•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle olympique

Le Norvégien Johannes Klaebo sur les traces des plus grands fondeurs

Chargement de l’image

Johannes Klaebo, 25 ans, a remporté au début de janvier le Tour de ski et domine le classement général de la Coupe du monde.

Photo : Reuters / KAI PFAFFENBACH

Agence France-Presse

Triple champion olympique à seulement 21 ans en 2018, le phénomène norvégien Johannes Klaebo arrive à Pékin encore plus fort qu'en Corée du Sud et skie sur les traces des légendaires fondeurs Marit Bjoergen et Björn Daehlie.

Quand il n'écrasait pas encore la concurrence, il était revenu de Pyeongchang avec trois médailles d'or. Maintenant qu'il domine sans partage, de combien sera sa collection après Pékin?

Nous voulons gagner l'or sur toutes les distances. C'est le but, dit l'entraîneur de l'équipe masculine norvégienne Eirik Myhr Nossum dans un entretien au quotidien Verdens Gang.

Sacré en sprint, au relais 4 x 10 km et en sprint par équipe en 2018, le fondeur maintenant âgé de 25 ans a remporté au début de janvier le Tour de ski et domine le classement général de la Coupe du monde.

Chargement de l’image

Johannes Klaebo durant une épreuve de la Coupe du monde, en novembre dernier, en Finlande.

Photo : lehtikuva via reuters / LEHTIKUVA

Depuis la Corée, Klaebo a montré aussi qu'il pouvait s'imposer sur de plus longues distances, plus favorables à son rival russe Alexander Bolshunov. Le Norvégien s'est imposé sur 15 km pas plus tard qu'en décembre en Coupe du monde et il avait remporté le 50 km des mondiaux l'an passé avant d'être disqualifié pour avoir obstrué Bolshunov.

Sachant qu'il est favori pour remporter une nouvelle fois les trois titres de 2018, il pourrait devenir à Pékin après seulement deux JO, l'un des sportifs les plus titrés aux Jeux d'hiver.

Et ses compatriotes Marit Bjoergen, Björn Daehlie (deux ex-fondeurs) et Ole Einar Bjoerndalen (ex-biathlète) auraient du souci à se faire pour leur record de huit médailles d'or à l'avenir.

Klaebo est dans les temps de passage surréalistes de Daehlie en matière d'or et même en avance sur Bjoergen, qui n'avait pris aucun titre lors de ses deux premiers Jeux.

La plus grande menace était une infection à la COVID-19 et Klaebo l'a évitée malgré trois cas ayant touché le groupe de fondeurs norvégiens.

Simen Hegstad Krüger, double champion olympique en titre (skiathlon et relais), ne pourra pas participer au skiathlon des Jeux de Pékin dimanche après avoir eu un test positif à la COVID-19, a annoncé jeudi la Fédération norvégienne de ski. Krüger n'a pas pu encore rejoindre la Chine en raison de son test positif.

Heidi Weng, lauréates de la Coupe du monde en 2017 et 2018, et Anne Kjersti Kalva, ont également obtenu un résultat positif à la COVID-19 en janvier et leur présence à Zhangjiakou, le site olympique, est incertaine.

L'épisode a fait trembler la Norge qui vise à nouveau la première place du tableau des médailles avec un objectif de 32 podiums fixé par l'Olympiatoppen, le centre d'élite du sport norvégien, alors que le fournisseur de données sportives Gracenote en projette 46.

Sa vedette annoncée des Jeux s'est toutefois bien envolée pour Pékin.

Avec Therese Johaug, grande favorite du 10 km, Klaebo doit être l'un des grands pourvoyeurs de médailles de la Norvège, favorite pour conserver la première place du tableau des médailles.