombreux commerces ont dû fermer leurs portes, plusieurs travailleurs ont perdu leur emploi et des entrepreneurs ont vu leur chiffre d’affaires s’écrouler complètement. Parce qu’aujourd’hui, le budget est plus important que jamais, voici cinq astuces pour vous accompagner à travers les allées de l’épicerie.

1. Planifiez vos achats
Eh oui! Encore et encore! C’est d’autant plus pertinent dans le contexte actuel où l’on recommande de sortir le moins possible. Avant de faire les courses, plutôt que de partir de zéro, regardez ce que vous avez au garde-manger, au frigo et au congélo. Planifiez ensuite les repas selon ce qu’il vous reste et faites une liste d’épicerie en fonction de ce qu’il vous manque. Avec votre liste en main, vous vous assurez de ne pas acheter plus que ce dont vous avez besoin et de limiter les achats non essentiels. Avant de mettre un produit dans votre panier, demandez-vous si vous en avez vraiment besoin (clin-œil à Pierre-Yves McSween ;)) pour éviter de manipuler des produits que vous ne finirez pas par acheter. Accordez-vous tout de même une certaine flexibilité si un aliment n’est plus disponible (ça peut arriver!).

Pour faire encore plus d’économies, utilisez les applications des épiceries et les circulaires pour dénicher des rabais lors de votre planification. Si l’article en rabais est en rupture de stock, n’hésitez pas à demander un bon d’achat différé pour pouvoir profiter de l’aubaine lorsque le produit sera de retour sur les tablettes. Pensez aussi à regarder du côté de l’appli FoodHero qui offre des surplus d’épicerie à prix très modiques. Les économies vont parfois jusqu’à 70 % du prix régulier. Ces produits sont encore très bons, mais, comme ils approchent de leur date de péremption, les épiciers préfèrent les vendre au rabais plutôt que de les gaspiller. Il faut simplement les consommer plus rapidement, ça vaut la peine!

2. Faites une plus grande place aux protéines végétales
Manger moins de viande, c’est bon pour la planète et pour la santé, mais aussi pour le portefeuille! Les légumineuses et le tofu, c’est plus économique que la viande et la volaille, en plus d’avoir une plus longue durée de conservation. En remplaçant un, deux ou plusieurs repas de viande dans la semaine par un repas végé ou presque végé, vous économiserez. Par exemple, un classique pâté chinois préparé avec du bœuf haché vous coûtera environ 3,00 $ la portion, alors que la version végé à base de lentilles vous reviendra à environ 1,50 $ par portion, soit deux fois moins cher. Multiplié par le nombre de personnes autour de la table et par le nombre de repas dans une semaine, ça représente une jolie somme!

3. Économisez au rayon des viandes
Ici, il peut être vraiment payant de comparer le prix au 100 g, toujours disponible sur les étiquettes de prix. Par exemple, les hauts de cuisse de poulet sont près de 15 % moins chers que les poitrines. Du côté du bœuf, vous économiserez 60 % en choisissant un rôti français plutôt qu’une bavette. Besoin de viande hachée? Optez pour le porc haché qui est 25 % moins cher que le bœuf ou la dinde.

4. Comparez les formats d’achat
En portant une attention particulière au prix pour 100 g ou 100 ml inscrit sur l’étiquette de prix du magasin, vous pourriez également réaliser des économies. Les grands formats sont surtout avantageux pour les aliments que vous consommez fréquemment ou qui se conservent plus longtemps. Par exemple, du côté de la farine, vous économiserez en moyenne 30 % en choisissant le format de 2,5 kg plutôt que celui de 1 kg. Si vous avez de l’espace pour stocker le très grand format de 10 kg, vos économies pourraient même aller jusqu’à 70 %. Pour le fromage, vous épargnerez en moyenne 15 % en optant pour la plus grosse brique plutôt que la plus petite. Et pour le yogourt, vous ferez jusqu’à 25 % d’économie en choisissant les pots plutôt que les formats individuels. Évidemment, pour les produits ayant une moins longue durée de conservation, assurez-vous d’être en mesure de les consommer avant qu’ils périment ou prolongez leur durée de vie en les congelant, si c’est possible. Gaspiller, ce n’est pas mieux!

5. Faites-le vous-même.
Lorsqu’on achète un aliment prêt-à-manger, comme des biscuits, une lasagne ou une soupe, on paie pour les ingrédients ET pour la personne qui a cuisiné. Pour économiser, il vaut donc mieux cuisiner soi-même le plus possible. Par exemple, un paquet de biscuits à l’avoine coûte environ le même prix qu’un sac d’un kilo de flocons d’avoine. Bien sûr, il vous faudra d’autres ingrédients que de l’avoine pour réaliser des galettes maison, mais, pour le même prix, vous irez pas mal plus loin avec votre sac d’avoine. Vous pourrez l’intégrer au déjeuner, dans des muffins, ou encore refaire non pas une, mais bien quatre fois votre recette de galettes (elle est si bonne après tout!). Vous pourrez en profiter pour faire des réserves! Et, fait non négligeable, ça va sentir bon dans la maison. C’est ce que j’appelle une vraie solution win-win!

Finalement, avant de passer à la caisse, prenez une minute pour analyser le contenu de votre panier. Avez-vous tout ce dont vous avez besoin? Et surtout, avez-vous été trop ambitieux ou impulsif? C’est le moment de retirer certains articles dont vous n’avez pas réellement besoin et que vous risquez de gaspiller.

La pandémie a beaucoup de répercussions sur le panier d'épicerie des ménages canadiens.  | Photo : O’Gleman Média / Maude Chauvin