•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme tient un bébé dans ses bras et sourit.

Lettre à Michael, avec amour

La conjointe du cycliste d'Ottawa Michael Woods s'adresse à lui à quelques heures de son épreuve aux Jeux de Tokyo. « Au moment où tu lis ces lignes, je vis les derniers moments de ma grossesse. Espérons qu’il attende que son papa soit de retour du Japon avant de se montrer le bout du nez. »

Signé par Elly Robertson

Michael Woods sera l'un des trois Canadiens qui participeront à la course sur route.

[MISE À JOUR] Woods s'est finalement classé 5e de l'épreuve.

Cher Mikey,

Il n’y a pas de mots pour décrire combien je suis fière de te voir revêtir le maillot de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques, particulièrement avec tout ce qu’on a vécu durant les cinq dernières années.

Nous avons traversé tellement de hauts et de bas. Nous avons perdu notre petit garçon, Hunter, quand j’étais sur le point de lui donner la vie. Nous avons ensuite eu une superbe petite fille, Maxine, qui a mis tellement de lumière dans nos vies. Tu t’es remis d’une grave blessure pour revenir à la compétition, nous avons surmonté toutes les épreuves qu’entraîne une pandémie mondiale ensemble, en famille.

Bientôt, tu participeras aux Jeux olympiques de Tokyo et la famille va s'agrandir : Maxine aura un petit frère, que nous avons choisi d’appeler Willy.

Au moment où tu lis ces lignes, je vis les derniers moments de ma grossesse. Espérons qu’il attende que son papa soit de retour du Japon avant de se montrer le bout du nez.

Je pense qu’on peut le dire, ç’a été tout un cycle olympique! Malgré tout, je crois que tous ces défis que nous avons relevés nous ont rapprochés, nous ont rendus plus forts et ont permis à notre amour de grandir encore plus.

Nous avons perdu celui qui allait être notre premier enfant, notre petit Hunter, quand j’étais enceinte de 37 semaines. Je ne crois pas que nous réussirons un jour à complètement guérir de cette épreuve. Mais je sais que, grâce à ton soutien, j’ai pu recommencer à avancer. J’ai retrouvé de la joie et un regard positif sur l'avenir.

Nous avons géré ce moment difficile ensemble, en nous permettant de vivre notre deuil à notre façon, sans nous mettre de pression. Nous nous sommes soutenus autant dans les hauts que dans les bas et avons compris que Hunter était le produit de notre amour, que nous devions vivre nos vies pleinement en son honneur, en profitant de chaque moment de bonheur.

Un cycliste est debout sur ses pédales pendant une montée.

Michael Woods au Tour de Suisse, en juin 2021.

Photo : Gian Ehrenzeller/Keystone via AP

Tu sais combien je suis stressée et anxieuse quand je te regarde faire une course.

Les chutes en cyclisme peuvent être violentes et dévastatrices. J’ai donc un peu de difficulté à avoir du plaisir à regarder les compétitions. Je dois admettre que, généralement, je te suis en combinant plusieurs façons. J’écoute à la télévision en défilant les actualités sur Twitter, et quand ça devient insoutenable pour moi, j’attends les messages de ta maman Deanna pour qu’elle me donne des nouvelles.

Quand tu t’es cassé le fémur en mars 2020 au Paris-Nice, je me suis dit que ça allait être difficile pour toi d’être de retour en pleine forme, à temps pour les Jeux olympiques. Mais aussitôt que nous avons appris que l’événement était reporté d’un an, les doutes se sont immédiatement dissipés. Il n’y avait plus aucune chance que tu ne sois pas meilleur que jamais pour Tokyo.

Tu as vécu de terribles revers, qui auraient découragé la majorité des gens de poursuivre leur route. Ta détermination, ta discipline au travail et ta capacité à traverser les obstacles font de toi une personne incroyable, comme j’en ai rarement vu avant.

Un homme tient une fillette dans ses bras et sourit.

Michael Woods et sa fille Maxine

Photo : fournie par elly robertson

Ton sens de l’humour, ta loyauté et ta façon d’être humble sont admirables. Tu es probablement la personne la plus positive que je connaisse et je trouve ta vision de la vie impressionnante. C’est difficile de ne pas tomber amoureux de toi!

C’est aussi remarquable de te voir concilier tous les efforts que demande une carrière d’athlète professionnel, l’entraînement pour des événements majeurs comme le Tour de France, le Tour d’Italie et les Jeux olympiques, avec la vie de famille. Tu es toujours là pour nous, peu importe les difficultés que tu vis de ton côté.

Je peux compter sur toi pour m’aider dans mes projets, dans mes rêves, autant que je te soutiens, même plus. Tu déplaces souvent des séances d’entraînement pour que je puisse sortir faire de la course en sentier le matin. Et tu es tellement un père présent avec notre petite fille chérie, Maxine.

Quand tu me demandes conseil, j’essaie d’être aussi aidante que possible. Mais au-delà de ça, je veux que tu gardes en tête que je serai toujours à tes côtés. Je serai toujours là pour t’écouter et te soutenir du mieux que je peux dans tout ce que tu entreprends.

Un cycliste se rafraîchit en se versant de l'eau sur la tête pendant une course.

Michael Woods arborant le maillot du meilleur grimpeur pendant la 15e étape du Tour de France, le 11 juillet 2021.

Photo : Associated Press / Daniel Cole

Même si ce sera vraiment stressant, j’ai très hâte de te voir en action sur le parcours olympique. Je te regarderai en compagnie de notre merveilleuse petite Maxine ou Mini-Mike, comme j’aime bien l’appeler parce qu’elle te ressemble tellement, à tous les niveaux. Elle est littéralement ta jumelle et je suis tellement contente de ça.

J’aime le fait qu’elle ait hérité de ton énergie, de ta positivité et de ton sourire contagieux. Je ne pourrais pas souhaiter mieux pour mon petit bébé. Vous êtes inséparables et vous vous apportez tellement de bonheur. C’est si agréable de vous regarder jouer ensemble, vous êtes tellement en amour l’un avec l’autre. Je suis heureuse qu’elle ait un père comme toi.

Elle va certainement crier pour t'encourager. En fait, elle risque d’encourager un peu tout le monde dans la course parce qu’en ce moment, elle est dans une période où elle pense que chaque cycliste qu’elle voit est son papa. Elle est tellement drôle, mais je sais qu’elle aussi est fière de toi. Et, le plus important : elle portera son uniforme complet de l’équipe canadienne, offert par sa Nanna, Deanna Woods.

Ce que je te souhaite par-dessus tout pour ces Jeux, c’est d’en sortir heureux.

Si je pouvais être avec toi sur la ligne de départ, je te dirais que tu es et resteras mon héros, notre héros, peu importe ce qui arrive.

Je te dirais que Maxine, Willy et moi sommes si fiers de toi et que nous t’aimons de tout notre cœur. Je te dirais de faire la course que nous te savons capable de faire et de vivre cette expérience avec tout ton cœur et le sourire aux lèvres.

Nous sommes déjà fiers de toi.

Avec amour,

Elly

Une femme tient une fillette dans ses bras et sourit.

Elly Robertson et sa fille Maxine

Photo : fournie par Elly Robertson

Propos recueillis par Alexandra Piché

Photo d'entête MARCO BERTORELLO/AFP via Getty Images et photo fournie par Elly Robertson