•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles - Jeux Paralympiques

Danielle Dorris couronnée championne au 50 m papillon

Danielle Dorris célèbre à la fin de sa course au 50 m papillon.

La nageuse canadienne Danielle Dorris était très émotive après sa victoire.

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Radio-Canada

Détentrice de la marque mondiale depuis les qualifications, la nageuse canadienne Danielle Dorris a fracassé le record à nouveau en finale pour décrocher la médaille d’or au 50 m papillon S7, vendredi, à Tokyo.

Avec un chrono de 32 s 99/100, la Néo-Brunswickoise de Moncton a mis la main sur sa deuxième médaille paralympique au Japon. Plus tôt dans la compétition, elle avait reçu l’argent au 100 m dos S7.

Dorris a offert une course exemplaire. Elle s’est placée en tête dès le départ et n’a fait qu’augmenter son avance tout du long.

Je suis sans mots! Je suis vraiment fière de moi. Je ne m’attendais pas du tout à faire ce temps.

Une citation de :Danielle Dorris, paranageuse canadienne

L’Américaine Mallory Weggemann (34,30 s), qui a gagné l’argent, a atteint le bord de la piscine avec plus d’une seconde de retard sur Dorris. L’Italienne Giulia Terzi s’est emparée de la dernière médaille disponible avec un chrono de 34,32 s.

Danielle Dorris sourit à la caméra.

« Je n’ai pas de mots » - Danielle Dorris

Photo : Radio-Canada / Oliver Walters

Dorris, qui avait seulement 13 ans aux Jeux de Rio, en 2016, conclut le rendez-vous japonais avec des participations à trois finales. Elle est sortie sans médaille d’une seule course, soit le 200 m quatre nages individuel SM7, où elle avait terminé au pied du podium.

J’ai assurément les Jeux de Paris en tête. Je suis très excitée pour les prochaines années de préparation.

Une citation de :Danielle Dorris, paranageuse canadienne

Il s’agit d’une quatrième médaille d’or paralympique et d’une huitième en paranatation pour le Canada à Tokyo.

Aurélie Rivard au pied du podium

La Québécoise Aurélie Rivard a conclu au pied du podium au 200 m quatre nages S10. Avec un temps de 2:28,73, elle a établi un record canadien pour conclure ses Paralympiques avec cinq médailles en six épreuves.

Honnêtement, je crois que ça s’est bien passé. C’est un record canadien, je pensais que ça allait être assez pour un podium. Je ne peux pas être fâchée avec ce temps-là, c’était une bonne course.

Une citation de :Aurélie Rivard, paranageuse canadienne

L'athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu a eu un départ moins rapide que ses adversaires et s’est retrouvée en 5e place après la première longueur. Elle a toutefois rapidement pris la 3e position à l’étape suivante avec la nage sur le dos, qui constitue l’une de ses forces.

La brasse l’a ensuite placée 4e pendant que la Hongroise Bianka Pap consolidait son avance. Rivard a comblé une partie de son retard à la dernière longueur, mais c'était insuffisant pour lui obtenir une place sur le podium.

La plongeuse ajuste ses lunettes de natation sur ses yeux.

Rivard termine ses Jeux avec une 4e place

Photo : Canadian Paralympic Committee / Scott Grant/Canadian Paralympic Committee

Ça me motive beaucoup. Je veux passer plus de temps sur des épreuves comme le 100 m dos et le 200 m quatre nages. Je pense que je serais capable de faire encore mieux dans les sprints. Donc, si je peux me concentrer là-dessus, j’ai hâte de voir ce que ça peut donner, a expliqué la Québécoise.

La Néerlandaise Chantalle Zijderveld a établi un record mondial après avoir fini en 2:24,85, un temps qui lui a permis de s'emparer du titre paralympique.

Au moment où l'expérience tire à sa fin, Rivard a qualifié ses Jeux d'inattendus.

Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais. Je n’avais jamais passé deux ans en pandémie, à ne pas compétitionner ni voir personne. Je ne m’étais jamais présentée à des Jeux en étant la fille à battre, a-t-elle confié. Autant je savais que j’étais prête physiquement, je ne savais quand même pas à quoi m’attendre de cette expérience-là.

Ç'a mal commencé, ç'a bien fini. Il y a eu de belles surprises et de moins bonnes surprises. Je ne pourrais pas demander mieux et je suis vraiment satisfaite dans les circonstances.

Une citation de :Aurélie Rivard, paranageuse canadienne
Aurélie Rivard répond à une question à la caméra.

Fin de parcours pour Newkirk, Elliot et Bird

L’athlète de Saskatoon Shelby Newkirk a également offert une belle performance en terminant 4e de la finale du 100 m dos S6. Avec un temps de 1:21,79, elle est passée à trois centièmes de seconde d’une place sur le podium.

Newkirk a passé une bonne partie en 3e position. Elle a cependant semblé faiblir dans les derniers mètres, au plus grand bonheur de l’Allemande Verena Schott.

L’Américaine Elizabeth Marks s’est emparée de l’or et du record du monde avec un chrono de 1:19,57.

L'Ontarien Alec Elliot a quant à lui fini 5e du 200 m quatre nages S10. Il s’agissait de sa troisième course décisive à Tokyo.

L’Ukrainien Maksym Krypak a remporté l’or et a inscrit un record paralympique. Il a conclu en 2:05,68 et a décroché sa septième médaille au Japon.

De son côté, la Canadienne Morgan Bird a fini 7e du 100 m papillon S8 avec un temps de 1:28,05.

Matthew Cabraja était le dernier nageur canadien à performer au Centre aquatique de Tokyo. Il a abaissé sa marque personnelle (1:05,97) et a terminé 5e au 100 m papillon S11.

À ne pas manquer