•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Les Jeux olympiques de Pékin en 12 moments marquants

Chargement de l’image

L'Américain Shaun White en qualifications à l’épreuve de demi-lune aux Jeux de Pékin.

Photo : Getty Images / Matthias Hangst

Radio-Canada

Des hauts, des bas, des premières... Il n’y a pas que les exploits des athlètes canadiens qui ont retenu l’attention aux Jeux de Pékin. Du patinage artistique au longue piste, en passant par le surf des neiges et le ski alpin, revivez la dernière quinzaine olympique grâce à 12 moments marquants.


L'affaire Kamila Valieva

La patineuse Kamila Valieva est penchée après sa prestation au programme libre des Jeux de Pékin.

Kamila Valieva succombe à la pression

Photo : Getty Images / Matthew Stockman

Les Jeux olympiques de la patineuse du ROC Kamila Valieva ont rapidement tourné à la controverse internationale. La cérémonie des médailles, qui devait avoir lieu au lendemain de la victoire de son pays à l’épreuve par équipe mixte, a été reportée. Ce qui a d’abord été rapporté comme une question légale par le Comité international olympique (CIO) s’est transformé en histoire de dopage.

Il a été révélé que l’adolescente de 15 ans avait échoué à un test antidopage positif le 25 décembre 2021, en marge des Championnats de Russie, mais le résultat n’a été connu que le 8 février. Le CIO a fait appel de la levée de sa suspension provisoire, mais le Tribunal arbitral du sport (TAS) l’a autorisée à prendre part à l’épreuve individuelle.

Première à l’issue du programme court, Kamila Valieva a chuté à de nombreuses reprises au programme libre et a été reléguée au pied du podium. Sous les applaudissements de soutien des spectateurs, la jeune fille, en pleurs, a reçu un accueil froid de son entraîneuse. Cela a choqué le public et le président du CIO Thomas Bach.


Erin Jackson marque l'histoire

Erin Jackson, victorieuse, soulève le poing dans les aires.

L’Américaine Erin Jackson écrit une page d’histoire

Photo : Getty Images / Richard Heathcote

En remportant la médaille d’or au 500 m en patinage de vitesse sur longue piste, l’Américaine Erin Jackson a inscrit son nom dans l’histoire. Elle est devenue la première femme noire à être sacrée championne olympique dans cette discipline aux Jeux d'hiver.

Ce triomphe représente également la première victoire américaine sur la distance depuis le couronnement de Bonnie Blair aux Jeux de Lillehammer en 1994. Jackson s’est par ailleurs approchée à un maigre centième de seconde du record olympique avec un chrono de 37 s 4/100.


Le chant du cygne d'une légende

Shaun White, en pleurs, serre sa planche à neige dans ses bras.

Shaun White, légende du surf des neiges, termine sa carrière avec une chute

Photo : Associated Press / Lee Jin-man

Sacré trois fois champion olympique et vainqueur de 23 médailles aux X Games, dont 15 d’or, le planchiste américain Shaun White a tiré sa révérence en prenant part à sa toute dernière épreuve à Pékin.

Après une chute à sa dernière tentative qui l’a privé d’une dernière médaille à la demi-lune, il a eu droit à une ovation de la foule et n’a pu retenir ses larmes.

En 2012, White est devenu le premier planchiste à obtenir une note parfaite à la demi-lune aux X Games et à recevoir l’or aux Jeux extrêmes d’été et d’hiver.


Un Haïtien inspirant

Un skieur descend la pente.

De Port-au-Prince à Yanqing

Photo : Getty Images / FABRICE COFFRINI/AFP via Getty Images

Richardson Viano a fait une entrée remarquée sur les pentes de Yanqing. Le skieur est devenu le premier représentant d’Haïti à participer à des Jeux olympiques d’hiver.

Il n’a pas été en mesure de terminer sa descente au slalom géant, mais s’est toutefois repris en terminant en 34e position au slalom. Peu importe les résultats, l’Haïtien a certainement réussi à inspirer une nation et de futurs athlètes olympiques.


Le missile van der Poel

Nils van der Poel en course.

Nils van der Poel s’offre un record du monde au 10 000 m

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Invaincu cette saison, le Suédois Nils van der Poel a poursuivi sur sa lancée aux Jeux olympiques de Pékin. Déjà champion du monde et détenteur du record mondial sur 5000 m, le patineur de 25 ans a ajouté le titre de champion olympique à son palmarès. Il a également abaissé la marque des Jeux grâce à un temps de 6:08,84.

Le Suédois a remis ça à sa deuxième épreuve, le 10  000 m. Aussi champion du monde et auteur du record mondial sur la distance, van der Poel a survolé les 25 tours et a arrêté le chrono à 12:30,74, soit plus de deux secondes de moins que sa propre marque. Son sacre s’est à nouveau accompagné d’un record des JO.


Du sang neuf en slopestyle

Zoi Sadowski-Synnott effectue un saut.

Laurie Blouin offre une belle performance, mais arrive au pied du podium

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Depuis son entrée dans le programme olympique en 2014, la descente acrobatique en surf des neiges chez les femmes n’avait connu qu’une championne, l’Américaine Jamie Anderson. L’athlète de 31 ans a toutefois été surclassée par la jeunesse à Pékin.

La Néo-Zélandaise Zoi Sadowski Synnott, 20 ans, a inscrit 92,88 points pour ainsi ravir le titre à Anderson. Elle est devenue par le fait même la première médaillée d’or de son pays à des Jeux d’hiver. L’Américaine Julia Marino, 24 ans, et l’Australienne Tess Coady, 21 ans, ont complété le podium. De son côté, Anderson n’a jamais été dans le coup et a pris le 9e rang.


En mémoire de son cousin

Chargement de l’image

Le lugeur géorgien Saba Kumaritashvili

Photo : Getty Images / Julian Finney

Douze ans après la mort tragique d’un lugeur géorgien au Centre des sports de glisse de Whistler aux Jeux de Vancouver, le nom Kumaritashvili a effectué un retour aux Olympiques.

Saba Kumaritashvili, le cousin de Nodar Kumaritashvili, mort pendant une séance d’entraînement en 2010, a participé aux trois premières descentes de l’épreuve individuelle.

Tout le monde dans ma famille fait de la luge. Après Nodar, je ne voulais pas que la pratique de ce sport cesse en Géorgie. Je voulais que ça continue, a-t-il mentionné.


Ireen Wust ajoute à sa légende

Ireen Wust regarde dans les airs en levant les bras.

Ivanie Blondin et Maddison Pearman terminent 13e et 24e

Photo : Associated Press / Ashley Landis

Le curriculum vitae de la Néerlandaise Ireen Wust était déjà bien impressionnant avant qu’elle n’arrive à Pékin.

La reine du patinage de vitesse sur longue piste comptait 11 médailles olympiques à son palmarès avant de prendre part au 1000 m, au 1500 m et à la poursuite par équipe. L’athlète de 35 ans a établi un record olympique au 1500 m pour récolter sa sixième médaille d’or à vie.

Wust est la première personne à monter sur la plus haute marche du podium à cinq Jeux olympiques. Elle a ensuite ajouté une médaille de bronze à la poursuite par équipe.


Un geste disgracieux

Chargement de l’image

Le patineur Daniil Aldoshkin à la suite de la victoire du ROC en demi-finales de la poursuite masculine aux Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Associated Press / Ashley Landis

L’épreuve de la poursuite masculine par équipe en patinage de vitesse sur longue piste a été assombrie par le geste antisportif du représentant du ROC Daniil Aldoshkin.

Après avoir franchi la ligne d’arrivée avec ses coéquipiers en demi-finales et avoir inscrit un record olympique, il a fait des doigts d’honneur en direction des gradins. Le patineur s’est par la suite excusé au CIO et sur les réseaux sociaux. Le ROC a grimpé sur la deuxième marche du podium.


Une histoire de famille

Chargement de l’image

Johannes Strolz a remporté le combiné alpin.

Photo : Getty Images / Tom Pennington

Le ski coule dans les veines de l’Autrichien Johannes Strolz.

Son père, Hubert Strolz, a gagné le combiné alpin aux Jeux de Calgary en 1988. Trente-quatre ans plus tard, il a répété l’exploit de son paternel à Pékin.

C'est le premier duo parent-enfant à remporter la même épreuve individuelle à des Jeux olympiques d’hiver.


Papadakis et Cizeron au sommet

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron performent une figure.

L’or pour Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron en danse libre

Photo : Associated Press / Bernat Armangue

La victoire mémorable des Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir aux Jeux olympiques de Pyeongchang a fait mal au tandem de patineurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron. Avec leurs rivaux à la retraite, les Français avaient maintenant le champ libre pour troquer leur médaille d’argent de 2018 en médaille d’or en 2022.

Les quadruples champions du monde ont été éblouissants aux programmes court et libre en danse à Pékin. Ils ont enregistré un score de 226,98 points, un record du monde, et ont quitté la Chine avec le titre de champion olympique en poche.


Domination allemande en glisse

Francesco Friedrich et Thorsten Margis sautent sur la plus haute marche du podium.

Un podium tout allemand en bob à deux

Photo : Getty Images / Julian Finney

Lorsqu’il est question de sports de glisse, difficile de ne pas penser à l’Allemagne. Avant les Jeux olympiques de Pékin, le pays avait gagné dans son histoire 25 médailles en bobsleigh, 37 en luge et 3 en skeleton.

Au Centre national de glisse de Yanqing, les Allemands ont complètement écrasé la compétition. Ils n'ont laissé filer qu’une seule médaille d’or sur l’ensemble des épreuves de glisse, soit en monobob féminin. Et comme à Sotchi en 2014, ils ont dominé les quatre épreuves de luge.

Le duo composé de Tobias Wendl et de Tobias Artl est d’ailleurs devenu la première équipe de l’histoire, tous sports d’hiver confondus, à remporter trois fois la même épreuve avec les mêmes membres. L’Allemagne a également accaparé le podium en bob à deux masculin. Chez les femmes, Laura Nolte, 23 ans, est devenue la plus jeune médaillée de son sport.