•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Les 21 athlètes d’Ottawa et de l’Outaouais à surveiller à Pékin

Chargement de l’image

Laura Leclair (ski de fond), Ivanie Blondin (patinage de vitesse) et Valérie Grenier (ski alpin) seront auxJeux olympiques à Pékin (archives).

Photo : Radio-Canada, La Presse canadienne et Associated Press

Chargement de l’image

Jusqu’au 20 février, 215 athlètes représenteront le Canada aux Jeux olympiques, à Pékin, en Chine. Voici la liste des représentants de l’unifolié qui sont originaires des régions d’Ottawa et de l’Outaouais, qui y habitent ou qui y ont déjà habité.


Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann

Discipline : patinage de vitesse sur longue piste

Si les astres s’alignent, les deux Ottaviennes qui habitent maintenant dans les Rocheuses pourraient rentrer à la maison avec une médaille, peut-être plus.

À ses troisièmes Jeux, Ivanie Blondin participe à cinq épreuves. Au cours du récent cycle olympique, elle est parvenue à se faire une place parmi les meneuses de son sport, montant quelques fois sur la plus haute marche du podium.

Chargement de l’image

Ivanie Blondin après son triomphe à Salt Lake City, le 5 décembre 2021 (archives)

Photo : Associated Press / Rick Bowmer

À travers ses succès, elle a elle-même modifié les casques de son équipe.

Quant à Isabelle Weidemann, elle s’élancera dans trois épreuves. En Coupe du monde, elle a déjà survolé la compétition, qu’elle a terminée avec des médailles d’or ou d’argent.

Chargement de l’image

En janvier 2021, Isabelle Weidemann, Ivanie Blondin et Valérie Maltais ont remporté la médaille d’or à la poursuite par équipe, deux semaines de suite (archives).

Photo : Patinage de vitesse Canada


Antoine Cyr, Laura Leclair et Katherine Stewart-Jones

Discipline : ski de fond

Les amateurs de ski de fond doivent se demander quel secret se cache dans l’eau de l'Outaouais : trois des sept athlètes de l’équipe canadienne sont originaires de la région.

Katherine Stewart-Jones est accompagnée de ses coéquipiers Antoine Cyr et Laura Leclair, qui forment également un couple. Le trio en est à sa première présence aux Olympiques.

Chargement de l’image

Katherine Stewart-Jones participera aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 (archives).

Photo : Nathaniel Mah/Nordiq Canada

Au début de l’année 2021, Stewart-Jones a inscrit le meilleur résultat de sa carrière en Finlande, avec une 24e position. À la fin du mois de novembre de la même année, Cyr a aussi offert la meilleure performance de sa carrière dans le même pays scandinave en terminant au 11e rang. Deux semaines plus tard, sa douce moitié est montée sur la plus haute marche du podium à la Coupe Canada de l'Est.

Chargement de l’image

Antoine Cyr, lors d'une épreuve des Championnats du monde U-23, en Finlande, en 2019 (archives)

Photo : Courtoisie / Doug Stephen


Mirela Rahneva

Discipline : skeleton

Après un début de saison en deçà de ses attentes, la native d’Ottawa a brillé de tous ses feux dans la dernière portion de cycle olympique. Elle a remporté une médaille d’argent en Allemagne à la mi-décembre, ce qui lui a permis de monter sur le podium pour la première fois en deux ans.

Près d’un mois plus tard, elle a ajouté le bronze à sa collection lors d’une épreuve en Suisse. Sera-t-elle en mesure de répéter cela en Chine?

Chargement de l’image

Née en Bulgarie, Mirela Rahneva a terminé 12e aux Jeux olympiques de 2018 (archives).

Photo : Getty Images / Matthias Hangst


Rachel Homan et John Morris

Discipline : curling double mixte

En raison de l’annulation des qualifications, le choix du duo de double mixte est revenu entre les mains de Curling Canada, qui a misé sur Rachel Homan et John Morris, qui en seront respectivement à leur deuxième et à leur troisième participation à la grande célébration du sport amateur. John Morris compte deux médailles d’or.

Leur tournoi est déjà commencé. Le duo possède une fiche de trois victoires en quatre matchs.

Chargement de l’image

Rachel Homan et John Morris célèbrent une victoire acquise plus tôt cette semaine (archives).

Photo : Associated Press / Nariman El-Mofty


Jamie Lee Rattray

Discipline : hockey féminin

À moins d’une surprise, la hockeyeuse de Kanata et ses coéquipières auront rendez-vous, le 16 février, avec les Américaines en finale, leurs éternelles rivales qui se disputent les honneurs du match ultime à presque toutes les compétitions.

Jamie Lee Rattray a fait partie de la cure de rajeunissement de l’équipe nationale au cours des dernières années. Ce même groupe a remporté la médaille d’or, à la fin du mois d’août, au Championnat du monde à Calgary.

Chargement de l’image

Jamie Lee Rattray n'a pas été en mesure de déjouer la gardienne Andrea Braendli sur cette séquence (archives).

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz


Eric O’Dell, Mason McTavish et Devon Levi

Discipline : hockey masculin

L’absence des joueurs de la Ligue nationale (LNH) à Pékin a forcé Hockey Canada à se creuser les méninges pour la composition de sa formation. L’entraîneur-chef d’Orléans, Claude Julien, qui a dû se désister récemment, et le directeur général Shane Doan, ont opté pour un mélange de jeunes joueurs et de vétérans.

L’Ottavien de 31 ans Eric O’Dell appartient à la deuxième catégorie. Il était présent en Corée du Sud, lorsque les Canadiens ont remporté le bronze.

Chargement de l’image

Eric O'Dell a représenté son pays en 2018, en compagnie de l'ancien du CH Maxim Lapierre (archives).

Photo : Radio-Canada

De leur côté, l’attaquant Mason McTavish, de Carp, et le gardien de but Devon Levi, qui a joué une saison avec les Canadians de Carleton Place, font partie du jeune contingent.

McTavish a connu une année mouvementée dans la LNH à Anaheim, dans les rangs mineurs à San Diego et dans l'OHL à Hamilton et à Peterborough. Entre-temps, il a brièvement représenté le Canada au mondial junior, qui a cependant été annulé en raison de la COVID-19.

Chargement de l’image

Mason McTavish célèbre un but marqué le 23 décembre face à la Russie (archives).

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON


Paul Poirier

Discipline : patinage artistique

En danse sur glace, Paul Poirier a déjà commencé sa compétition avec sa partenaire Piper Gilles. Dans leur flamboyant costume orange, avec des teintes multicolores, le duo a présenté une excellente glisse, presque sans erreurs dans les aspects techniques, avec une grande rapidité d’exécution. Les juges leur ont donné une note de 82,72, un résultat bon pour le 4e rang.

Malgré cette performance inspirée, le Canada se trouve dans une position délicate à l’épreuve de patinage artistique par équipe.

Chargement de l’image

Avec une note de 82,72 en danse rythmique, Piper Gilles et Paul Poirier ont donné sept points supplémentaires au Canada.

Photo : Getty Images / Justin Setterfield


Valérie Grenier

Discipline : ski alpin

L’athlète de Saint-Isidore est passée bien près d’un podium à Pyeongchang, terminant en 6e position au combiné alpin, en plus de s'approcher du top 20 au super-G et à la descente.

Le dernier cycle olympique n’a pas été de tout repos pour Valérie Grenier. Une terrible blessure l'a fragilisée au plus haut point et lui a laissé certaines séquelles à son retour sur la neige. La Franco-Ontarienne a dû surmonter un nouvel ennemi : la peur.

Chargement de l’image

Valérie Grenier a retrouvé le sourire après quelques embûches (archives).

Photo : Twitter / Canada Alpin


Dawn McEwen et Lisa Weagle

Discipline : curling féminin

Toutes deux nées à Ottawa, Dawn McEwen et Lisa Weagle font maintenant partie de l’équipe de Jennifer Jones, qui tentera de rapporter l’or au pays.

En 2014, à Sotchi, Jones et McEwen avaient permis au Canada de monter sur la plus haute marche du podium.

Lisa Weagle était présente en Corée du Sud lorsque les Suédoises ont gagné l’or, tandis que les Canadiennes avaient dû se contenter du 6e échelon.

Chargement de l’image

Dawn McEwen (à droite) et son équipe ont souvent représenté le Canada sur la scène internationale (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick


Hannah et Jared Schmidt

Discipline : ski cross

Des huit athlètes canadiens en ski cross, on retrouve quatre femmes et quatre hommes, dont les deux Schmidt, membres de la même fratrie. Hannah, 27 ans, et son frère Jared, de trois ans son cadet, vivent leur baptême du feu ensemble.

Chargement de l’image

En route vers Pékin, Hannah Schmidt a réussi à terminer deux fois au 5e rang (archives).

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Les deux Ottaviens, qui habitent maintenant à Calgary, seront tour à tour en action du 16 au 18 février. Quoi qu’il arrive, ce seront assurément des moments excitants et inoubliables pour toute la famille.

Leur cousine, Madeline, était de l’équipe canadienne en canoë-kayak de vitesse à Tokyo, cet été. Leur mère, Lesley Anne, a quant à elle contribué à ajouter cette discipline au programme olympique. On la décrit comme une ardente militante de l’égalité dans le sport.

Chargement de l’image

Jared Schmidt a savouré son premier podium en février 2021 (archives).

Photo : GEPA


Mike Evelyn, Cody Sorensen et Jay Dearborn

Discipline : bobsleigh

À Pékin, les bobeurs canadiens ont de grandes ambitions, et trois athlètes de la région seront mis à contribution.

Tout d’abord, Mike Evelyn et Cody Sorensen, tous deux d’Ottawa, agiront à titre de freineurs au sein de l’équipe du pilote Christopher Spring.

Chargement de l’image

L'ancien footballeur Samuel Giguère complète le quatuor de Christopher Spring (archives).

Photo : Reuters / ARND WIEGMANN

De son côté, la recrue de la formation se nomme Jay Dearborn. Il pratique le bobsleigh depuis seulement deux ans. Il a été recruté par un chasseur de têtes de Bobsleigh Canada, qui mise beaucoup sur les sportifs de haut niveau possédant une force naturelle. Ce footballeur joue pour les Roughriders de la Saskatchewan.

Chargement de l’image

Jay Dearborn est un exemple parfait qui prouve qu'il est possible d'exceller dans deux carrières à la fois (archives).

Photo : Instagram/Jay Dearborn

Auparavant, il a fait ses classes avec les Ravens de l’Université Carleton à Ottawa. Son ancien entraîneur Paul Eddy Saint-Vilien parle de lui comme un athlète et un être humain d’exception : Je ne suis pas surpris des succès de Jay. Il est bon dans tout ce qu’il entreprend. C’est un étudiant hors pair et un super athlète. Tout ce qu’il fait, il le fait de façon minutieuse.