•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles - Jeux paralympiques

L’histoire du parahockey, un sport de plus en plus populaire

Chargement de l’image

Les joueurs de l'équipe canadienne de parahockey ont atteint les demi-finales à Pékin.

Photo : Getty Images / Carmen Mandato

Chargement de l’image

On entame le dernier droit du tournoi de parahockey aux Jeux paralympiques de Pékin. Quatre pays sont toujours en lice : la Chine, pays hôte, la Corée du Sud, les États-Unis et le Canada. Nous connaîtrons le gagnant dans la nuit de samedi à dimanche, quelques heures avant les cérémonies de clôture.

Le parahockey est probablement le sport des Jeux paralympiques le plus populaire au Canada.

En effet, les amateurs canadiens peuvent facilement se reconnaître dans ce dérivé de notre sport national. Les joueurs peuvent troquer leurs patins pour une luge et marquer le but gagnant en prolongation comme dans leurs rêves d’enfance.

Ce sport a été inventé dans un centre de réadaptation à Stockholm, au début des années 1960, par un groupe de Suédois qui, malgré leurs déficiences physiques, voulaient continuer à jouer au hockey. Il a été introduit au Canada en 1980 et s’est développé rapidement : le premier tournoi national a eu lieu en 1983. Les premiers tournois internationaux ont eu lieu à la fin des années 1980 et le parahockey a fait ses débuts aux Jeux paralympiques de Lillehammer, en 1994, en Norvège.

À l’époque, le gardien de but de l’équipe canadienne était Pierre Pichette, de Longueuil. Il a probablement été la première vedette dans cette discipline au pays. Lors des Jeux paralympiques de Nagano, en 1998, il a fait 40 arrêts en demi-finales dans une victoire de 2 à 1 contre la Suède. Le Canada a gagné la médaille d’argent. Pierre Pichette a remporté la médaille d’or au Championnat du monde en 2000 et a participé à ses derniers Jeux paralympiques en 2002.

À ce moment-là, il était soutenu par l’ancien gardien de but Martin Brodeur.

Chargement de l’image

Deux gardiens de but des équipes nationales canadiennes : Martin Brodeur et Pierre Pichette

Photo : Gracieuseté : Pierre Pichette

 Sans l'aide de Martin Brodeur, je ne me serais jamais rendu à Salt Lake City. Je le remercie encore aujourd’hui , affirme Pierre Pichette, qui a lui-même fortement contribué au développement de ce sport au Québec.

 Mes coéquipiers et moi, on faisait les luges dans mon garage. Mon voisin, qui était électricien, nous commanditait. Moi, j’étais soudeur de métier, et on a fondé notre propre club sur la Rive-Sud , dit Pichette, qui a commencé à jouer au parahockey en 1989.

Depuis lors, le parahockey est de plus en plus visible : on diffuse des matchs à la télévision et des entreprises l’utilisent dans leurs publicités.

Je me sens super content de la notoriété de ce sport aujourd’hui, mentionne Pierre Pichette. Quand on est partis pour Lillehammer, on ne parlait jamais des Paralympiques. Il y a comme une évolution. Nous, on a été les pionniers. Maintenant, on est assis devant notre télé à regarder les joueurs d’aujourd’hui .

Après avoir évolué pendant plusieurs années à l'extérieur de Hockey Canada, l’équipe nationale de parahockey s’est finalement jointe à la fédération. Jean Labonté, de Gatineau, a vécu ce changement de l’intérieur à l'instar de ses coéquipiers de l'équipe canadienne, majoritairement issus, comme lui, de la région d'Ottawa, et ce, pendant une quinzaine d'années à partir du milieu des années 1990.

 On était un peu craintifs au début [de l'association avec Hockey Canada], mais on s’est vite rendu compte que c’était du sérieux , se souvient Jean Labonté.  En tout cas, j’ai embarqué et je me suis donné à fond .

Les Canadiens ont gagné la médaille d’or à Turin en 2006, la seule de notre histoire.

Le point tournant qui a mené au statut actuel du parahockey est survenu aux Jeux paralympiques de Vancouver. Toutes les rencontres du Canada ont été diffusées en direct et se sont déroulées devant des milliers de spectateurs dans les gradins. Labonté a été le capitaine de l’équipe et le porte-drapeau lors de la cérémonie d’ouverture.

Par la suite, les équipes féminine et masculine de hockey sur glace ont remporté la médaille d’or aux Olympiques et l’équipe de parahockey a complété le triplé.  C’est durant la finale masculine des Jeux olympiques que je me suis rendu compte que les Jeux de Vancouver, c’était gros , dit Labonté.

 Après le but gagnant, le descripteur de la télé anglaise a lancé : "Labonté and the guys, you are next [Labonté et les gars, vous êtes les prochains]." Là, la pression a monté. On n’a pas eu le résultat qu’on voulait. Ça a été difficile, et ça l'est encore aujourd’hui , avoue-t-il enfin.

Depuis, les Canadiens ont remporté une médaille de bronze en 2014 et une médaille d’argent en 2018. On saura dimanche si le Canada aura fait mieux en 2022.

À ne pas manquer