•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connectez-vous pour suivre vos sports favoris

Nouvelle olympique

Une fondeuse ukrainienne échoue à un test antidopage

Chargement de l’image

La fondeuse ukrainienne Valentyna Kaminska

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Agence France-Presse

L'Ukrainienne Valentyna Kaminska, qui a pris part aux épreuves de ski de fond des Jeux olympiques de Pékin, a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à plusieurs substances interdites, a annoncé jeudi l'organisme responsable des contrôles antidopage pendant les Jeux (ITA).

« L'analyse de l'échantillon a trouvé la présence de métabolites de mestérolone, qui appartient à la classe des produits androgènes et stéroïdes anabolisants, et de methylhexaneamine et d'heptaminol, qui appartiennent à la classe des produits stimulants », a indiqué l'ITA dans son communiqué.

Le prélèvement de l'échantillon a eu lieu le 10 février (jour du 10 km style classique) à Zhangjiakou, le site des épreuves nordiques, a précisé l'instance mise en place par le CIO et par l'Agence mondiale antidopage (AMA) en 2018 pour notamment superviser les programmes antidopage durant les JO.

La sportive a été informée et suspendue à titre provisoire, a précisé l'ITA.

Kaminska, 34 ans, a pris part au sprint individuel (70e), au 10 km style classique (79e) et a participé au 4 x 5 km, dans lequel l'Ukraine a pris la 18e place.

Le skieur iranien Hossein Saveh Shemshaki a été suspendu le 9 février pour la durée des Jeux en raison d'un contrôle positif à un stéroïde anabolisant réalisé hors compétition le 7 février.

La retentissante affaire Valieva, du nom de la patineuse artistique russe déclarée positive à une substance interdite, a elle pour origine un contrôle fait fin décembre lors des Championnats de Russie.

Son test positif a été notifié durant les Jeux olympiques. Cela a obligé le CIO, notamment, à saisir leTribunal arbitral du sport (TAS) après la levée de sa suspension provisoire par l'Agence russe antidopage.

Le TAS a confirmé lundi la levée de la suspension, sans se prononcer sur le fond de l'affaire, et Kamila Valieva, 15 ans, doit participer au programme libre jeudi après avoir terminé à la première place du programme court.