Icone de Cadeau Des Fêtes pas chères : ho ho ho oui!

Souper délectable… et abordable

Recevoir la famille à Noël ou au jour de l’An sans que ça coûte un bras, ça se peut. Le secret est simple : bien planifier. Grâce aux trucs qui suivent, vous pourrez profiter de ce repas festif le sourire aux lèvres et l’âme en paix, sans angoisser au sujet de votre prochain compte de carte de crédit.

Répartir son épicerie

Aller acheter tous les aliments et ingrédients nécessaires au fameux repas d’un seul coup, trois jours avant, c’est un trou dans le portefeuille garanti et une hausse de stress assurée. En répartissant vos achats sur quelques semaines, vous pourrez profiter des spéciaux hebdomadaires et vous amortirez les dépenses. C’est aussi une bonne manière de faire des provisions pour les vacances, pendant lesquelles vous aurez sans doute de plus agréables activités au programme que d’aller à l’épicerie chaque jour…

Préparer des plats d’avance

Autre avantage de l’étalement des achats : vous pourrez prendre de l’avance dans la préparation de certains plats et desserts, ce qui vous évitera d’avoir à cuisiner une dinde, du ragoût de pattes, des pâtés à la viande, des beignes, des sablés, un gâteau aux fruits et du fudge en 48 heures… Commencez par les mets qui se congèlent, et savourez à l’avance le temps libre qui se dégagera pour vous à l’approche du jour J.

Cuisiner des recettes pas chères

C’est bien beau et bon, les blinis au saumon fumé et caviar d’esturgeon, le bœuf Wellington et le gâteau au chocolat Valrhona, mais honnêtement, vous savez bien que vos proches seront ravis de ce repas peu importe le degré de sophistication des mets, tant que vous les aurez cuisinés avec votre cœur. De nombreux plats savoureux et aux ingrédients peu coûteux peuvent trôner fièrement sur votre table des Fêtes. Une idée de hors-d’œuvre? Un houmous maison que vous servirez avec crudités et grissinis – qui se préparent facilement avec cinq ingrédients. Pour une entrée à petit budget, les potages sont difficiles à battre : carottes-navet, poireau-pommes de terre, c’est le temps de se tourner vers les légumes d’hiver. Les pièces de viande abordables font des merveilles à la mijoteuse, qui les rendra bien fondantes, et elles s’accompagnent souvent très bien des classiques patates pilées. Plusieurs plats traditionnels des Fêtes sont également économiques : pensez pain sandwich, œufs farcis, petites saucisses dans le sirop, betteraves marinées, sucre à la crème, bûche sans flafla… C’est le moment de rendre hommage à nos grands-mères, qui cuisinaient des délices avec trois fois rien et créaient malgré tout des souvenirs impérissables.

Opter pour la formule potluck

Pour alléger votre charge mentale et vos dépenses, le repas-partage est l’option idéale. Mais attention : ça aussi, ça se planifie. (À moins que vous souhaitiez vous retrouver avec des tacos, une lasagne, une salade de quinoa et des côtes levées…) N’hésitez pas à établir un thème, par exemple souper à l’italienne, puis à attribuer un mets à chaque convive, sans être trop précis : votre mère peut s’occuper des légumes d’accompagnement, votre frère de l’entrée, votre cousin du dessert, etc. S’il ne vous reste qu’à cuisiner le plat principal, vous vous en tirerez à très bon compte – surtout si quelqu’un d’autre apporte le vin!

Quand le frigo déborde

Vous recevez un gros groupe et n’avez qu’un seul réfrigérateur? Le manque d’espace vous guette – surtout si vous devez y caser une dinde de huit kilos. Heureusement, nous avons des solutions pour vous!

Dehors

On a beau pester contre l’hiver, reste que cette saison a ses avantages, comme d’offrir un espace d’entreposage frais… et gratuit! Les bouteilles de boisson gazeuse, de jus, de vin et de bière s’accommoderont fort bien d’un séjour sur le balcon ou la terrasse, tout comme certains plats (salade de pâtes, desserts…). Idem pour le gigantesque bol de punch qui prend presque une tablette à lui tout seul!

Pour les mets qui contiennent de la viande, du poisson ou des œufs (la mayonnaise, ça compte), assurez-vous que la température extérieure est inférieure à 4 degrés Celsius, car s’il fait plus chaud, les bactéries proliféreront. Et la dernière chose que vous voulez, c’est que vos convives repartent avec une salmonellose en cadeau…

Dans le bain

Vous ne disposez pas d’un endroit à l’extérieur pour stocker votre trop-plein? Si vous avez un bain, vous pouvez en tirer profit en le remplissant de glace et d’eau froide. Pas de glace sous la main? Quelques pelletées de neige feront très bien l’affaire. Afin de vous assurer que l’eau est à une température convenable, plongez-y un thermomètre de cuisson. Seul hic avec l’option du bain : vous devrez trouver un autre espace de rangement pour les bottes des convives…

Armada de glacières

Dans le cas où vous ne possédez ni bain ni balcon, demandez à des amis, des voisins ou quelques invités de vous prêter chacun une grosse glacière. Si vous en rassemblez quatre ou cinq, vous devriez pouvoir libérer quelques précieux pieds cubes dans le frigo.

À température pièce

La vaste majorité des fruits et légumes ne souffriront pas du tout d’être conservés à température ambiante pour quelques heures. Après tout, à l’épicerie, nombre d’entre eux sont vendus dans des étalages non réfrigérés : pommes, poires, agrumes, melons, avocats, oignons, pommes de terre... Astuce : si votre laitue ressort flétrie de cette expérience, lavez ses feuilles et mettez-les dans un contenant de plastique hermétique, avec un peu d’eau. Elles retrouveront toute leur vigueur dès le lendemain!

Les confitures, marinades, condiments, vinaigrettes, sauces piquantes ou barbecue peuvent aussi patienter temporairement à 21 ou 22 degrés sans problème. C’est également le cas du beurre et des fromages à pâte ferme. Par contre, gardez le yogourt, le lait, la crème, la viande, le poisson et les œufs au frais.

Votre défi, maintenant? Trouver un coin de comptoir libre pour finir de préparer votre repas…

Le saviez-vous?

Lors d’un voyage en Europe, vous avez peut-être constaté que les œufs n’y étaient pas conservés au frigo. C’est que là-bas, les œufs ne sont pas lavés, contrairement aux œufs canadiens. Les nôtres sont donc dépourvus de la pellicule qui les protège contre les bactéries. C’est pourquoi on doit les réfrigérer.

Collations pas compliquées

Les vacances de Noël, c’est le moment parfait pour profiter de l’hiver. Glissades, ski, patin, raquette : tout ça donne faim. En panne d’idées d’en-cas pour combler les petits creux de fin d’après-midi? On vous alimente.

Rien ne se perd

Commençons par la solution préférée de ceux et celles qui n’ont pas envie de se casser la tête : les restes! Les repas des Fêtes sont généralement d’extraordinaires sources de restants, souvent encore meilleurs lorsqu’ils sont réchauffés (c’est le cas de la lasagne et de la plupart des mijotés). La dinde, elle, peut se manger telle quelle, mais aussi être transformée vite fait bien fait en sandwich, en pizza ou en salade (un peu de mayo, du céleri, de l’oignon vert, et hop!). Le fameux pain sandwich de votre tante n’a pas été mangé en entier? Faites-en griller une tranche dans la poêle, vous en redemanderez. Pas de gaspillage!

Goûter fromagé

Très bonne source de protéines, le fromage est parfait pour aider petits et grands à tenir jusqu’au souper. Si vous avez un gros bloc de cheddar ou de mozzarella – ce qui revient moins cher que de l’acheter râpé –, plusieurs possibilités s’offrent à vous. D’abord, les traditionnels cubes, que vous pouvez servir avec quelques craquelins ou embrocher avec des raisins pour un en-cas santé. Envie de quelque chose de chaud? Allumez le four, sortez les chips de tortillas, la salsa, des olives et la râpe, et préparez de réconfortants nachos gratinés que vous mangerez devant le foyer… ou la télé. L’indémodable grilled cheese fait quant à lui toujours des heureux et se cuisine rapidement; servez-le avec des pommes ou des bananes pour un apport vitaminé.

Du croquant

Vous avez des pitas qui ont commencé à sécher? Coupez-les en triangles et badigeonnez-les d’huile d’olive, assaisonnez de sel (ou de cumin, de paprika, de poudre de chili…), et faites cuire au four une quinzaine de minutes, jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Vous aurez de délicieuses croustilles santé et bien craquantes. Tant qu’à faire chauffer le four, appliquez la même recette à des pois chiches en boîte préalablement rincés et épongés, que vous étalerez sur une plaque avant de faire cuire environ 50 minutes. Les enfants aimeront ces petits délices épicés, c’est presque garanti!

Du maïs qui fait pop

Collation économique par excellence, surtout si vous l’achetez en grains que vous ferez éclater vous-même dans une casserole, le maïs soufflé se déguste nature, mais peut aussi être rehaussé de nombreuses manières. Vous pouvez le garnir de morceaux de bacon, ou encore l’arroser de sauce piquante de type Red Hot mélangée à du beurre fondu. Pour une version épicée, combinez de la poudre de chili, du sel et du paprika, et mélangez au maïs soufflé préalablement beurré – pour plus d’adhérence. Becs sucrés? Avec de la cassonade, du sirop de maïs et du beurre, vous pouvez concocter un décadent popcorn au caramel qui disparaîtra en un clin d’œil!

Des pâtisseries santé… et maison

Si vous avez un peu de temps devant vous, et, encore mieux, un ou deux enfants pour vous donner un coup de main, préparez des barres tendres ou des muffins garnis de fruits séchés et de noix. Les petits seront ravis de vous aider à cuisiner, et le résultat sera sain et abordable. Cerise sur le sundae : vous pourrez vous délecter d’un muffin fumant, frais sorti du four. Avec un chocolat chaud, voilà un bonheur hivernal total!