•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Le fondeur Olivier Léveillé persévère et termine 27e, Rémi Drolet 35e

Chargement de l’image

Le fondeur du ROC Alexander Bolshunov décroche une cinquième médaille à Pékin.

Photo : afp via getty images / CHRISTOF STACHE

Radio-Canada

Cinq épreuves, cinq médailles pour Alexander Bolshunov. Le fondeur du ROC a été couronné champion du départ groupé, épreuve reine qui a été reportée d’une heure et écourtée d’une vingtaine de kilomètres en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les Canadiens Olivier Léveillé et Rémi Drolet ont quant à eux connu des hauts et des bas, samedi.

Le départ groupé devait d’abord être présenté sur 50 kilomètres. Il a finalement comporté quatre tours d’un circuit de 7,1 kilomètres afin de réduire les efforts des 61 participants à s’élancer sous les forts vents et la température froide.

Bolshunov a conclu les Jeux avec une troisième victoire, après celles au skiathlon et au relais 4 x 10 km. Il compte désormais neuf podiums en neuf épreuves olympiques dans sa carrière.

Son compatriote Ivan Yakimushkin (+5,5 s) a terminé en 2e place, tandis que le Norvégien Simen Krüger (+7 s) a fini 3e.

Pour ce qui est des Canadiens, Olivier Léveillé a conclu 27e pour enregistrer son meilleur résultat des Jeux de Pékin, en dépit d’un problème d’équipement en début de parcours. Le Sherbrookois était dans le peloton lorsqu'il a brisé l'un de ses skis. Il a avancé sur un seul ski pendant un kilomètre et a perdu un temps précieux sur la séquence.

Léveillé a ensuite effectué une remontée pour rejoindre les 30 premiers. Il a grimpé de plusieurs échelons au classement pour terminer à 4 min 21 s 6/10 du vainqueur. Il s'agit dans son cas d'un sommet personnel, mais il n'est pas pour autant rassasié.

« Je vais mettre cartes sur table, c’est une 27e place assez amère pour moi aujourd’hui. Ce n’est pas nécessairement que je suis déçu d’être 27e, mais je suis déçu de ma course. C’est certain que de passer du peloton à être dans les derniers, ç’a été un coup dur, surtout que je me sentais super bien. Un gros combat mental, j’ai donné mon 100 % pour remonter le plus possible. »

— Une citation de  Olivier Léveillé

Rémi Drolet a pour sa part été décroché du groupe de tête après sept kilomètres et s’est retrouvé entre deux pelotons. Avec un vent de face et des meneurs très rapides, il n’a pu rattraper son retard. L’athlète de la Colombie-Britannique (+4:54,4) a bataillé ferme jusqu’à la toute fin et a fini avec force pour boucler en 35e position.

Après la course, il a confié avoir eu beaucoup de difficultés à puiser dans ses réserves pendant les Jeux olympiques puisqu'il est épuisé mentalement.

Le vent et le froid ne m’ont pas vraiment dérangé. Je pense que je me suis bien préparé pour ça. Mon problème aujourd’hui et lors des dernières courses, c’est que j’ai de la difficulté mentalement et j’ai manqué un peu de motivation, a-t-il raconté.

« J’ai de la misère à pousser quand ça devient difficile. Je pense que c’était mieux au relais parce que je voulais courser pour mon équipe. Mais dans les épreuves individuelles, dernièrement, j’ai du mal à me pousser au plus haut niveau. Je pense que j’ai juste besoin de sortir de ces Olympiques et de réfléchir à tout ça. »

— Une citation de  Rémi Drolet

Léveillé, 20 ans, et Drolet, 21 ans, ont pris part à leurs premiers Jeux olympiques. Une expérience qu'ils ne sont pas près d'oublier.

Je vais me souvenir de cette atmosphère olympique et de comment ça peut réunir les gens. Tous les encouragements que j’ai reçus à la maison et au Canada, ça me touche vraiment et je suis très content d’avoir eu ce soutien. C’est vraiment ça qui me pousse à continuer et à essayer d’inspirer les gens, a déclaré Rémi Drolet.

Je suis quand même super fier de ma course. Ce sont mes premiers Jeux et j’ai pris beaucoup d’expérience ici. Je suis heureux d’être ici malgré tout, a ajouté Olivier Léveillé. J’ai combattu mon envie d’abandonner après avoir brisé un ski et j’ai eu un petit breakdown à l’arrivée. Juste le fait que les Jeux soient finis, je suis devenu un peu émotif.

Du déjà-vu

On surveillait un duel entre deux abonnés au podium depuis le début de la quinzaine, tous deux en quête d’une cinquième médaille dans la capitale chinoise.

D’un côté, le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo, quadruple médaillé et premier fondeur à être couronné tant au sprint classique qu’au sprint classique par équipe.

De l’autre, Alexander Bolshunov, du ROC, lui aussi décoré à quatre occasions depuis le début des JO, dont de l'or au skiathlon et au 4 x 10 km.

La distance écorchée d’une vingtaine de kilomètres laissait croire que Klaebo pourrait être avantagé parce que la course risquait de se jouer au sprint.

Son coéquipier Simen Krüger, qui a raté le début des Olympiques après avoir été frappé par la COVID-19, était un autre prétendant.

Deux groupes se sont nettement formés après les 10 premiers kilomètres. Certains fondeurs ont tenté de s’échapper, mais les poursuivants skiaient à un rythme effréné et n’ont laissé personne filer.

Klaebo n’a pas été en mesure de maintenir cette cadence à compter du 13e kilomètre. Pendant qu’il changeait ses skis, son rival Alexander Bolshunov et trois compatriotes s’échangeaient la 1re place.

À court de réponses, Johannes Hoesflot Klaebo a abandonné avec huit kilomètres à faire. Pendant ce temps, Simen Krüger travaillait à sauver l’honneur de la Norvège et luttait avec les athlètes du ROC, en tête d’une échappée de 10 coureurs. Il pouvait compter sur l’appui de son compatriote Sjur Roethe.

Fidèle à ses habitudes, Bolshunov a accéléré à 2,7 kilomètres de l’arrivée avec la victoire en ligne de mire. Il a accentué son avance en route vers sa cinquième médaille des Jeux de Pékin, la neuvième de sa carrière.

Ivan Yakimushkin a reçu sa première médaille olympique. Simen Krüger aura connu des Jeux de courte durée, mais aura tout de même réussi à se démarquer.