•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles - Jeux Paralympiques

Rendement des équipes canadiennes à Tokyo

Kathleen Dandeneau et Arinn Young se serrent la main.

L'équipe féminine de basketball en fauteuil roulant n'a pas remporté de médaille paralympique depuis les Jeux d'Athènes, en 2004.

Photo : AP / Kiichiro Sato

Radio-Canada

Les tournois paralympiques des différentes équipes canadiennes sont officiellement terminés à Tokyo. Retour sur les hauts et les bas des formations nationales depuis deux semaines au pays du Soleil levant.

Volleyball assis féminin

Les Canadiennes ont démontré du jeu inspiré tout au long de la compétition, mais ont terminé au pied du podium à la suite d’une défaite en quatre manches contre les Brésiliennes dans le match pour la médaille de bronze.

En demi-finales, la formation unifoliée n’est pas passée près de déranger la puissance chinoise et a rapidement rendu les armes en trois manches.

Le tournoi s'était mal amorcé pour les Canadiennes, qui ont subi un revers en cinq manches en lever de rideau contre les Brésiliennes. Le match qui avait des allures de guerre de tranchées a duré plus de 2 h 30 et s’est soldé au bris d’égalité.

Deux joueuses canadiennes en volleyball assis effectuent un bloc au filet sous le regard attentif d'une adversaire brésilienne.

En lever de rideau du tour préliminaire, l'équipe canadienne de volleyball assis avait baissé pavillon en cinq manches devant la formation brésilienne.

Photo : Reuters / Molly Darlington

Le deuxième duel de la phase de groupe, face à l'Italie, était donc d’une importance capitale pour se qualifier en demi-finales. Le Canada a répondu à l'appel avec une victoire en quatre manches.

Le troisième et dernier match du tour préliminaire a été l’affaire des Canadiennes. Elles se sont débarrassées des Japonaises en trois manches rapides.

Vainqueurs à Rio, les États-Unis ont défait la Chine en quatre manches à Tokyo pour demeurer champion paralympique.

Boccia

Déception pour l’équipe canadienne qui a terminé dernière de son groupe et a affiché un dossier de 1-3. Pourtant, elle est la seule formation à présenter un différentiel positif à l’exception des vainqueurs du groupe A, la Slovaquie.

Les attentes étaient élevées pour l’équipe unifoliée, qui comptait dans ses rangs l’athlète classée au 1er échelon mondial, la Montréalaise Alison Levine.

La Slovaquie, qui a difficilement défait le Canada par la marque de 4-3, a remporté le tournoi en défaisant Hong Kong 3-2 en finale.

Basketball féminin en fauteuil roulant

Les Canadiennes ont répété leur performance de Rio et ont terminé au 5e rang. Déçues de ne pas accéder aux demi-finales, elles ont pulvérisé le Japon dans leur match de classement.

Un revers de 63-48 contre les Américaines en quarts de finale les a menées à ce résultat.

La phase de groupe avait pratiquement été parfaite pour la sélection unifoliée. Elle avait remporté trois de ses quatre matchs et l'unique défaite était arrivée aux derniers moments du duel contre l’Allemagne.

Les Pays-Bas se sont facilement imposés en finale, elle a défait la Chine 50-31.

Basketball masculin en fauteuil roulant

Le parcours canadien s'est terminé avec une défaite contre le Royaume-Uni par un score de 66-52 en quarts de finale.

Le match de classement s'est aussi conclu par un revers, cette fois-ci contre l’Allemagne, qui a octroyé la 8e place au Canada.

Les athlètes lancent des ballons lors de la période d'échauffement.

L'équipe japonaise lors d'une démonstration de basketball en fauteuil roulant à la cérémonie d'ouverture du Stade Ariake au printemps 2020.

Photo : Getty Images / BEHROUZ MEHRI

La formation de l'unifolié a eu beaucoup de difficultés à conserver ses avances en phase de groupe et a donc présenté une fiche 2-3.

Jadis une puissance paralympique, les Canadiens ont été écartés du carré d'as pour un deuxième tournoi d'affilée, après avoir participé à toutes les finales entre les Jeux de Sydney, en 2000, et ceux de Londres, en 2012. Ils ont terminé au 11e rang à Rio.

Les Américains sont restés champions paralympiques, eux qui ont défait le Japon 64-60 pour conserver le titre qu'ils avaient acquis à Rio, en 2016.

Rugby en fauteuil roulant

Pour la première fois de son histoire, le Canada n’a pas accédé aux demi-finales. Il a terminé 3e de son groupe avec une victoire obtenue auprès de la Nouvelle-Zélande et deux défaites survenues aux mains des États-Unis et du Royaume-Uni.

Le Canada a terminé son tournoi avec une victoire face à la France pour confirmer sa 5e place. Mince consolation pour l’équipe de l'entraîneur Patrick Côté, les formations qui ont vaincu le Canada en phase de groupe se sont affrontées en finale.

Les Britanniques ont surpris les Américains pour mettre la main sur leur première médaille paralympique, qui plus est, en or.

Goalball féminin

L’équipe canadienne a terminé au 5e rang de son groupe, insuffisant pour passer au tour suivant. La sélection unifoliée s’est classée au 9e échelon.

Une vue d'ensemble du terrain pendant le match opposant le Canada au Comité Paralympique Russe en goalball féminin.

Le Canada n'a pas su trouver de réponses aux attaques répétées des para-athlètes du CPR.

Photo : Getty Images / Alex Pantling

Le Canada a connu un départ en dents de scie et s’est fait battre 5-1 par les athlètes du CPR. Il s’est repris avec une victoire de 6-2 contre Israël. La conclusion du tournoi a été crève-cœur pour la formation féminine, qui a perdu 4-3 contre les Australiennes, puis 4-2 contre les Chinoises.

La Turquie a triomphé lors de deuxièmes Jeux consécutifs après une autre brillante performance de la joueuse vedette Sevda Altunoluk.

Sports équestres

Le trio canadien a devancé cinq nations pour prendre le 10e rang au concours de paraéquitation.

Un score cumulatif de 211,699 a été obtenu par les représentantes de l’unifolié Roberta Sheffield (72,00 %), Lauren Barwick (70,235 %), ainsi que Winona Hartvikson (69,464 %).

Menés par Lee Pearson, les Britanniques ont remporté la compétition par équipe pour la septième fois de suite.

À ne pas manquer