•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles - Jeux paralympiques

Lyne-Marie Bilodeau est fière de sa première course

Chargement de l’image

La parafondeuse Lyne-Marie Bilodeau participe à ses premiers Jeux paralympiques à l'âge de 20 ans.

Photo : afp via getty images / LILLIAN SUWANRUMPHA

Radio-Canada

Lyne-Marie Bilodeau a vécu son baptême paralympique cette nuit à Pékin. Malgré une neuvième et dernière place au 15 km assis en ski paranordique, la Sherbrookoise est très fière de sa performance.

Durant une bonne partie de la course, Lyne-Marie Bilodeau a talonné la Norvégienne Indira Liseth. Elle a finalement croisé le fil d'arrivée avec un chrono de 59 minutes et 38,1 secondes.

Peut-être que les gens s’attendaient à un autre résultat, mais je suis très, très contente! J’ai vraiment aimé ma course! J’ai eu du plaisir à courser avec la Norvégienne et je suis fière d’être restée dans ses skis. Finir la course en moins d’une heure, je suis vraiment satisfaite, a déclaré Lyne-Marie Bilodeau dans une dépêche envoyée par Sportcom.

« La glace est cassée et le stress est tombé. Je suis consciente que je suis aux Jeux et ça va me permettre de bâtir sur le résultat d’aujourd’hui. »

— Une citation de  Lyne-Marie Bilodeau, parafondeuse

C'est la Chinoise Yang Hogquiong qui a terminé l'épreuve sur la plus haute marche du podium.

Sa mère remplie de fierté

À 20 ans, la Sherbrookoise vit depuis sa naissance avec une hémiparésie, ce qui signifie que le côté gauche de son corps est paralysé. Elle est la plus jeune skieuse paranordique de la délégation canadienne, de quoi rendre fière sa mère, Sylvie Desrosiers.

« C'est absolument fantastique de voir son enfant vivre son rêve. C'est beaucoup d'émotions pour nous. »

— Une citation de  Sylvie Desrosiers, mère de Lyne-Marie Bilodeau

On se parle deux fois par jour, lorsqu'elle se lève et avant d'aller se coucher. Elle voulait que je vous dise qu'elle se sent très bien en Chine : les gens sont accueillants et serviables envers elle. C'est très agréable pour elle, plus que ce qu'elle avait déjà imaginé, a fait savoir la maman.

Par le passé, l'athlète a pratiqué le ski de fond et le ski alpin en position debout, mais c'est lorsque l'entraîneur de l'équipe canadienne lui a proposé le ski paranordique, en position assise, qu'elle a véritablement pu se démarquer.

C'est là que sa vie a changé. Elle est devenue très performante. [...] Depuis qu'elle est toute petite, elle veut aller aux Jeux olympiques. Pour elle, cette possibilité existait. Elle a toujours dit qu'elle aussi elle serait là, qu'elle aussi elle entrerait dans le stade, souligne Sylvie Desrosiers.

« Elle avait compris que ce serait difficile mais qu'au bout du compte, si elle faisait les efforts, elle y arriverait. »

— Une citation de  Sylvie Desrosiers, mère de Lyne-Marie Bilodeau

Sa mère ayant elle-même entraîné l'équipe canadienne de ski alpin, elle a pu offrir à sa fille un accompagnement qui lui a permis d'atteindre les plus hauts sommets.

Ça aide à comprendre son parcours et à l'accompagner à devenir une athlète. Ça prend beaucoup de rigueur pour être une athlète, beaucoup de détermination pour ne pas se laisser décourager. Évidemment, la courbe d'une athlète, ce n'est pas une ascension directe. Il y a des hauts et des bas. Elle a confiance dans ce que je dis, elle sait que ce ne sont pas juste les mots d'une maman mais ceux d'une entraîneuse aussi.

« Tout ce qu'on veut, c'est qu'elle skie le mieux qu'elle peut et qu'elle finisse avec un sourire à la ligne d'arrivée. »

— Une citation de  Sylvie Desrosiers, mère de Lyne-Marie Bilodeau

Lyne-Marie Bilodeau se concentre désormais sur l'épreuve du sprint, dont le départ sera donné mercredi.

À ne pas manquer