Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

Widia Larivière
Melissa Mollen Dupuis

Cofondatrices de la section québécoise du mouvement Idle No More

Voyez leur portrait
Widia Larivière et Melissa Mollen Dupuis
Widia Larivière et Melissa Mollen Dupuis
  • MINGAN : Melissa Mollen Dupuis est d’origine innue. Elle a grandi à Mingan, sur la Côte-Nord.
  • TIMISKAMING : Widia Larivière est d’origine algonquine. Elle a grandi à Québec et a vécu toute sa vie en milieu urbain. Sa mère est originaire de la communauté de Timiskaming, en Abitibi-Témiscamingue.
  • MONTRÉAL : Le 21 décembre 2012, au carré Cabot, à Montréal, Widia et Melissa organisent la première manifestation du mouvement Idle No More au Québec. Plus de 400 personnes y ont pris part.

MINGAN

Mingan est une communauté innue située sur la Côte-Nord, à 200 km à l’est de Sept-Îles.

En langue innue, Mingan est appelée Ekuanitshit, ce qui signifie « là où les choses s’échouent ».

Mingan était autrefois un lieu de rassemblement estival pour les Innus. De nombreuses familles s’y retrouvaient pour pêcher après avoir passé l’hiver sur leur territoire de chasse respectif.

TIMISKAMING

Timiskaming est une communauté algonquine située près de la municipalité de Notre-Dame-du-Nord, en Abitibi-Témiscamingue.

Le territoire, de seulement 21,49 km2, est habité par près de 550 personnes. Les langues qui y sont parlées sont l’algonquin, l’anglais et le français.

Timiskaming est un mot en langue algonquine qui signifie « eau très profonde ».

Les photos de Widia et Melissa

En décembre 2012, des centaines de manifestants, Québécois et Autochtones, marchent côte à côte dans les rues de Montréal en scandant le nom du mouvement Idle No More. Aux premières lignes des manifestations se trouvent Widia Larivière et Melissa Mollen Dupuis, instigatrices du mouvement au Québec.

Le 21 décembre 2012 était la date de la fin du monde selon le calendrier maya. Ce n’était pas une fin du monde, c’était une révolution autochtone. »

Idle No More signifie « fini l’inertie », « fini l’inaction ». Dynamiques, allumées et engagées, Widia et Melissa représentent à merveille une nouvelle génération de jeunes Autochtones qui souhaitent que les Premières Nations aient enfin voix au chapitre.